"Proust La Contre-enquête" de Christine Brusson

Auteur d’une dizaine d’ouvrages, romans et essais, Christine Brusson, depuis sa résidence à Lodève, s’est lancée dans une enquête sur son auteur préféré, Marcel Proust. En résulte un regard nouveau sur l’auteur de « La recherche du temps perdu », considéré souvent comme l’auteur le plus important du vingtième siècle. Christine Brusson examine au plus prés la personnalité de Proust, son enfance, sa maladie, son environnement familial, la société dans laquelle il évolue, les traits marquants de sa personnalité, ses penchants, ses faiblesses... Brisant les clichés le concernant, elle dresse de lui un portrait réaliste et sans concession. Mais au-delà de l’individu, c’est l’artiste et les processus de la création qui intéressent l’auteur de « La Contre-enquête »
"Je me suis intéressé à mon écrivain préféré, que je connais depuis l’âge de 14 ans. Proust est le plus grand pour moi, le plus énigmatique aussi", raconte la Lodévoise qui a pris le parti de travailler en totale liberté, pour apporter sa vision d’auteur sur l’auteur parisien de la fin du 19e et du début du 20e siècle, connu pour les sept tomes de « À la recherche du temps perdu », et sa fameuse Madeleine associée à la mémoire d’un passé qui resurgit de manière involontaire...
J’ai commencé par relire son œuvre sans savoir où j’allais, lire des correspondances, faire des recherches de témoignages d’époque, ajoute Christine Brusson. Et m’est apparue une image différente que celle que l’on peut avoir de cet homme en mouvement perpétuel. Il a alimenté le mythe qui s’est créé autour de lui tout en restant quelqu’un de secret et de pudique".

Christine Brusson "Proust, contre-enquête" aux Éditions Classiques Garnier

"Le choc des utopies" de Naomi Klein

Les ouvrages de Naomi Klein sont éclairants en ce sens qu’ils dévoilent les stratégies mises en oeuvre dans le but, pour certaines, d’asservissement des peuples déjà fragilisés par des catastrophes, naturelles ou pas, et d’autres, révélatrices de la volonté de sortir des systèmes mortifères pour les individus et pour la planète.

Elle a écrit le livre qui a été publié récemment, "Le choc des utopies", après un reportage qu’elle a effectué sur l’île de Porto Rico dévastée par le passage de l’ouragan Maria en 2017. Comme elle l’avait déjà constaté après le passage de l’ouragan Katrina sur la Nouvelle Orléans, la « stratégie du choc » a été mise rapidement en place à Porto Rico. Avec la complicité des autorités, les autochtones ont été encouragés à émigrer vers d’autres horizons, pendant que toutes les facilités d’installation étaient offertes à d’autres résidents, souvent originaires des Etats Unis, beaucoup plus fortunés, avec la promesse de transformer l’île en paradis, en « un espace vierge à coloniser au nom du profit ».
Mais c’est sans compter sur tous les réseaux, regroupements autogérés qui se sont organisés pour faire face à l’incurie des autorités publiques pour subvenir aux besoins les plus élémentaires, l’eau, l’alimentation, l’électricité... après le passage de l’ouragan. Ces regroupements soutenus par des personnalités locales ont proposé ensuite une alternative au pillage de l’île, une société durable et démocratique fondée sur le partenariat, les énergies renouvelables et l’agriculture biologique. Entre les deux camps qui s’affrontent, Naomi Klein a choisi le sien. Tout en accablant les partisans du « capitalisme du désastre », elle démontre que les solutions proposées, et souvent mises en oeuvre par les communautés autogérées, sont les seules à pouvoir affronter les prochains dérèglements climatiques qui menaceront probablement à nouveau l’île.
Cette réflexion sur les dispositions à mettre en œuvre face aux dérèglements climatiques, concerne en premier chef Porto Rico et son statut particulier par rapport aux Etats Unis, mais éclaire également les dispositions qui devront être prises dans d’autres régions menacées.

Michel Puech

Laurent Danchin "Articles 1988-2016"

Laurent Danchin, critique d’art, « arpenteur des marges de l’art », disait-on de lui, est décédé le 10 janvier 2017.

