L'étoile et la planète bleue

de Patrick Misse

Il était une fois une étoile lumineuse qui broyait du noir…. Elle souffrait de solitude car elle n’avait aucune possibilité d’aller rendre visite à ses consœurs. Pensez-donc, la plus proche se situait à des millions d’années lumières et le grand ordonnateur céleste ne permettait jamais la plus petite escapade en dehors des trajectoires. A quoi bon, de toute façon, puisque leurs rencontres provoqueraient des étincelles insoutenables. Alors notre petite étoile se résigna. Chacune de ses explosions thermonucléaires était un soupir de découragement, elle irradiait le malheur. Comment supporter son isolement calamiteux durant des milliards d’années jusqu’à sa mort ?
Un jour, elle découvrit, parmi sa cour, une planète bleue, si minuscule qu’elle ne l’avait jamais remarquée. Intriguée, elle bâtit un télescope atomique d’une puissance inégalée. Quand il fut au point, le 14 juillet, elle le braqua sur cette Terre et elle aperçut des feux follets qui provoquaient des scènes de liesse itératives parmi des êtres microscopiques. Comment ces pâles lumières pouvaient-elles déclencher autant d’enthousiasme ?
Elle s’interrogea et décida d’observer avec attention cette curieuse planète. Elle découvrit, stupéfaite, que l’étoile était un symbole politique, religieux, et personnel omniprésent au point que les personnes de lumière étaient considérées comme des stars. Elle fut surtout touchée par l’étoile de Noël qui guidait les mages et par l’émotion des enfants qui admiraient l’étoile au sommet du sapin.
C’étaient ses rayons chaleureux qui permettaient à tous ces gens de vivre et d’être heureux. Elle prit conscience qu’elle était indispensable et elle ressentit soudain l’amour d’une multitude de gens. Elle n’était plus seule au monde. Prise d’une fulgurance, elle s’inspira des feux d’artifice de la planète bleu et créa des fabuleux spectacles sons et lumière qui furent admirés partout dans la galaxie. Elle irradie encore aujourd’hui sa joie de vivre…

Quand nous broyons du noir, songeons que nous sommes l’étoile de quelqu’un… A mes amis de lumières… Patrick Misse

Montpellier secret et insolite

Montpellier secret et insolite
Les trésors cachés de la belle languedocienne

par Marie Susplugas

Montpelliéraine de naissance, historienne de formation, Marie Susplugas a enseigné à l'Université Paul-Valéry de Montpellier. Journaliste indépendante, elle publie régulièrement des articles sur le patrimoine du Languedoc-Roussillon. Elle est également l'auteur d'une Histoire du Languedoc aux éditions Ouest-France et de Montpellier Impressions, chez Études et Communication.

"J'ai reçu ce livre. "Montpellier secret et insolite" est un ouvrage que je trouve assez complet sur les petits secrets de la ville. Il est richement illustré et la mise en page est attrayante. J'ai seulement quelques petits reproches à faire. Il n'y a pas de carte de la ville et de plan de l'Écusson dans le livre sur lesquels seraient placées les curiosités traitées dans les pages. Pour chaque curiosité on donne les adresses, mais il faut se doter d'un plan de la ville ou aller sur Google Map pour les situer. Le livre n'est pas censé être un prodige d'exhaustivité dans la liste des curiosités traitées, des éléments sont immanquablement absents comme les halles Laissac, la fontaine Font Putanelle ou la roue en pierre de la rue St Ursule, mais les éléments importants sont là, plus quelques bonus alléchants comme le restaurant la Diligence de hôtel de Varennes ou la Boite à Musiques de l'Hôtel du Palais. L'ouvrage insiste d'ailleurs sur le fait qu'à Montpellier il y a de nombreux hôtels particuliers qui cachent derrière leurs façades des trésors d'architecture et d'art appliqué, cages d'escaliers, peintures, voutes, etc. Par soucis de complétude la lecture de ce livre devrait être enrichie par la visite de ce site, bien plus exhaustif que le livre de quelqu'un qui connait bien et aime sa ville. " - Jean-Luc Drevillon. (» Amazon)