"Ma soeur s'appelle Gary Cooper"

de Patrick DEBONO

 

Patrick Debono

Où donc était passé ce jeune homme qui voulait changer le monde ? Ā cette époque, on croyait encore que les mots avaient le pouvoir d’apporter un peu de lumière au plus obscur des esprits. Où donc étaient passés ces magiciens capables d’influencer la destinée de tout un chacun ? Si les journaux disaient vrai, les mortels se construisaient des vies bien rassurantes et disparaissaient comme ils étaient venus. En laissant des enfants derrière eux. En oubliant surtout qu’ils avaient été aussi des enfants.

   

Dans son troisième ouvrage publié comme les précédents aux éditions Le Faucon d’or, Patrick Debono nous livre un ensemble composé de onze nouvelles et deux poèmes.

L’unité du recueil naît de l’approche de l’existence qui s’y dessine nouvelle après nouvelle, une existence fondée sur le respect d’autrui, la générosité, la capacité à apprécier la beauté simple et évidente du monde. C’est ainsi seulement que l’homme accède au véritable bonheur que procurent amour, nature et fidélité.
La tonalité de l’ouvrage n’est pas néanmoins celle d’un bucolisme simpliste. D’une part car les fables traquent toutes les médiocrités humaines, de la simple indifférence, si facile et si exécrable, à l’égoïsme le plus forcené, en passant par la cupidité la plus aveuglante ; d’autre part car si l’accès au sens profond de notre vie sur terre peut être révélé, ce n’est qu’en grande partie par l’épreuve la plus douloureuse : le choc fondamental qu’induit la confrontation avec la mort – avant tout celle de l’aimé. Il nous faut dès lors réussir à survivre avec cette douleur et l’auteur nous propose un chemin pour y parvenir, quelles que soient nos croyances, un chemin que même l’athée peut emprunter. « La vraie fin, c’est de rester dans le souvenir ». La vie alors gagne son sens, et la douleur de la perte, un réconfort.
Si l’idée n’est pas nouvelle, le traitement littéraire en revanche est bien personnel à notre auteur montpelliérain . Il nous ouvre les portes d’un monde à la fois étrange et familier, étrange car teinté d’onirisme, et familier car, à travers la peinture de toutes les faiblesses et de toutes les grandeurs de l’être humain, il traite, avec simplicité, de nos préoccupations les plus essentielles.


"Ecrire des nouvelles me procure avant tout le plaisir de raconter des histoires aussi variées que possible, et surtout d'oublier la vie en général, avec son lot inhérent de doutes et de souffrances. Dans ces textes, j'ai voulu que tout lecteur rencontre des personnages attachants, et qu'une fois le récit entamé, il ait envie de connaître la fin." - Patrick Debono

"Vrai regard d’auteur, intense, riche et profond. Mieux que de simples nouvelles, il y a en filigrane un lien entre ces fragments de vie, ces portraits : l’auteur tisse la trame de sa représentation intime et réellement poétique du monde. La fusion/tragique/humour/irrationnel, fonctionne. L’humour , présent, cache en fait un grand désespoir !" - Marie-Laure Arzel

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon