La LPO lance les écuroducs

Le Département et la LPO construisent des ponts pour sauver les écureuils pas uniquement pour que les écureuils roux puissent jouer aux équilibristes au-dessus des routes départementales mais surtout pour que l'on n'en retrouve beaucoup moins écrasés par des voitures presque tous les jours au petit matin à des endroits stratégiques : dans le cadre d’un partenariat entre la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et le Département de l’Hérault, ces gracieux animaux pourront bientôt traverser certaines routes dangereuses en toute tranquillité, grâce à un dispositif innovant construit en cordes.

ecuDSC_0005 (21)


Les infrastructures routières fragmentent les habitats naturels de nombreuses espèces animales qui vivent de part et d’autres. Ces animaux sont alors potentiellement exposés à des collisions avec les véhicules lors de leurs traversées. Car l'écureuil roux a une activité associée principalement à la recherche de nourriture, à la construction des nids, à la constitution de réserves, et à la reproduction. Les mâles en particulier consacrent une partie de leur temps à parcourir leur domaine vital, de manière à connaître le statut reproducteur des femelles, afin de pouvoir les féconder durant la courte période où elles seront réceptives. Après la mise-bas, une part importante de l’activité des femelles sera consacrée au soin des jeunes dans le nid.

ecuDSC_0013 (14)

Pour en savoir plus : http://ecureuils.mnhn.fr/ecureuil-roux/biologie-et-ecologie/comportement

Sur certaines routes héraultaises, l’écureuil roux est particulièrement concerné, avec de nombreux cas d’écrasements signalés à la LPO. Ce sont des points où il y a des jonctions entre des forêts qui ont été coupées par les routes.

Ces points ont été identifiés grâce à des vues aériennes.

Aussi, afin de restaurer des connexions écologiques au-dessus des routes recensées, le Département a souhaité s’engager sur un programme partenarial avec la LPO Hérault, lié à la construction de passages aériens pour ces rongeurs très utiles à l'écosystème.
Deux « ponts à écureuils » réalisés avec des cordages ont donc été construits à titre expérimental sachant qu'à d'autres endroits l"on sait que ce procédé fonctionne grâce à la vidéo :

  • sur la RD5 à Villeveyrac, le lundi 30 octobre
  • sur la RD9e2 à St Jean de Fos, le vendredi 27 octobre

Les cordages et leurs équipements associés ont été installés par des grimpeurs professionnels de la LPO, Maëlle et Lucie, aidées par Michel du CEPALE avec le soutien technique et financier des équipes routières départementales. A noter la belle participation de la Fondation Norauto.

écureuil rouxPendant 3 ans, les bénévoles de l'association effectueront un suivi des populations d’écureuils et de leurs comportements sur leur nouveaux « écuroducs », de façon à évaluer l’efficacité de ces équipements discrets et peu couteux. Des garde-manger ont été placés pour diriger les écureuils vers ces cordages.

Si ces corridors biologiques artificiels au-dessus des routes s’avèrent efficaces en matière de migration, le Département n’exclut pas d’élargir leur utilisation à d’autres routes. Les écureuils pourront ainsi explorer de nouveaux territoires en toute sécurité ! En attendant Maëlle et Lucie ont déjà été sollicitées par certains Départements, en France, pour mettre en place de nouveaux écuroducs.
Coût des deux « écuroducs » : 1 100 € l'un financés par le Département de l’Hérault