Une graine d'utopie à Montpellier : Projet d'une monnaie locale complémentaire

Depuis 2013, l’association Adesl « Alternatives pour un Développement Economique et Social Local » est porteuse d’un projet de monnaie locale complémentaire sur Montpellier et ses alentours : La Graine.

Qu'est ce qu'une monnaie locale ?

Il existe déjà une trentaine de monnaies locales en France, recensées par la plateforme des Monnaies Locales Complémentaires (MLC): La Sol Violette à Toulouse, la Gonette à Lyon, la Roue en PACA, la Sol-Alpin à Grenoble et plein d'autres encore. Mais c'est un phénomène qui se répand également dans toute l'Europe, comme avec le Khole (charbon) en Allemagne ou encore le boniato en Espagne.
La plateforme (MLC) distingue l'argent de la monnaie et les définit comme suit :
 L' " « argent » n’a qu’une fonction économique d’échanges – en vue de la seule rentabilité."
La " « monnaie » a un rôle social fondamental de liens et de résilience : la monnaie est une institution avant d’être un outil. "

Ainsi, pour les porteurs de ce type de projet, la création d'une monnaie locale permet de relocaliser l'économie, par son implantation sur un territoire restreint et de donner à nos échanges une dimension plus humaine. Utiliser une monnaie locale s'est également empêcher les banques  de spéculer sur l'argent que nous y plaçons. En somme, les monnaies locales pourraient être un remède aux contradictions du capitalisme et une protection face  à la crise qui s'éternise. C'est en effet en réponse à la crise de 2008 (Faillite de la banque américaine Lehman Brothers, qui provoqua une crise de la zone euro) qu'émerge la première monnaie locale : En 2010, l'association "Agir pour le vivant" à Villeneuve sur Lot, a créé les abeilles en complémentarité de l'euro. Il est important de noter que les monnaies locales ont pour but d'être complémentaires à l'euro, elles n'ont pas pour but de le remplacer.

Les différentes formes d'échanges : Du don au marché

Il existe 3 grandes formes d'échanges : la réciprocité (L'obligation sociale pousse les individus à rendre ce qu'on leur a donné antérieurement), la redistribution et enfin le marché. Les premières formes de monnaies apparurent 5 milles ans avant notre ère mais jusqu'à la fin du moyen âge, les échanges marchands sont restés très secondaires. Aujourd'hui, les échanges marchands ont une suprématie totale sur les autres formes d'échanges : d'un outil, la monnaie est devenu une fin en soit, l'argent n'a malheureusement pas qu'une fonction d'échange mais aussi de thésaurisation/accumulation/accaparement par l'intérêt composé et de spéculation (nocives pour les être vivants et la planète). Michel Linton, concepteur de systèmes d'échanges, compare même la monnaie, telle qu'on la perçoit aujourd'hui, à une drogue.

Pourquoi une monnaie locale complémentaires?

Pour la stabilité économique:
Il a été prouvé que le monopole monétaire (une seule monnaie en circulation) est une cause d'instabilité économique. En effet sur le long terme, seule une diversité d'outils monétaires permet d'assurer une stabilité face aux aléas économiques. C'est la théorie que développe Bernard Lieter, ancien haut fonctionnaire de la banque centrale de Belgique, cofondateur de l'euro, et l'un des défenseurs les plus connus des monnaies complémentaires. Cette lois, où la diversité est synonyme de stabilité, est un phénomène naturel et universel. En effet, selon Bernard Lieter, ce principe se retrouve dans les mécanismes de la biodiversité. La biomasse (masse totale des organismes vivants) des écosystèmes représenterait la monnaie de nos systèmes économiques : Plus la biomasse est composée d'espèces différentes, plus elle est stable. 
Un exemple : Si la biomasse est composée de 2 espèces, prenons des sauterelles (1/2) et des coccinelles (1/2). Si une épidémie survient chez les sauterelles et qu'elles disparaissent toutes, la biomasse est divisée par deux. Alors que si la biomasse était composée de 50 espèces différentes, ses pertes seraient de seulement 1/50.

Introduire des valeurs (sociales, écologiques, solidaires...) dans nos échanges :
Allez dire à l'un des fondateurs de La Graine que vous aimeriez utiliser cette monnaie pour payer votre Mc Donald et il vous rira au nez (ou pas)! C'est l'un des autres avantages des monnaies locales complémentaires : elles sélectionnent des entreprises qui partagent les valeurs que se sont fixés les citoyens à l'initiative du projet.
Les monnaies locales favorisent également les circuits courts puisqu'elles ne sont utilisables que sur un territoire délimité. Les circuits courts permettent de soutenir l'économie locale et les petits producteurs et artisans "du coin". Ils ont également une dimension écologique, puisque les circuits courts réduisent le transport de nos biens et services, transport qui se révèle couteux pour l'environnement.
Valoriser le local c'est, par ailleurs, enrichir le lien social, créer du bien être social et en cela, favoriser l'innovation.

Chaque monnaie locale est unique et a sa propre charte. Les projets de monnaies locales sont souvent à l'initiative d'associations, de collectifs de citoyens. Mais les pouvoirs publics peuvent également être intéressés par ce genre d'initiatives. C'est le cas à Nantes où le crédit municipal, avec le soutien de la métropole, a créée sa propre monnaie complémentaire, So'Nantes.

Zoom sur La Graine : Le projet de Monnaie Locale Complémentaire montpelliérain

Nom de la monnaie : La Graine
Bassin de vie : Montpellier et ses alentours
Début du projet : mars 2012
Mise en circulation : 600 adhérent (300 le sont pour le moment)
Moyen d’échange : Coupons papier
Évaluation : 1 Graine = 1 Euro
Association porteuse : Alternatives pour un Développement Économique et Social Local (ADESL)
But du projet : Vivifier une économie locale responsable
Site : monnaie-montpellier.jimdo.com
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des entreprises telles que Biocoop, le Diagonal (cinéma) et beaucoup d'autres entreprises locales et éthiques se sont déjà engagées à accepter la Graine. La Graine sera mise en circulation lorsque 600 adhérents se seront engagés à l'utiliser. Pour le moment, l'association compte 300 adhérents, le lancement de la graine est donc imminent.
Aujourd’hui, le démarchage des prestataires et des utilisateurs du réseau se poursuit. Peut être cet article sera-il le coup de pouce nécessaire à ce que cette initiative citoyenne pleine d'espoir voit le jour...

 Les valeurs de l'association Alternatives pour un Développement Economique et Social Local:

-         Le respect de la personne dans ses droits naturels.

-         Le respect de la terre, des ressources physiques et biologiques qu’elle nous

          procure.

-         La solidarité, la fraternité et la justice sociale.

-         Le respect des principes démocratiques, participatifs et coopératifs.

Pour plus d'informations sur la Graine ou si vous souhaitez participer au projet, rendez-vous sur leur site internet.

Laura Ouchêne