Gilles Simeoni invité de l'amicale des Corses


Christian Castelli, Président de l'Amicale Corse de Montpellier, a invité de nombreuses personnalités à la cérémonie de présentation des Vœux 2018 dans les locaux de Midi Libre à Saint Jean de Védas.
Accueillie dans ces beaux locaux par Monsieur le Ministre Jean-Michel Baylet, Président Directeur Général du groupe Midi Libre, l'Amicale Corse recevait Monsieur Gilles Siméoni Président Exécutif de la Nouvelle Collectivité Unique de Corse.


Messieurs Gilles Siméoni et Jean-Michel Baylet étaient entourés de Patrick Vignal député LREM de la 9ème circonscription de l'Hérault et conseiller municipal de Montpellier, de Philippe Thinès président du PRG de l'Hérault et attaché parlementaire de l'eurodéputée V. Rozière, de Patrick Roux, conseiller régional représentant Carole Delga, Présidente de la région Occitanie, déléguée à la culture et à la langue occitane.
Le Président de l'Amicale Corse Christian Castelli présente ses voeux à toute l'assistance et laisse rapidement la parole aux invités.

Le président Baylet fait part de son bonheur et de son émotion de recevoir Gilles Simeoni à qui il renouvelle sa sincère amitié et à qui il adresse ses sincères félicitations pour la belle victoire remportée aux dernières élections pour la collectivité corse. Il rappelle son action avec les élus corses en tant que Ministre de l'aménagement du territoire et les énormes avancées et ouvertures réalisées grâce au dialogue positif instauré alors.
Après des vœux prononcés en Corse et en Français, Gilles Simeoni se dit heureux d'être de retour en Occitanie et établit un premier bilan sur le dialogue engagé avec l'état. Il énonce les avancées et points positifs pour la Corse: la nomination au gouvernement  de Madame Corse en la personne de Jacqueline Gourault ce qui est une belle preuve de la décrispation dans les relations avec l'état.

Pour preuves : la prolongation pendant 10 ans du régime fiscal spécifique à l'île, la prise en compte de la spécificité retenue par Madame Gourault et envisageable dans le cadre d'une réforme de la Constitution en 2018. Cependant des points d'achoppement demeurent : le statut de résident, la langue corse, l'autonomie de la Corse, le statut des prisonniers politiques....Monsieur Siméoni réitère sa position de fermeté contre la violence et se dit très ouvert au dialogue avec le gouvernement : "Nous devons inventer des modèles politiques qui permettent de vivre notre identité" au sein de la République. Il reste foncièrement optimiste et répète qu'il est respectueux de l'état, de ses lois et qu'il reste très confiant dans le dialogue qui permettra de donner à la Corse une place à part dans la France qui reste la mère patrie.
Jean Michel Baylet demande que le gouvernement comprenne et aime la Corse pour avancer.
Patrick Vignal, député de LREM, se félicite de la tournure prise par les relations Corse/Continent et affirme que notre monde a besoin de gens apaisés, de gens de consensus comme Emmanuel Macron et Gilles Simeoni pour progresser. La société doit être repensée, Paris ne doit pas être la seule référence, les régions et territoires doivent être préservés et mis en valeur, la langue est une richesse culturelle et la démocratie doit permettre les plus belles avancées.
Patrick Roux, conseiller d'Occitanie, rappelle que la langue française reste celle de la République mais qu'il faut néanmoins sauver les langues régionales.
Philippe Thinès fait part de la position de l'Europe: il dit son admiration pour les avancées initiées par Gilles Simeoni: l'arrêt de la lutte armée, le succès des nationalistes sur un projet apaisé mais rappelle que, bien que constituée de cultures différentes, la République est une et indivisible et qu'il faut un vrai débat national sur le pouvoir que l'on veut. Pour l'Europe, ce qui compte ce sont les états et non les régions; c'est donc à la France de savoir ce qu'elle veut pour demain.
Gilles Simeoni va conclure en disant qu'il attend maintenant que la République donne un signal qui rassure car "notre petite île s'inquiète". Tous les Corses et tous ceux qui aiment la Corse doivent jouer un rôle déterminant dans l'avenir de l'île.
De nombreux applaudissements ont salué cet échange intéressant avant que tout le monde se retrouve dans le grand hall pour partager un bout de galette.
MT NEGRE