Laurent Danchin "Articles 1988-2016"

Laurent Danchin, critique d’art, « arpenteur des marges de l’art », disait-on de lui, est décédé le 10 janvier 2017.

Ardent défenseur de l’art dit « brut », « singulier », « outsider »... il avait défendu et fait connaître nombre d’artistes « hors normes » tels que Chomo, Raymond Raynaud, Jean-Pierre Maury, Joseph Kurhajec, et tant d’autres. « Les grands artistes, savants ou bruts, sont des obsessionnels, des monstres d’énergie entretenant un rapport très particulier avec ce qui les entoure, une relation faite de distance - ce sont des martiens, des habitants de Sirius, fraîchement débarqués - et d’une forme extrême de résonance à certains aspects de la vie. Par définition leur monde est forcément unique, « singulier », puisqu’il émane d’une exploration des limites de leur propre destin et de leur individualité particulière...», écrit-il.
Il avait participé à l’installation du musée d’art brut à Montpellier, 1 rue Beau Séjour, qui présente les oeuvres et les collections de Fernand Michel, disparu en 1999, « artiste zingueur » bien connu dans la ville.
Avec Jean-Luc Giraud, il avait fondé le site internet Mycelium sur lequel sont présentés vidéos et articles, réflexions sur l’art en général, sur la création en particulier et critiques sans concession de l’art dit « contemporain ». L’association Mycelium publie un choix de textes de Laurent Danchin, « Articles 1988 - 2016 »
Dans la préface de l’ouvrage Raphael Kœning écrit «...La sûreté de son jugement critique, l’ampleur de ses vues, et la valeur indéniable de ses recherches sur des artistes qui étaient parfois quasi-inconnus avant qu’il ne leur consacra une publication ont fait de lui au fil des années une véritable institution. Il se prêtait d’ailleurs au jeu de bonne grâce, aimant à introduire les néophytes dans le temple de l’art brut… et pour la quasi-totalité des galeristes, commissaires d’exposition, universitaires, ou critiques qui font aujourd’hui partie de ce petit monde, un passage par le bureau encombré de livres et d’œuvres d’art de Laurent Danchin était presque un rite de passage, en tout cas une entrée en matière irremplaçable

Pour commander le livre : Mycelium-fr.com

Musée d'art brut Fernand Michel
1 rue Beau Séjour à Montpellier
Facebook de l'Atelier/Musée

Michel Puech 

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon