GRAND PRIX DU POUFFRE EN COLÈRE.

prepausat per " Lo Moissau"


Primièr GRAND PRÈMI DAU POFRE EMMALICIAT 2017

 

D’ara en davant, serà decernit cada an un GRAND PRÈMI DAU POFRE EMMALICIAT. Aital ne foguèt decidit!

Qu'es aquò, lo Grand Prèmi dau Pofre Emmaliciat?
Lo pofre es una bèstia pas tant bèstia qu'aquò. Es plan conegut qu'es avisat, clarevesent, mas un pauquet vesat e badinaire. Sabèm plan que pòt chifrar lo numèro dau lòto. Un setòri plan conegut o faguèt veire a la television. Aquò per dire que son pas de cracas. Avèm volgut onorar cada an la sagacitat d'un conciutadan o d'una conciutadana, a travèrs un acte, gèst o paraula especialament pertinent. Aquel acte, gèst o paraula sera apelat "pofrada" de l'annada.

 


Los nomenats per l'annada 2017, ambla menciones peciala prèmi d'Aur.
Aqueste an, lo prèmi es atribuit amb la mencion Grand Prèmi d'Aur, conjuntament e a paritat:

  • a la Dòna Saskia De Ville, jornalista editorialista a France Musique, presentatritz de l'emission Musique Matin,
  • au Sénher Hevé Niquet cap d'orquèstra, especialista de musica barròca, clavecinista,tenòr dels grands.


La pofrada :

Se debanèt dinsl'emission de France Musique dicha Musique Matin, lo dimècres onze d'octòbre d'aqueste an, a nòu oras, dedicada au trentenari dau Concert Spirituel, orquèstra barròc de Hervé Niquet. La podètz escotar aquί amb lo podcast, aquesta pofrada: http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18065-11.10.2017-ITEMA_21460849-0.mp3.

Parlavan de causas e d'autres, e en particular de Josèp Bodin de Boismortier, compositor francés dau sègleXVIII. Puòi, a l'index 1:36:30 poiretz ausir la causida musicala d’Hervé Niquet: un extrach dels remirables "Chants d'Auvergne" de Joseph Canteloube. Vos assabentarai pas en vos rementar que los Cants d'Auvernha de Josèp Cantaloba son escriches en occitan dins son dialècte auvernhat. Son pas escriches en francés. Cantaloba foguèt un etnomusicològ nascut a Anonai, e reculhiguèt aqueles cants dins los monts d'Auvèrnha, fa un pauc mai d’un sègle d'aquò.
Hervé Niquet s'azarda a far un ligam en disent "de Boismortier e Cantaloba meteis combat" e , la jornalista de quichar un pauc mai, seguís a 1:37:50 aquèla discutida irreala,:

  • Es que se pòt dire HN, qu'es la lenga, que vos embelina, mai que la votz?
  • Òc, ben! perque nosautres,francès,sèm totes a l’entorn de la meteissa lenga de Dunkerk a Marseille, de Brest a Strasbourg.

Mes de BoisMortier se canta en francés, e Cantaloba en occitan! An "annexat", colonizat Cantaloba e sos Cants d'Auvernha, tot simpletament. Malurosament aqueste biais de far es corrent. Aquò pausa tres questions.

  1.  De gents, conneisseires coma eles, saberuts e reconneguts, o sabon plan que los Cants d'Auvernha son pas en francés, mas en occitan! Se son enganats? O alara es que lo rrenomada de conneisseires es pas ameritada?
  2. Mai , coma de tant grands musicians coma eles ausisson pas las lengas, au ponch de s'enganar coma aquò? Coma Hervé Niquet, cantaire de tria, cap d'orquèstra, ausiguèt pas la prononciacion de la cantairitz? Belèu qu'an tota la sabla de la Cornicha dins los ausidors?
  3. Fin finala coma pòdon afortir l'idèa que la lenga francesa seriá mai nauta que d'autras? Las lengas nàisson pas egalas en drech, coma los òmes, las musicas, las literaturas? Seriam encara jol jog d'un rei? Dins una pensada unenca?

