L'assemblée territoriale de la CCI Hérault

Ce jeudi 30 mars avait lieu la huitième édition de l’assemblée territoriale de la chambre de commerce de l’Hérault dans la grande salle du théâtre Molière à Sète. Une occasion d'échange sur l'économie proposée par la nouvelle CCI départementale qui entend être une force de proposition au service du développement et de la croissance des entreprises de notre territoire.

La soirée fut ouverte par André Deljarry, président de la CCI Hérault. Celui-ci a rappelé que la région était la plus innovante de France. Il a également félicité le président de la Communauté de Communes du Bassin de Thau, François Commeinhes qui œuvre pour l'attractivité et la mise en avant de l’identité de ce territoire. François Commeinhes qui a pris la parole après le président Deljarry a saisi cette occasion pour annoncer le lancement prochain d’une nouvelle identité visuelle et signature pour la CABT, une marque pour afficher le dynamisme entrepreneurial du bassin de Thau qui profite à tous.

 

La première et plus longue partie de la soirée était consacrée à l’économie mondiale et hexagonale avec la venue de l’économiste et journaliste Emmanuel Lechypre. Celui qui intervient entre autre sur BFFM TV et France Inter a répondu à une première question des plus précises : alors 2017?... Et bien, 2017, a expliqué Emmanuel Lechypre, ne devrait pas être une année aussi mauvaise, voire catastrophique que ce que l’on nous l’a annoncé sans arrêt : " Déjà, malgré la réforme du marché du travail, le climat catastrophique pour les agriculteurs, l’impact des attentats sur le tourisme, l’année 2016 durant laquelle la France n’avait gagné que 1,1 point de croissance n’avait pas été si funeste pour l’économie du pays grâce à une amélioration de l'offre."



au micro :Emmanuel Lechypre

 

En ce qui concerne 2017, il n’y aurait donc pas plus d’inquiétude que cela à se faire. Pour le conférencier, il n’y aura pas de récession aux USA comme certains le prédisent, et la politique résolument protectionniste annoncée par Donald Trump ne pourra jamais être mise en place car ce grands pays, excepté l’automobile et les services, est tout de même dépendant lui aussi du reste du monde - 80% des produits des Etats–Unis étant fabriqués ailleurs. Les prix du pétrole selon l’économiste, ne devraient pas remonter. Le risque d’inflation galopante est bien faible et de toute manière un peu d’inflation n’est pas nuisible au marché, au contraire : "Quant à la Chine, c’est aujourd’hui un pays stable qui n’a plus l’appétit vorace d’il y a dix ans avec ses 7% de taux de croissance. Enfin, l’Allemagne ne fait plus autant de profits qu’avant aux dépens des autres pays européens sur ses exportations."

Ensuite, Emmanuel Lechypre qui s’est plu à citer Bill Gates "le marché est plus grands que nos rêves" a esquissé la société telle qu’elle pourrait être dans quelques années après cette transition technologique que nous sommes en train de vivre . Avant toutes choses, il a écarté l’hypothèse (pour les décennies à venir) de la prise de contrôle du robot sur l’homme. "Plus il y aura de robots plus y aura besoin d’hommes, le rapport entre l’homme et le robot sera celui de la complémentarité a –t-il assuré - le robot étant incapable de toute émotion laquelle continue d’être une denrée précieuse." S’il a rappelé qu’on ne sait jamais exactement ce qu’il va se passer, rappelant que Thomas Watson espérait vendre cinq ordinateurs, l’économiste a affirmé que les règles production ont changé, avec la convergence biens/consommations et une tendance à la relocalisation. Les règles de consommation, elles aussi, ont changé et on se dirige, selon lui, vers une société qui favorisera de plus en plus les circuits courts, la valeur d’usage plutôt que la propriété. Il a brièvement évoqué quantité de nouveaux métiers qu’il est impossible d’imaginer, ou qu’il semblait impossible d’imaginer il y a quelques années comme ces spécialistes qui soignent les « nomophobes », ceux qui souffrent de nomophobie, la peur excessive d'être séparé de leur téléphone mobile (contraction de l'anglais no mobile phone phobia). Ça fait rêver…

Plus sérieusement Emmanuel Lechypre, pour répondre à la question de la couleur du monde de demain, préfère évoquer deux courants opposés. Les "hyper-optimistes" : les entrepreneurs et chercheurs de la silicon valley qui perçoivent la révolution technologique comme une manne inépuisable et une niche de nouvelles activités. Et les "pessimistes", comme Robert Gordon, pour qui la croissance ne reviendra pas comme lors des révolutions précédentes …

Emmanuel Lechypre se laisse tout de même aller à un commentaire personnel , "il ne faut pas reproduire les même erreurs qu’avec la mondialisation qui a laminé la classe moyenne et pour cela il faut des règles " estime celui qui prédit une progression davantage sur le plan du « bien-être » que de « l’avoir ». Et la France dans tout ça? "Son système éducatif est désastreux, le pire de l’UE" selon lui, ce qui pose de sérieux problèmes … "Qui plus est, les français sont ceux qui travaillent le moins dans l’UE et donc, en toute logique, peuvent travailler davantage." Malgré tout Emmanuel Lechypre considère que notre pays est toujours "séduisant" un atout d'ailleurs insuffisamment exploité pour le tourisme, à l’inverse d’un pays tel l’Espagne.

Après Emmanuel Lechypre, Guillaume Abello, premier vice-président de la CCI de l'Hérault est venu remettre leur trophée à trois chefs d’entreprises remarquables de par la longévité de leur engagement dans le commerce.
Les trois lauréats furent Eric Chaveroche dont l'entreprise a investi dans le domaine de l’eau (SPA, piscine etc. etc.) depuis 1864, Jean François Coutelou du Mas Coutelou, qui paraît-il a en réserve du grenache hors d’âge - c’est-à-dire de la moitié du XIX siècle - ses vignes ayant donné jour aux premiers vins en 1848 - et enfin Jacques Cairel , des caves Cairel qui sont dans le négoce depuis 153 ans…
Ces ambassadeurs, après avoir reçu leur trophée ont ensuite remis des cartes de membre aux nouveaux et nombreux ambassadeurs qui se sont retrouvés sur la scène pour la traditionnelle photo de groupe. Il ne restait plus qu'à se rassembler autour d'un apéritif dînatoire pour poursuivre des échanges sur l'économie et sur la CCI Hérault qui réaffirme par cette action, sa capacité d’être force de proposition au service du développement et de la croissance des entreprises de notre territoire.