Ardent défenseur de l’art dit « brut », « singulier », « outsider »... il avait défendu et fait connaître nombre d’artistes « hors normes » tels que Chomo, Raymond Raynaud, Jean-Pierre Maury, Joseph Kurhajec, et tant d’autres. « Les grands artistes, savants ou bruts, sont des obsessionnels, des monstres d’énergie entretenant un rapport très particulier avec ce qui les entoure, une relation faite de distance - ce sont des martiens, des habitants de Sirius, fraîchement débarqués - et d’une forme extrême de résonance à certains aspects de la vie. Par définition leur monde est forcément unique, « singulier », puisqu’il émane d’une exploration des limites de leur propre destin et de leur individualité particulière...», écrit-il.
Il avait participé à l’installation du musée d’art brut à Montpellier, 1 rue Beau Séjour, qui présente les oeuvres et les collections de Fernand Michel, disparu en 1999, « artiste zingueur » bien connu dans la ville.
Avec Jean-Luc Giraud, il avait fondé le site internet Mycelium sur lequel sont présentés vidéos et articles, réflexions sur l’art en général, sur la création en particulier et critiques sans concession de l’art dit « contemporain ». L’association Mycelium publie un choix de textes de Laurent Danchin, « Articles 1988 - 2016 »
Dans la préface de l’ouvrage Raphael Kœning écrit «...La sûreté de son jugement critique, l’ampleur de ses vues, et la valeur indéniable de ses recherches sur des artistes qui étaient parfois quasi-inconnus avant qu’il ne leur consacra une publication ont fait de lui au fil des années une véritable institution. Il se prêtait d’ailleurs au jeu de bonne grâce, aimant à introduire les néophytes dans le temple de l’art brut… et pour la quasi-totalité des galeristes, commissaires d’exposition, universitaires, ou critiques qui font aujourd’hui partie de ce petit monde, un passage par le bureau encombré de livres et d’œuvres d’art de Laurent Danchin était presque un rite de passage, en tout cas une entrée en matière irremplaçable

Pour commander le livre : Mycelium-fr.com

Musée d'art brut Fernand Michel
1 rue Beau Séjour à Montpellier
Facebook de l'Atelier/Musée

Michel Puech 

Soutien à la librairie montpelliéraine Tapuscrits

Un an déjà ! La librairie Tapuscrits, située entre Clémenceau et Figuerolles, met en avant les talents locaux à l'occasion de nombreux événements tels que les soirées musicales, poésie, conférences, dédicaces, ateliers d'écriture...

 Sa mission, participer à la vie culturelle du quartier.

La Librairie Tapuscrits et les éditions Tapuscrits ont été lancées « au service des auteurs ». L’ensemble fonctionne en dehors des circuits commerciaux de la grande distribution. Cette aventure alternative a besoin de l’appui actif de toutes celles et tous ceux qui participent à la culture locale et régionale.

Samedi 26 janvier 2019, la Librairie Tapuscrits à Montpellier accueille une soirée de soutien à la librairie et la maison d'édition.

Cette manifestation organisée par " Les Amis du Tapuscrit " a pour but de réunir le plus de personnes possibles désireuses d'apporter leur appui à l'éditeur - libraire alternative de Montpellier, en adhérent à l'association, mais aussi de découvrir ce que cette association littéraire et culturelle offre aux auteurs, créatifs, gens de culture, et artistes de Montpellier et de la région. 

Pour soutenir la librairiehttps://www.leetchi.com/c/librairie-alternative-tapuscrits

http://tapuscrit.org/

Samedi 26 janvier, 19h
7 rue Raoux à Montpellier. 

Ouvrage collectif, " l'Occitanie, un portrait "

La Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée. Un portrait”, fruit d'un partenariat avec la Région Occitanie est paru en décembre 2018 aux éditions Le Pérégrinateur.

Cet ouvrage, sous la plume de trois enseignants-chercheurs, Catherine Bernié-Boissard, Thomas Perrin et Jean-François Courouau, propose un portrait contextualisé et illustré de la région Occitanie. De Clément Marot né à Cahors à Mariolle, premier sapeur de France, né à La Séoube dans les Hautes-Pyrénées en 1767 - d’où viendrait l’expression « Fais pas le Mariolle », ce sont 160 pages et plus de 180 photographies où sont mobilisées histoire, géographie, politique, économie et prospective.

Les auteurs : 

Catherine Bernié-Boissard, née à Montpellier, est professeur émérite de l’Université de Nîmes. Elle a enseigné la géographie de l’aménagement urbain. Sa thèse de doctorat et ses recherches portent sur la ville et l’urbain contemporains. Elle est également élue municipale et communautaire de la Ville de Nîmes. 

Jean-François Courouau, originaire de Bagnères-de-Bigorre, est maître de conférences à l’Université Toulouse-Jean-Jaurès. Ses recherches portent sur la littérature occitane et la production culturelle en langues de France à l’époque moderne. 

