Comédie du Livre : une édition 2021 maintenue sous un nouveau format

Face aux incertitudes liées à l'évolution de la situation sanitaire, la Comédie du Livre, prévue les 4, 5 et 6 juin 2021, ne pourra pas se tenir sous sa forme habituelle, à l'image de beaucoup d'autres festivals littéraires nationaux prévus à la même période.

Comédie du Livre : une édition 2021 maintenue sous un nouveau formatVoir l'image en grandAU PROGRAMME DE l'ÉDITION 2021 : Cliquez-ici pour le programme : https://comediedulivre.fr/

  • Une programmation numérique d'une quarantaine de rencontres littéraires et de lectures, réalisée durant les trois jours de la manifestation. En coproduction avec Via Occitanie, elles seront diffusées en ligne et sur les réseaux sociaux.
  • Des séances de dédicaces d'auteurs les 4, 5 et 6 juin dans les librairies, commerces essentiels, dans la limite des jauges imposées et le respect le plus strict des gestes barrières, si les conditions sanitaires le permettent.
  • Un dispositif d'aides aux librairies et d'invitations à la lecture pour les plus jeunes à partir du mois de juin, dont les modalités seront prochainement annoncées.

Cette édition sous contraintes permettra de maintenir ainsi le lien de la Comédie du Livre avec son public, et assurera aux libraires une aide importante, dans l'attente d'une édition 2022 marquée par de réelles retrouvailles entre écrivains et lecteurs.

L’écrivain Olivier Martinelli à la médiathèque Mitterrand

Jeudi 20 mai, la médiathèque Mitterrand a reçu dans ses jardins l’écrivain Olivier Martinelli invité dans le cadre des Rendez-vous des Automn’Halles. Il présentait L’Enfant guerre, second tome de son diptyque Le Livre des Purs (éditions Leha).

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Devant une soixantaine de personnes et sous un soleil radieux, l’adjointe municipale à la Culture chargée des Festivals et associations littéraires et théâtrales, Claude Muslin, a souligné le plaisir que les acteurs de la Culture ont à retrouver leur public après cette longue période de confinement et rappelé l’importance que revêtent à Sète ces manifestations. Puis, le Président des Automn’Halles, Laurent Cachard, après avoir remercié la directrice de la médiathèque et son équipe, a évoqué le prochain salon du livre de Sète qui aura lieu du 22 au 26 septembre prochain. L’interview pouvait commencer.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOlivier Martinelli a publié depuis le début des années 2000 une douzaine de romans et novellas, de nombreuses nouvelles et des romans policiers. Si le succès est venu avec La nuit ne dure pas (prix du salon du livre de Deauville 2012), il s’est confirmé en 2017 avec L’Homme de miel. Puis ce fut, en 2019, Mes nuits Apaches, illustrées par Topolino, une ode au rock, un style musical qui recueille les ferveurs de l’auteur.

En 2020, il bouscule encore une fois les genres et la rentrée littéraire de septembre avec le premier tome d’un diptyque classé epic fantasy, un genre dans lequel on ne l’attendait pas. Il explique : « Alors que je reprochais à mon fils Dan de lire trop de livres de fantasy, une littérature facile me semblait-il, il me mit au défi, “puisque c’est si facile”, d’en écrire un premier chapitre durant le temps de ses vacances de neige. »

 

L’écrivain se prend au jeu et c’est tout un monde qu’il crée. Des « méchants », les Palocks, attaquent le village tranquille où vivent en harmonie les Belecks et où Daan le héros de 17 ans découvre que son père n’a pas toujours été charpentier mais qu’il fut autrefois le roi des Krols. Beaucoup de batailles, c’est la loi du genre, dans le premier opus et de découverte en découverte, l’histoire et la cosmogonie du peuple krol dévoilées dans ce second tome. Un livre sacré subtilisé qu’il faut récupérer, des vierges enlevées qu’il s’agit de délivrer, des monstres peuplant un monde fantasmagorique… derrière tout cela, c’est une lutte contre l’obscurantisme qui se joue.

 Récit initiatique ; personnages attachants (parfois même au sein des ennemis) ou terrifiants ; importance de la figure paternelle et découverte de ses faiblesses ; héros se confrontant au monde ; femmes guerrières chevronnées ; fratrie mise en avant… autant de thèmes qui confèrent au roman son intérêt. Les personnages ont de la chair, les animaux fantastiques déclenchent l’empathie lorsqu’ils sont blessés ou meurent au cours des batailles, on est saisi d’effroi devant les monstres qui aident les attaquants.

Bref, c’est une réussite portée par une écriture incisive, presque cinématographique. Olivier Martinelli confesse son admiration pour des auteurs comme John Fante (Demande à la poussière), Salinger (L’attrape-cœurs), Brautigan (Un privé à Babylone) ou encore le Céline du Voyage au bout de la nuit. Comme eux, il place l’écriture au service de l’histoire et non l’inverse. Il fait un parallèle avec la musique : les solos interminables de guitare, destinés à prouver la virtuosité du musicien, l’ennuient.

