Venue exceptionnelle du Chef indien Guarani Ladio Veron à Montpellier

Venue exceptionnelle  le 24 mai 2017 à Montpellier de Ladio Veron,  cacique indien Guarani du Brésil, région Mato Grosso do sul. Sur l’invitation de Christian Puech, explorateur ethno photographe auteur.

Après cinq siècles de colonisation  la Constitution  brésilienne a reconnu en 1988 aux 220 peuples indigènes du pays des droits sur les terres de leurs ancêtres.  Le Brésil s’était engagé sous cinq ans à la délimitation  de ces terres, à leur homologation par l’Union et à la remise d’actes notariés de propriété aux groupes considérés.

Or, le Brésil n’a jamais honoré ses engagements,  laissant les indiens sans protection, ni moyens juridiques de défense, confrontés aux appétits des grands propriétaires ou groupes financiers d’agro carburants, agroalimentaires ou miniers, soutenues par des hommes en armes. 207 membres du Congrès sur 594 seraient « des représentants direct de ces industries » (C. Pantzis).

Cette situation : «  expose le peuple  Guarani - Kaiowa à toutes sortes de  violences qui ont pour but de les expulser de ce qui reste de leur terres ancestrales ». Le Congrès brésilien chercherait aussi à faire adopter un amendement transférant  la démarcation des terres au Parlement. D’après le Indegenous Missionary Council (CIMI) : « …en 2015, 137 indigènes ont été tués dans le pays, dont 36 dans le Mato Grosso do sul, la plupart appartenant bau peuple Guarani… ». Et selon cette communauté le désespoir est tel que : « dans la seule période 2000-2008, 410 suicides ont été enregistrés, notamment chez les adolescents ». En effet les Guarani - Waiowa refusent d’aller rejoindre les bidonvilles ou réserves, préférant essayer de survivre dans des baraques à la périphérie de leur territoire duquel  ils ont été le plus souvent expulsés de force. « Le père de Ladio Veron a été assassiné en 2003 après avoir voulu réoccuper une partie du territoire de sa communauté ».

De plus, le Brésil n’honore pas plus les engagements pris lors dans la Convention Internationale sur les diversités des Nations Unis, qui l’oblige à assurer « la sécurité et le bien être des peuples autochtones », ainsi que le respect de leur culture traditionnelle. En effet,  les Guarani-Waiowa refusent  le mode de vie  européen : « Nous, le peuple indigène, sommes comme les plantes. Comment pouvons-nous vivre sans notre terre » (Survival international).

Réuni en Assemblé (Aty Guasu) le peuple Guarani- Waiowa a décidé de missionner le chef Ladio Veron, afin de déposer une plainte pour les violences subies, et pour solliciter l’aide de la communauté internationale afin que le Brésil remplisse dans les plus brefs délais  ses engagements.
Cette démarche Guarani  est organisée au Brésil par le Tribunal Popular. Le séjour de Ladio Veron à Montpellier est articulé par Christian Puech qui a vécu un temps avec certains peuples d’Amazonie en voie de disparition du fait de la globalisation, entre autres, dont les Huaorani d’Equateur.

Programme : le 24 mai 2017 à 17 heures : conférence de presse de Ladio Veron, réservée aux médias, à l’Hôtel Océania Le Métropole 3 rue Clos René, Montpellier (3 minutes de la place de la Comédie).
Même jour à 18 h.  Conférence débat de Ladio Veron, à l’Hôtel Océania Le Métropole, animée par Christian Puech : http://christianpuech.wordpress.com
Contact à Montpellier : 06.03.38.16.98. E Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.