Thomas Perrin, originaire de Millau, est maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université de Lille. Sa thèse a porté sur la coopération culturelle transfrontalière. Il travaille sur les régions et le régionalisme en Europe et sur les politiques culturelles.

Comment cette construction s’incarne-t-elle à l’échelle nationale et européenne ? Qu’est-ce qui caractérise la région Occitanie en France, en Europe et au-delà ? Quelle place y occupe-t-elle ? Comment s’affirme-t-elle ? 

Ces questions animent les différentes séquences qui composent cet ouvrage, invitant le lecteur à une pérégrination  à la croisée des divers territoires de l’Occitanie. 

Disponible chez l'éditeur  et en librairies.

Tél / fax : 05 61 14 05 72 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Éric-Emmanuel Schmitt à Montpellier le 17 janvier

Dédicace avec Eric-Emmanuel SCHMITT le jeudi 17 janvier de 15h30 à 17h30 à Montpellier

Rencontre en partenariat avec la librairie Sauramps à la médiathèque Emile Zola à 18h autour de son dernier livre Félix et la source invisible publié  aux éditions Albin Michel. 

Entrée libre - grand auditorium

Eric-Emmanuel SCHMITT est né  en 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon. Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, traduit en 45 langues et joué dans plus de 50 pays, il est un des auteurs les plus lus et les plus représentés dans le monde. Il a été élu en janvier 2016 à l’unanimité par ses pairs comme membre de l’Académie Goncourt.

En 2015, les Montpelliérains l'avaient rencontré pour « La nuit de Feu » (Albin Michel) pour venir échanger sur son  roman.

Dans le petit café de Belleville que tient sa mère, Félix, douze ans, grandit au milieu d’une compagnie chaleureuse et colorée. Un jour, la catastrophe survient : à la suite de tracas immobiliers et de harcèlements financiers, Fatou, sa mère, sombre dans une dépression sans remède. Cette jolie femme qui incarnait le bonheur n’est plus que l’ombre d’elle-même. L’oncle Bamba, revenu de son lointain Sénégal, constate que l’âme et l’esprit de Fatou se sont envolés. Comment ressusciter cette morte vivante ? Avec son magnifique père, Félicien Saint-Esprit, réapparu lui aussi, Félix entreprend le voyage en Afrique, au bord du grand fleuve, à la recherche des ancêtres et des génies protecteurs auprès desquels l’âme vagabonde de Fatou pourrait renaître. L’enfant tente de sauver sa mère en la conduisant aux sources invisibles du monde...

Rencontre avec l'écrivain J.M.Erre

L'écrivain montpelliérain Jean-Marcel Erre, publié sous la signature J.M. Erre, vous donne rendez-vous samedi 19 janvier 2019 à 10h30 à la Médiathèque Théodore Monod à Juvignac.

Professeur de Lettres au lycée Joliot-Curie à Sète, il sortira son prochain roman « Qui a tué l’homme-homard ? » publié aux éditions Buchet-Chastel  en février 2019.

Son parcours dans le paysage littéraire français :
Il publie son premier roman en 2006, "Prenez soin du chien", une enquête loufoque mettant aux prises les locataires de deux immeubles jumeaux.
En 2008, "Made in China" narre les mésaventures d’un chinois noir à la recherche de ses origines. "Série Z" publié en 2010, est un hommage à l’univers délirant du cinéma bis.
Paru en février 2012, son roman "Le Mystère Sherlock", qui explore le monde des holmésiens sur un mode humoristique, est finaliste du prix Orange du livre et dans la sélection 2013 du Cezam Prix Littéraire Inter CE. 
En septembre 2014, son roman "La fin du monde a du retard" obtient le prix de littérature grolandaise au Festival International du Film Grolandais de Toulouse. Il rejoint alors l'équipe des auteurs de sketchs de l'émission "Made in Groland" sur Canal +.
En 2016, son premier roman pour la jeunesse, "Comment se débarrasser d'un vampire", obtient le Prix du Premier Roman Cultura J'aime lire.

Ses terrains de jeux issus de la culture populaire

Ses romans mêlent suspense et humour et emmènent le lecteur dans un monde complètement fou, il explore les univers du cinéma de série Z, de la science fiction « Le grand n'importe quoi » , se consacre aux codes du roman policier à travers des enquêtes de Sherlock Holmes et mélange chaque fois les genres avec délice, décalage et fantaisie.

Montpellier : contes coquins au Dôme

Soirée spectacle de contes coquins, conçu par les conteuses de l'Aural,  le vendredi 14 décembre 2018 à 20h30.