 Étonnamment, Olivier Martinelli dit n’avoir jamais lu ou presque – il concède Tolkien et l’Iliade qu’il considère appartenir au genre – de Fantasy avant de se lancer dans l’écriture du Livre des Purs.

Y aura-t-il une suite ou du moins un autre roman dans la même veine ? Peut-être, mais pas immédiatement, Olivier Martinelli retourne pour le moment à un genre plus classique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le public a manifesté son plaisir à cette rencontre par des applaudissements nourris et s’est empressé de se diriger vers la table de La Nouvelle Librairie Sétoise pour une séance de dédicaces fort sympathique.

 Notons que, outre l’adjointe à la Culture déjà citée, étaient présentes dans le public, Jocelyne Gizardin, adjointe au Pôle ville solidaire chargée de l’action sociale et la conseillère municipale Horrira Bouraoui.

 Jocelyne Fonlupt-Kilic

 

Photos ©Jeanne Davy

 

Vient de paraître : le "Lexique amoureux de Sète"

 

Vient de paraître

Le "Lexique amoureux de Sète"

Jocelyne Fonlupt-Kilic, Bernard Lonjon,

Bernard Wagnon

 

cairnCaptureComme son nom l’indique, ce livre est une déclaration d’amour à l’île singulière chérie par les trois auteurs qui, s’ils n’en sont pas originaires, sont tombés sous le charme et ont choisi d’y vivre. Véritable ode à la découverte de ses attraits, ce manifeste poétique, gustatif, visuel espère entraîner le lecteur sur des sentiers de traverse. Comme le ferait une balade en compagnie de trois amis entre étang de Thau et mer Méditerranée avec pour mots d’ordre : subjectivité, diversité et sensibilité.

De Paul Valéry à Georges Brassens, du mont Saint-Clair aux plages du Lido, de la tielle à la macaronade, des goélands aux bateaux de pêche, des anarchistes sétois à la Venise du Languedoc, de Manitas de Plata à Agnès Varda… voici une invitation gourmande à suivre les traces humaines, sociales, historiques et culturelles de cette ville-port baignée par le soleil, ancrée dans le golfe du Lion et dans l’Occitanie. Qui rayonne sur la Méditerranée.

LES AUTEURS

Jocelyne Fonlupt-Kilic, lyonnaise de naissance, a récemment quitté Paris pour « l’île singulière » Sète. Membre de la Société des Gens de Lettres, journaliste retraitée et auteure

de plusieurs ouvrages aux éditions Wartberg, elle partage son temps entre l’écriture, la photo et les voyages.

Bernard Lonjon, membre entre autres de la Société des Gens de Lettres, a publié un grand nombre d’ouvrages de tous genres : biographies, nouvelles, essais, etc. Il est notamment l’auteur, avec Bernard Wagnon, de Georges Brassens pas à pas – Petit guide (très orienté) de Sète.

Bernard Wagnon, installé à Sète depuis maintenant quelques années, spécialiste de San Antonio, est un ancien maître de conférences à l’Institut national polytechnique de Grenoble. Il partage avec Bernard Lonjon sa passion pour Georges Brassens.

Éditions CAIRN

broché 12.7 x 21 cm – 268 pages – 20 € ISBN 9782350689340 – avril 2021

Les Editions Baudelaire vous présentent, "Les autres mains de Dieu" d'Yvan Buonomo

"Réunies autour d’une grande tablée à la ferme des Chênes blancs, plusieurs générations d’une même famille se remémorent les souvenirs du temps où le patriarche Jules dirigeait encore la propriété."

"Cet homme de terroir aujourd’hui disparu, a transmis à ses proches les valeurs de la terre, en démontrant l’importance de la nature et de son agriculture. Bonheurs de jeunesse, grandes chambrées, parties de pêche ou de chasse : les cousins se rappellent tous ces moments de partage et souhaitent les transmettre à leur descendance, à l’occasion de ces réunions de famille."

"Riche de ces racines authentiques puisées dans cette ferme, Lucien va pourtant faire de belles et grandes études spécialisées dans les négociations internationales, et devenir haut fonctionnaire au quai d’Orsay. De confidence en confidence, il dévoile ses rencontres dans ce haut lieu de pouvoir, certaines de ses missions sensibles, ses voyages diplomatiques à l’étranger et propulse le lecteur dans l’univers mystérieux du secret-défense et celui de la science."

 

yvanbnbnbnCapture

 

Roman : Code ISBN 979-10-203-4002-3 – Format : 15 x 21 cm – 366 pages – Prix de vente : 26,00 €
Contact presse et libraires : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – Tel. : 04 28 29 16 06
Roman
Commandes libraires : Hachette Distribution (Dilicom), commandes fermes
Éditions Baudelaire

yvanCapture

 

mayeppppYVAN BUONOMONé en 1946 à Sète, Yvan Buonomo est père de cinq enfants et huit fois grand-père.