Me pòdi pas reténer de tornar totas la qualitats qu’Hervé Niquet balhèt a la lenga francesa (escotatz-lo) e de las aplicara la lenga nòstra, en contrafasent sa frasa . Aquò donariá : " Pasmens, demòra aquesta incredibla lenga occitana, pagalhósa e saborosa, suava e baissa"

Sénher Niquet, lo mai deliciós e incredible, dins tot aquò,seriá de viure dins una França mirgalhada coma la manrega d'Arlequin, una Babilona. O ben, si preferatz, coma la rauba d'un pofre que cambia de color.Per nos gardar d'aquela pofrada, d'aqueles cogorlitges, una de las missions dau servici public, de ràdio, de tele, d'ensenhament nacional deuriá èsser d'ensenhar la vertadièra riquesa culturala francesa, dins sa pluralitat. Es aquò l'Universalitat! Si que non demora una riquesa perduda, e avèm una vista estrecha dau mond. Un totalitarisme, que!
Apréner, per exemple, Sénher Niquet, que "Dunkerk" vòl dire "glèsiafortificada" en flamenc. Que "Strasbourg" es, dins la lenga alsacianauna "ciutat-carrièra". Que "Brest" es una ciutat celtica. E que totes los ciutadans francés de Marsilha, Clarmont, Bordèu, Nissa, Baiònae Tolosa an una lengacomuna: l'occitan, amb la quala se pòdon parlar. Que, de mai, son uroses de far lo rescontre d'un catalan, d'un còrse, d'un breton o d'un basc, en tot respièch a França.
Ara que percaçam las "fòbias" de totas mena, coma se pòt ausir, còp e còp, una tant bèla lengafòbia? Aquesta fòbia noirίs totas las xenofòbias, e lo mòt "estrangièr" en çò nòstre existίs pas, a mens que foguèssem totes estrangièrs.
O-diguèt lo cantaire catalan LuísLLach "vením del nord, vením del sud, de terra en dins, de mar enllà".
E apondrai qu'avèm mestièr de totas las lengas, de totes los òmes e femnas, e de totas lasmusicas.

 


Premier
GRAND PRIX DU POUFFRE EN COLÈRE.

 

Dorénavant il sera décerné annuellement le GRAND PRIX DU POUFFRE EN COLÈRE (*).

C'est quoi le Grand Prix du Pouffre en Colère?
Le pouffre est un animal pas si bête que ça. Il est bien connu pour être perspicace et avisé et parfois, un peu primesautier et joueur. Nous savons tous qu'il peut calculer le numéro gagnant du loto. Un sétois bien connu l'a montré à la télévision. C'est pas des mensonges. On a voulu distinguer chaque année la sagacité d'un concitoyen, ou d'une concitoyenne, à travers un de ses actes particulièrement pertinent. Cet acte, ce geste, cette parole sera appelée "pofrade" de l'année.

 

Les nominés :

Cette année, le prix est attribué de façon conjointe, et avec la parité, avec la mention spéciale "Prix d'Or":

  • à Madame Skilla De Ville, journaliste éditorialiste à France Musique, animatrice de l'émission Musique Matin.
  • à Monsieur Hervé Niquet, chef d'orchestre, spécialiste de musique baroque, claveciniste, et grand ténor

La pouffrade :

Cela s'est passé durant l'émission de France Musique, dite Musique Matin, le mercredi 11 octobre vers 9 heures. Vous pouvez la ré-écouter à l'adresse suivante du podcast : http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18065-11.10.2017-ITEMA_21460849-0.mp3

A l'index 1:36:30, vous pourrez entendre le choix musical de Hervé Niquet, un extrait des admirables chants d'Auvergne de Canteloube. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que les chants d'Auvergne de Canteloube furent écrits en occitan, dans sa tournure auvergnate. Ils ne sont pas écrits en français. Canteloube fût un ethno-musicologue; et il collecta ces chants dans les monts d'Auvergne. Il mourut il y a tout juste 100 ans.
Il s'en suit cette discussion surréaliste:

  • Est-ce qu'on peut dire, Hervé Niquet, que c'est la langue qui vous séduit plus que la voix?
  • Eh! bien, oui, parce que nous français on est quand même tous autour de la même langue, de Dunkerque à Marseille, de Brest à Strasbourg.

Mais de Boismortier se chante en français et Chanteloube en occitan! Ils ont "annexé", colonisé Canteloube et ses chants d'Auvergne. Malheureusement cette façon de faire est courante. Cela pose trois questions.

