Abradacactus

Abradacactus (Le Monde Merveilleux des Florafés t. 1) par [Diané, H.F.]Quand H-F Diané écrit pour les enfants.

C'est bien pour que les 5/6 ans le lisent que M. H-F Diané a écrit et illustré l'histoire d'Abradacactus, un petit ouvrage édité chez Flam à Sète. On peut penser que ce livre peut être lu par un proche pour distraire les plus jeunes qui ne dorment pas à l'heure de la sieste ou quand le marchand de sable, le soir, tarde à se manifester. Mais c'est bien de lecture qu'il s'agit. C'est bien l'intention de l'auteur et il a ses raisons pour cela.

Car si H-F Diané vit à Montpellier (où il travaille à la librairie Sauramps), il est originaire de l'Afrique de l'ouest. Ce trentenaire cultivé et ouvert a connu dans son enfance la République démocratique du Congo, la Côte d'Ivoire. Oublie-t-on jamais le pays de son enfance ? Jusqu'à l'âge de onze ans, il a vécu, non dans de grandes métropoles, mais dans de petites agglomérations aux maisons avec jardins. Et la nature de cette partie de l'Afrique : abondante, luxuriante, généreuse. Il en retrouve l'écho au Jardin des Plantes de Montpellier. Et puis ce fut l'école, l'université Paul Valéry, et l'étude des langues, anglais, espagnol, italien. Nous voilà loin de l'image convenue de l'Afrique, ses conteurs, ses griots. A la faculté des Lettres de Montpellier, H-F Diané a soupesé le sens des mots, scruté les mécanismes des syntaxes, observé les différents modes d'expression. Car il voulait devenir écrivain. Il l'a su très tôt, dès l'âge de douze ans. Le ressenti d'une nécessité intérieure. Appel qui l'a conduit aujourd'hui à être "auteur-illustrateur" à compte d'auteur après mésentente avec les éditeurs "traditionnels". Il est vrai que le marché du livre est en crise, mais pour les enfants, il en va tout autrement. D'autres facteurs entrent en jeu.

La littérature pour enfant se porte bien. Parce que les parents mettent des livres à la portée des tout-petits. Ils cultivent leurs impressions d'enfance. Et puis, l'imaginaire enfantin doit-il être peuplé par les représentations stéréotypées et parfois stressantes des histoires cathodiques ? Il est d'autres émotions à susciter chez les moins de 12 ans. Et le petit volume sorti des presses sétoises s'y prête à merveille. L'éditeur a bien rendu le dessin épuré des personnages et des objets et leurs coloris gais : même la méchante fleur carnivore est rouge. Car, il était une fois, dans le monde merveilleux des Florafés, un petit magicien coiffé d'un étrange chapeau en forme de cactus. Qu'est-ce que les Florafés ? Ce sont "des petites créatures, des fleurs et chacune a un pouvoir particulier". Elles vivent dans le Village Fleuri et habitent dans de petites maisons en forme de coquilles d'escargot appelées "colimaisons". Et le dessin des colimaisons, en regard du texte, réjouira plus d'un regard juvénile. Le petit magicien était très étourdi, se trompait dans le choix des formules, confondait magie et jardinage.

Un jour, Abradacactus apprit un nouveau tour. Alors ? Alors, le petit homme qui aborde sa sixième année en saura plus en lisant la suite, plongé dans un monde clair, frais et… comment dire ... poétique. Poétique, voilà.

Hervé le Blanche