Le BEPC en poche, il rejoint l’atelier artisanal de plomberie de son père. Ayant commencé le rugby en 1961, il remporte son premier Brennus avec L’A.S. Béziers, dix ans plus tard.

Il en gagne cinq et est sélectionné plusieurs fois en équipe de France.

Dans le monde professionnel, il crée sa société dont il devient le chef d’entreprise, jusqu’à sa retraite.

Son autre passion, l’écriture en vers, le poursuit continuellement. Il adhère à un cercle philosophique dans lequel il rédige de très nombreuses poésies et des textes symboliques en alexandrins.


Cet humble humaniste épicurien, bâtisseur de pierres par plaisir, est l’auteur d’un premier ouvrage : À la
recherche du rugby perdu… (2019). Les autres mains de Dieu est son premier roman.

 

 

Au fil des pages :

"Les premières lueurs se sont glissées lentement à travers les fines feuillures des contrevents de sa chambre, pour napper maintenant d’une faible clarté les quatre murs blancs. Heureux de voir apparaître le soleil pâle de l’hiver, Lucien soulève d’un large geste ses grosses couvertures en laine et son volumineux édredon, puis il sort lentement de son lit. Il est déjà plus de huit heures.

L’habitude de se lever dans ces lieux avec le jour naissant remonte du temps de son enfance, quand il venait y passer toutes ses vacances scolaires. L’été, les tâches commençaient très tôt et tous les adolescents étaient obligés d’aider les parents à soigner la volaille, garder le bétail ou participer, selon leur âge et leur capacité physique, aux multiples autres travaux des champs. Il était difficile pendant l’été de faire, même très rarement, une grasse matinée. En bon petit-fils, pensionnaire saisonnier voulant gagner son gîte et son couvert, Lucien suivait toujours de façon inconditionnelle ses cousins, il n’était jamais le dernier à se mettre à l’ouvrage."

" En repensant à cela, il a l’impression d’avoir mauvaise conscience pour avoir ce matin flemmardé. Son grand-père disait « Le fermier se lève avec le soleil et se couche avec les étoiles » mais nous sommes en hiver, alors l’ancestrale règle des lieux est quand même aujourd’hui respectée dans cette maison où ont vécu ses aïeux, Marie et Jules Escournet, et où est née toute leur nombreuse descendance, dont sa mère qui fût la cadette de la famille. Quand il évoque son adolescence, il dit : — C’est l’endroit où j’ai vécu les plus beaux moments de ma jeunesse pendant tout le temps où j’ai eu la chance de venir y séjourner. [...]"

Le 1er « Rendez-vous des Automn’Halles » de l’année : pour invité Olivier Martinelli

 

  • Le 1er « Rendez-vous des Automn’Halles » de l’année aura lieu le jeudi 20 mai 2021 à 18 heures dans les jardins de la médiathèque François-Mitterrand, boulevard Danielle-Casanova, à Sète.
  • Avec pour invité Olivier Martinelli qui présentera « L’enfant Guerre » second tome de son roman de fantasy « Le Livre des Purs » (Leha éditions).
  • Dans le respect des normes sanitaires en vigueur.Rendez-vous Automn'Halles affiche Martinelli

 

Avec L’Enfant Guerre, on retrouve avec plaisir les personnages du Roi des Krols, premier tome de l’épopée de high fantasy qui en compte deux réunis sous le titre Le Livre des Purs. Et en premier lieu Daan le Rouge qu’on avait laissé en bien mauvaise posture à la tête de son armée des Cheveux Courts. Les clans, Belecks, Fradins, Vélins…, tout comme les Palocks aux six doigts, sont naturellement présents dans cet opus aux batailles sanglantes – c’est la loi du genre – moins nombreuses cependant que dans le premier volume. On fait aussi mieux connaissance avec les terribles Canis, et c’est comme une lueur d’humanité qui se mettrait à briller. Enfin, la cosmogonie des Krols est détaillée et le Livre des Purs prend une nouvelle dimension. Pas question d’en révéler plus ici.

Au-delà de la maîtrise des codes du genre, l’auteur trouve son inspiration dans les drames qui agitent notre époque. Ainsi, à propos du mot « paradoxe », Daan se souvient d’une conversation entre ses parents. Son père expliquait : « Le paradoxe, c’est ce peuple capable de toutes les atrocités et tout aussi capable de créer les beautés les plus extravagantes. » Et, de petites touches discrètes en petites touches esquissées, ce n’est pas la seule évocation, ni la seule réflexion, en référence à notre société.

Prenant plaisir à balader son lecteur jusqu’au bout, Olivier Martinelli termine la saga sur une énorme surprise…

 

À propos des Automn’Halles Les informations sont à retrouver sur le site du Festival :

https://www.festivaldulivredesete.com/

et sur la page Facebook @festivallesautomnhalles