Pour « sauver la mer », de nombreux bénévoles de l'Hérault

Un super moment, pour la journée mondiale de nettoyage un peu partout dans le monde et particulièrement sur sur la digue du port des pêcheurs de Frontignan. Les bénévoles sont venus de partout comme Montpellier, St Georges d'Orques, Agde, Balaruc le vieux, Poussan, Vic la Gardiole, Mireval, Sète, et bien sûr Frontignan...

"Les gardiens de Thau, ses ports, ses lagunes remercient Loic Linares, élu de Frontignan mais aussi directeur du CEPRALMAR, qui a pris son temps pour venir nous souhaiter bon courage. Sans oublier la chaîne de télé BFMTV qui a passé 1h1/2 avec pour filmer l'action de nettoyage organisé par l'association", précise Catherine Chauzit, Présidente de l'association.

gdtDSCF1386-1

"Une cinquantaine de personnes s'est investie avec pinces et sacs poubelles que nous avons donnés, chacune suivant son temps, pour ramasser les déchets laissés par les inciviques sur la digue  du port des pêcheurs de Frontignan.  Un nettoyage qui était déjà prévu par notre association depuis mai et qui a permis de la coupler avec cette grande journée de sensibilisation." .

Catherine a été agréablement surprise de voir ces bénévoles s'investir et certains avec leur petite famille. Trop beau de voir ces enfants s’acharner à ramasser les mégots…

Elle rajoute : "Nous avons pu former 3 groupes dont le plus gros était sur les rochers de la digue là où les déchets se sont cachés soit par les coups de mer, soit par les pécheurs inciviques qui les ont laissés pour que le voisin les ramasse... quand on les écoute, ils sont tous nickels alors qui les laissent… ?

Sur le chemin de halage, le 2eme groupe fut anéanti par toutes les saletés déposées sciemment dans l'herbe. Ils ont réussi à les traîner jusqu’à la zone prévue pour le dépôt des déchets.

gdtDSCF1399

La plupart des déchets étaient des bouteilles de bière - en verre ou cannettes alu - beaucoup de déchets de pêcheurs comme caisses en polystyrène, fils à pêche, boîtes à vers remplies de boules bleues de polystyrène pour les conserver - avons-nous appris car cela nous intriguait - emballages de Mac-do, boîtes plastique et des milliers de mégots." "La benne n'ayant pas été mise, ils ont laissé leur butin à l'entrée du parking ce qui permettra au professionnel de l’incivisme de rougir de honte...", conclut Catherine.

Fin de cette matinée à 12 h 30 environ et partage d'un pique-nique tiré du sac pour la dizaine des plus courageux.

Merci à tous ces bénévoles d’avoir pris de leur temps pour « sauver la mer ».