Le révolutionnaire occitan ou la vie sulfureuse de Ludo Chauviac

Le révolutionnaire occitan ou la vie sulfureuse de Ludo Chauviac
Nathalie Gineste

De son enfance à Montpellier, du salon de coiffure de son père où il croqua ses premiers modèles, de ses études aux Beaux Arts de la même ville avec ses condisciples Bouvier, Allègre, Jalabert,  Hermine Llory jusqu’à sa quète de notoriété à Paris et son retour dans sa ville natale, Nathalie Gineste retrace la vie de son aïeux Ludovi Chauviac (1894-1978). Sulfureux et illustrateur de romans coquins, il tente son aventure à Paris. Ses acolytes d'infortunes Foujita et Dubout lui font découvrir le monde artistique parisien d'entre deux guerres. Il a croqué la couverture du livre Au grand 13 signé Gom Gut, pseudonyme de Georges Simenon. Après une vie parisienne intense, Ludo revient dans sa région natale de Montpellier pour continuer son travail.

Nathalie Gineste
Arrière petite nièce de Ludo Chauviac, Nathalie Gineste est née à Montpellier. Après un passage aux Beaux Arts et une formation à l'authentification et la valorisation d'objet d'art, elle se passionne pour les petits maîtres montpelliérains des deux derniers siècles et s'oriente vers l'écriture : elle est l'auteure d'un ouvrage sur le peintre Jean Louis Asté et d'articles dans la revue des amis du musée Fabre et des barons de Caravètes.

Avant-Propos du livre
De nombreux peintres Montpelliérains tentent leur aventure à Paris  où  ils  précèdent  des  artistes  tels  qu’Eugène  Delacroix,  Jules Laurens,   Legrip,   César   Ducornet   peintre   sans   bras,   Mme S.  Fremont,  Eugène  Lami,  Paul  Delaroche,  Henri  Rodakowski, Alfred Dehohencq, Frédéric Léon, Mlle Valentine Lecomte, Louis Malteste,  et  bien  évidement  Frédéric  Bazille.  Comme  Jean Louis Asté,  Ludo  Chauviac  est  un  artiste  peintre  du  début  du  20esiècle qui a vécu à Montpellier ainsi qu’à Paris.  
La vie de bohème Parisienne où l’érotisme est à l’honneur influence la vie et l’œuvre de Ludo Chauviac.