La vaccination contre la grippe avant l'hiver

La vaccination contre la grippe saisonnière a été et reste un progrès incontestable de santé publique",  n'a eu de cesse de marteler Monique Cavalier, Directrice générale de l'Agence Régionale de Santé Occitanie.

La grippe reste une vraie maladie

La grippe aggrave les pathologies surtout à partir de 65 ans, "elle a sauvé et sauvera des millions de vies", rappelle Monique Cavalier. Malgré les réticences des populations, il faut garder à l'esprit que la vaccination réduit les risques, les impacts de la maladie et les complications. En 2016, 14 400 décès ont été attribués à la grippe saisonnière et à ses complications.

Certes, "la vaccination contre la grippe n'est pas obligatoire auprès du personnel médical - hôpitaux et cliniques -, ajoute le professeur Vincent le Moing, infectiologue au CHU de Montpellier, mais elle reste le premier geste pour se protéger et protéger les patients de la grippe. "Chaque cadre de santé de chaque service incite le personnel à se faire vacciner au CHU".

 

La grippe en Occitanie

En 2016, plus d'un million de personnes fragilisées ont été invitées à se faire vacciner par les Caisses d’assurance maladie de l’Occitanie, soit une augmentation de plus de 4% d’invitations envoyées par rapport à 2015. En 2017, 1 044 188 personnes ont reçu un courrier de leur caisse d'assurance maladie les invitant à se faire vacciner. Au cours de l’hiver dernier, près de 3400 personnes sont passées aux urgences pour une grippe ou un syndrome grippal dont plus de 130 cas graves de grippe qui ont été pris en charge par les services de réanimation dans les hôpitaux de la région. 60% d'entre eux touchaient des personnes âgées. 

Sur les 17 régions françaises, l'Occitanie se place à la 9ème place avec un taux de 47.2% de vaccination contre la grippe saisonnière - chiffres issus des travaux publics santé France 2016 -  alors que l’OMS estime que 75% de la population concernée devrait être vaccinée pour assurer une couverture individuelle et collective suffisante. "Les taux les plus favorables se trouvent en Haute garonne et le top est atteint en Ariège", annonce Claude Humbert, directeur de la CPAM de l'Hérault et Directeur Régional Coordinateur de la gestion du Risque Occitanie. "A Montpellier, il faudrait densifier ce taux qui se tient à la moyenne", estime M. Humbert. L’épidémie de grippe en France métropolitaine survient chaque année au cours de l’automne et de l’hiver et touche entre 2 et 6 millions de personnes.

Plus de 90% Plus de 90% des décès liés à la grippe (9 000 en moyenne en France) surviennent chez des personnes de plus de de 65 ans. 65 ans. 

 

Les plus fragiles invités à se faire vacciner gratuitement

La grippe représente un risque de complications parfois graves : il s’agit notamment des personnes de 65 ans et plus, celles atteintes de certaines maladies chroniques - diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple - les femmes enceintes et les personnes souffrant d’obésité morbide. La grippe est une infection respiratoire qui peut entraîner chez les personnes à risque des complications graves, telles qu’une pneumonie ou l’aggravation d’une maladie chronique déjà existante - diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire ...

La campagne de vaccination antigrippale a pour objectif de protéger des populations pour lesquelles la grippe représente un risque pour leur santé. Le vaccin grippal est recommandé, par le Haut conseil de la santé publique, pour toutes les personnes de 65 ans et plus et pour certaines catégories de personnes considérées comme fragiles. C’est le cas des patients souffrant de certaines pathologies chroniques (affections respiratoires, cardiovasculaires, diabète,...), des femmes enceintes pour qu’elles se protègent elles-mêmes et pour protéger leurs nourrissons, et des personnes en situation d’obésité morbide ainsi que l’entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque graves.