Journée internationale d’action pour le climat : plus de 2000 personnes

Qui aurait pu prévoir que ce 8 septembre 2018 puisse mobiliser à Montpellier, plus de 2.000 personnes, pour dire qu’on ne peut plus tergiverser avec les problèmes en lien avec le climat : c’est une question de survie ! Une survie qui dépasse toute idéologie politique ou considérations économiques. Et si l’information en amont avait été bien relayée nous aurions été bien plus nombreux encore.

Lancée par Riseforclimate et immédiatement reprise à Montpellier par Natalie Bonnet et l’association « Témoins au bout du monde » dont je suis le président, cette appel a bénéficié du concours de Greenpeace, Alternatiba, Energie coop, etc. et de Thau Info et Montpellier infos pour la mobilisation : (http://thau-infos.fr/index.php/associations/40596-journee-d-action-mondiale-pour-le-climat-samedi-8-septembre-2018-a--

"Aux quatre coins du monde j’ai constaté les conséquences dramatiques de notre mode de développement et de vie sur le réchauffement climatique, tant sur les populations déplacées, que sur la biodiversité et les Indiens d’Amazonie en voie d’extinction victimes d’ethnocides parfois même de génocide. Qui ne sent pas, ne voit pas voit en Languedoc les conséquences de ce réchauffement, sur toutes les formes de vie qui nous entourent. Que va-t-il se passer quand nous aurons 3 à 4 degrés de plus ?"

"Si chaque association ou ONG participante à son mot d’ordre, l’accord est unanime : il faut que la totalité des énergies ne soit plus d’origine fossile. « Changer le mode de vie, pas le climat. Etablir un véritable dialogue entre les cultures permettant le vivre ensemble, sont les mots d’ordre de l’association : « Témoins au bout du monde ». Chacun à son niveau peut y participer par sa manière de consommer, d’économiser l’eau, de privilégier les circuits courts et mille autre choses."

"Nous allons essayer que notre mouvement naissant ne soit pas récupéré par des partis politiques qui ont si souvent déçu la population, par des lobbies, ou par des fondations financées par des pollueurs. On doit aussi se garder des conflits d’intérêt."

"Bientôt nous serons des millions, aidez-nous ! Il y a un travail énorme à réaliser dans tous les domaines y compris dans celui de d’ouverture d’esprit de la libre communication des idées et projets. La ville de Montpellier ou la communauté de commune, ou la région pourrait aussi mettre en œuvre un vrai plan d’action climatique en lien avec les conséquences réelles du réchauffement sur la planète. A bientôt." Précise Christian Puech 

Contact :  association Témoins au bout du monde : http://christianpuech.wordpress.com