La représentation se déroulera au Café "le Dôme" 2 avenue Georges Clémenceau 34000 Montpellier.

La Cavale, nouvelle librairie quartier des Beaux-Arts

Inauguration officielle le 1er décembre 2018

Un vent nouveau souffle dans un des quartiers de Montpellier-centre. Après la fermeture de L'Ivraie qui n'avait pas trouvé de repreneur, la création d'une SCIC - Société coopérative d'intérêt collectif - s'est imposée et fut spontanément mise en place en quelques mois.

Ce vendredi 23 novembre, un collectif de dizaines de contributeurs a lancé l'ouverture de La Cavale, située au 24 rue de La Cavalerie. Cette nouvelle librairie indépendante sera gérée par 153 collaborateurs, à ce jour, tous âges confondus et venant de divers milieux professionnels.

Le recrutement n'est pas terminé, vous pouvez rejoindre la belle équipée - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Une belle initiative pour rassembler les âmes du quartier des Beaux-Arts. Vous pourrez les rencontrer à l'occasion de la journée d'inauguration remplie de surprises samedi 1er décembre à partir de dix heures.

L'art Branché de Marie-Lydie Joffre

Le professeur Thierry Lavabre-Bertrand, directeur du jardin des plantes, nous le décrit ainsi ; «lieu de science et d’enseignement mais tout autant de contemplation». Marie-Lydie Joffre a fait du jardin des plantes, pendant une dizaine d’années, son atelier, prenant les arbres pour modèles, sublimant leur puissance, leur élégance et leur magnétisme. Sous un canevas de traits nets et précis comme pour une partition musicale, les troncs et les branches esquissent leur ballet et leur contour évoque parfois la gracieuse silhouette d’une danseuse dans une étrange chorégraphie.

C’est un dialogue fécond qu’établit Marie-Lydie avec ces géants bien enracinés qui se lancent à la conquête du ciel dans une subtile calligraphie. Et c’est un dialogue qu’elle prolonge avec plusieurs poètes qui chérissent comme elle ces géants qui «tien[nen]t le ciel entre [leurs] bras arc-bouté contre le temps» (Annie Devergnas.

«Au cœur de l’arbre le cœur encore dans ce décor s’écrit la vie se vit l’amour» (Huguette Bertrand).

Michel Puech

Marie-Lydie Joffre L'art Branché 

(préface Philippe Saurel et Thierry Lavabre Bertrand)
Editions Chêvre Feuille Etoilée

Le Vol du Siècle de Olivier Ondet

Olivier Ondel nous entraîne dans Le Vol du Siècle, sous le soleil de juillet, dans la ville de Narbonne et son patrimoine aussi riche que divers dont fait aussi partie le vent qui a modelé ses paysages. Les époques y sont mêlées, entre l’antiquité qui y a laissé de nombreuses traces, ruines et trésors et la plus récente modernité qui y pointe son nez avec les éoliennes productrices d’énergie, l’intelligence artificielle qui est testée sur les voitures autonomes, les capteurs fixés sur les pieds de vigne pour en surveiller et améliorer la production, pour en «optimiser la quantité sans dégrader la qualité»... Un des personnages emblématique du roman, avocat et homme politique, érudit passionné par l’histoire de sa ville déclare avoir l’ambition de «la mettre en tête des villes les plus intelligentes du XXIème siècle».
C’est donc Narbonne qui sert de décor à ce polar régional et l’auteur pare la ville de tous ses atouts pour la rendre aussi réaliste que séduisante au lecteur.  C’est avec de nombreux détails malicieux qu'il nous fait découvrir ses beautés et ses secrets en déroulant un drame savamment orchestré.

Les rouages de l’intrigue policière sont doctement distillés jusqu’à l’éclairage final. Les personnages finement décrits donnent force et vraisemblance à cette histoire dans laquelle on se glisse avec curiosité et délectation. Des petits tableaux finement observés donnent au récit un surplus de poésie : «au loin une dame au dos légèrement voûté sortait de son jardin avec un panier débordant de légumes. Elle avançait à petits pas, elle avait dû passer l’après-midi pliée en deux. Un garçonnet sans doute son petit fils, l’accompagnait et jouait avec un épagneul breton qui sautillait dans tous les sens.» Mais tout n’est pas aussi calme et ordonné le long du Canal de la Robine et de la Voie Domitia...
Michel Puech

Olivier Ondet «Le vol du siècle» Editions Le Papillon Rouge.