  1. Des connaisseurs reconnus comme eux savent bien que les Chants d'Auvergne ne sont pas en français. Ou alors est-ce-leur renommée qui est galvaudée? Ou ils se sont trompés?
  2. Et de plus comment de si grands musiciens qu'eux n'entendent pas les langues, au point se tromper comme ça? Comment Hervé Niquet, chanteur et chef d'orchestre n'a-t-il pas entendu la prononciation de la chanteuse? Peut-être avait tout le sable de la Corniche dans les oreilles?
  3. Et pour finir, comment peuvent-ils renforcer l'idée que la langue française est au dessus des autres? Elle est où l'universalité? Les langues naissent égales en droit, comme les hommes, les musiques, les littératures. Serions-nous encore sous le joug d'un roi? Ou dans une pensée unique?

Je ne peux m'empêcher de retourner toutes les qualités qu'accorda Hervé Niquet, en contrefaisant sa propre phrase (écoutez-là) et de l'appliquer à la langue occitane. Cela donnerait :"Quand même il y a cette langue incroyable, bordélique et délicieuse, douce et vulgaire, selon les cas".

Monsieur Niquet le plus délicieux serait de vivre dans une France bariolée comme un manteau d'Arlequin, une Babylone. Ou bien si vous préférez comme la robe d'un poulpe qui change de couleur. Pour nous prémunir de telles bêtises, de cette pouffrade, une des missions du service publique devrait être de montrer la véritable richesse culturelle de la France, dans sa pluralité. C'est cela l'universalité. Sinon, cela reste une richesse perdue, une façon étroite de voir le monde. En bref un totalitarisme.
Apprendre, par exemple, Monsieur Niquet que "Dunkerque" veut dire "église fortifiée" en flamand. Que "Strasbourg", c'est en alsacien une "ville-route". Que "Brest" est un patronyme celtique Et que tous les citoyens de Marseille, Clermont Ferrant, Bordeaux, Nice, Bayonne Poitiers et Toulouse ont une langue commune, l'occitan, avec laquelle ils peuvent échanger. Qu'ils sont heureux de rencontrer, dans le respect de la France des corses, des catalans, des basques.
Aujourd'hui où on chasse toutes les "phobies", de toutes sortes, comment peut-on entendre une telle "lango-phobie", une telle "occitanophobie"? Cette phobie nourrit toutes les xénophobies, et le mot "étranger" n'existe pas pour nous, à moins que nous ne fussions tous des étrangers. Le chanteur catalan Luis LLach chantait: " nous venons du nord, nous venons du sud, de la terre intérieure, de la mer là-bas". Et j'ajouterais que nos avons besoin de toutes les langues de tous les hommes et femmes, de toutes les musiques..

(*)[Rem. du traducteur, : en sétois, un "poulpe" se dit "pouffre", et occitan, "pofre" (dire "poufré")]

 

Indications de prononciation.

L'occitan a une graphie millénaire. Lire d'abord le texte à haute voix, pour, dans son propre parler reconnaître les mots, les mettre en bouche en suivant le texte, comme pour apprendre une chanson.
On se fie assez souvent au français, mais toutes les voyelles se prononcent.
On peut rouler le "r", sinon, il faut le grasseyer et non pas le mettre dans la gorge comme la "jota" espagnole.
L'occitan méditerranéen a des "a" clairs. Certains préfèreront dire en finale le "o" ouvert de "robe"
Le "o" et "se dit comme en français "ou", de même que "ó". A Palavas on dit "u"
"ò" se dit "o" comme en français, comme dans "Qu'es acò"
le "u", se dit généralement "u", mais autour de Séte on le prononce "eu" comme dans "Titeuf".
Le "e" se lit comme "è" (fermé), sauf accent grave.
Toute lettre accentuée porte l'accent tonique. Sinon, accentuer l'avant dernière consomme pour les mots terminés par une voyelle, et la dernière si c'est une consomne sauf "s", "n".
"nh" se lit "gn" ( la mountanha)
et "lh" de filha se dit "ll" comme dans "filha"
Lorsque deux consommes se suivent, on ne prononce pas la première, mais on fait bien sonner la deuxième, comme dans "enfant" (dire "éfan") ; "doctor" (dire "doutour"), "femna" (dire "fènna"), ou "annada" (dire "an-nnada"  

 

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon