Présidentielle 2017 à Montpellier : résultats du premier tour

 

   
Nombre

% Inscrits  % Votants
  Inscrits  149758      
  Abstentions  37492  25,04    
  Votants  112266  74,96    
  Blancs ou nuls  2203  1,47  1,97  
  Exprimés  110063 73,49  98,04  

 

 
Candidats

  Nombre de Voix %  Exprimés
 
           
  Arthaud   387 0,35  
  Asselineau   1322 1,20  
  Cheminade   156 ,014  
  Dupont-Aignan   2627 2,39  
  Fillon   17376 15,79  
  Hamon   9799 8,90  
  Lassalle   927 0,84  
  Lepen   14662 13,32  
  Macron   27179 24,69  
  Mélenchon   34629 31,46  
  Poutou   999 0,91  

 

Résultats Département de l'Hérault

 

   
Nombre

% Inscrits % Votants
  Inscrits  800341      
  Abstentions  159317  19,91    
  Votants  641024 80,09    
  Blancs ou nuls  14180 1,77  2,21  
  Exprimés  626844 78,32  97,79  

 

 
Candidats

  Nombre de Voix % Exprimés
 
           
  Arthaud    2496  0,40  
  Asselineau    5919  0,94  
  Cheminade    894  0,14  
  Dupont-Aignan    23159  3,69  
  Fillon    110339  17,60  
  Hamon    36180  5,77  
  Lassalle    8461  1,35  
  Lepen    161119  25,70  
  Macron    128621  20,52  
  Mélenchon    143996  22,97  
  Poutou    5660 0,90  

 

Résultats Communes de l'Hérault

Résultats du premier tour de l'élection présidentielle 2017 dans chacune des communes de l'Hérault  couvertes par Thau-infos : voir les pages des communes:

 

Au Peyrou, pour la science

Samedi 22 avril sur le coup de midi, du haut de son piédestal, le roi-soleil a pu assister à un spectacle singulier. Sur cette esplanade, particulièrement au pied du château d'eau, se préparait la déclinaison montpelliéraine de la "Marche pour les Sciences". Et les protagonistes ne se faisaient pas prier pour expliquer leurs motivations.

Devant le bassin du château d'eau, on déroulait de larges bandes de papier blanc. Ces bandes claires devaient former des lettres visibles pour une photo satellitaire qui marquerait la place de Montpellier dans une manifestation d'ampleur mondiale. Les scientifiques actifs ne perturbaient nullement les joggeurs du week-end, ni les touristes cherchant plan en main leur chemin vers le centre historique. Sous les arbres, deux jeunes guitaristes anglo-saxons, des habitués, jouaient du Django. Mais peu à peu, le puzzle s'ordonnait et par petits groupes arrivaient les soutiens pour le pique-nique, prélude à la marche. Au petit théâtre tout de suite à droite de l'entrée, on présentait des saynètes scientifiques, contestataires et même parfois féministes. Et à côté des constructeurs de lettres, tout en rouge, les défenseurs de la nature attiraient les regards. D'ailleurs, la manifestation était soutenue aussi par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, des sociétés savantes de Biologie, la Ligue de Protection des Oiseaux.

La défense de la nature était donc incluse dans ce mouvement mondial mobilisant 480 défilés dans 50 pays le Jour international de la Terre. Car la marche a été initiée en réponse aux positions "anti-climat" du président Trump. Lequel président, selon une des chevilles ouvrières du mouvement, fait procéder à la destruction de données et à la liquidation de l'agence chargée de lutter contre le réchauffement climatique. Compte tenu de la place des Etats Unis dans l'économie et la pollution de la planète, l'enjeu est de taille. Et puis, "Trump président" va plus loin idéologiquement : il n'y aurait pas de faits certains, avérés, mais des données changeantes, les "faits alternatifs" fake news. Opinions et idéologies, selon lui, rendraient mieux compte du réel. Or, ce sont des opinions souvent simplistes qui alimentent le populisme. L'indépendance des démocraties doit s'appuyer sur la raison afin de tenter d'éviter des catastrophes aux peuples. Ce ne sont pas les opinions, les croyances qui doivent guider l'action des dirigeants, mais la collecte et l'analyse de faits vérifiables.

Alors, à Montpellier, outre l'université Paul Valéry, se sont mobilisés les défenseurs de la nature, mais aussi la presse scientifique, syndicats et associations d'enseignants, étudiants, chercheurs, avec le soutien des grands organismes scientifiques de l'Académie des Sciences au Collège de France et à l'INSERM. Mais il est difficile d'aller contre les vents dominants.

Hervé LB

MoCo à l'Hôtel Montcalm

L'hôtel Montcalm initialement destiné à accueillir le musée de l'histoire de la France en Algérie prend une nouvelle direction. Situé près de la gare Saint-Roch de Montpellier et près de la place de La Comédie, il devrait accueillir le futur centre MoKo - Montpellier Contemporain en 2019 pour un accès à tous.

 

Vanessa Bruno à la tête de l'Etablissement public

Un projet ambitieux qui mettra en synergie La Panacée, l'Ecole supérieure des Beaux-Arts et le futur centre d'art contemporain avec aux manettes la styliste, chef d'entreprise Vanessa Bruno qui prendra la présidence de l'Etablissement public de coopération culturelle - EPCC -  dont le MoCo, l'architecte Philippe Chiambaretta complice de Nicolas Bourriaud, co-directeur du Palais de Tokyo à Paris jusqu'en 2006 et toujours à la tête de La Panacée. 

Vanessa Bruno, Philippe Saurel maire de Montpellier et président de la métropole, Philippe Chiambaretta, Nicolas Bourriaud et Sonia Kerangueven adjointe à la culture.

 

Un nouveau lieu de vie pour les Montpelliérains

Avec un budget de plus de vingt-deux millions d'euros, ce bâtiment du XVIIIe siècle agrémenté d'un parc sera la vitrine du futur centre d'art contemporain public de la métropole de Montpellier résolument tourné vers les collections privées et publiques du monde entier. En filigrane, des partenariats avec le MuCEM de Marseille et le musée Fleury de Lodève sont à l'étude.

Avec ses 3 150 m2 et ses salles d'exposition sur trois niveaux, l'hôtel Montcalm accueillera une école de formation artistique, un restaurant... Un nouvel outil performant qui rejoindra le Musée Fabre dédié aux Beaux-Arts, le Pavillon populaire dédié à la photographie et le Carré Sainte-Anne à l'art contemporain à Montpellier.

Nouveau micro-fleurissement dans le quartier Centre

Luc ALBERNHE, Adjoint au Maire, délégué au Cadre de vie a inauguré mardi 21 mars l'opération de micro-fleurissement de la rue Roucher dans le quartier Centre. Ce projet a été initié par le comité de quartier Saint Roch – Ecusson et soutenu par la Ville de Montpellier. Au total, 23 plantes, financées par la Ville à hauteur de 3 800€ TTC, ont été semées. Ce projet qui contribue à développer la nature en ville, a donné lieu à une concertation des riverains.
Le collectif de quartier a souhaité rendre hommage à l'histoire du quartier. Ainsi, chacun avait été invité à venir à cette inauguration en habit médiéval. A l'occasion de l'inauguration, une animation autour de la plantation des plantes grimpantes a été proposée.

 

Le micro-fleurissement, amener la nature en ville
Les micro-fleurissements sont des projets de jardinage urbain participatif qui permettent de végétaliser des rues par des petites plantations d'annuelles et de vivaces, potagères et ornementales, sur l'espace public municipal. Généralement, il s’agit d’aménager une surface minérale en surface végétalisée sur le domaine public municipal par la réalisation de poches de plantations. Celles-ci sont ensuite entretenues par les habitants ayant demandé le micro-fleurissement. Les micro-fleurissements constituent un lieu de partage et de convivialité qui permet aux habitants d’être acteurs de leur quartier.

Les projets de micro-fleurissement déjà réalisés par la Ville
Aujourd’hui la Ville compte près d’une dizaine d’opérations avec 250 micro-insertions de fleurissement de différentes largeurs créées, ce qui correspond à environ 3 kilomètres de longueur de rues. Le budget global des opérations de micro-fleurissement déjà réalisées s’élève à 37 000€ TTC.

Les opérations de micro-fleurissement déjà créées :
- Rue Tour Gayraud, quartier Centre
- Rue du Commerce, quartier Centre
- Rue Marioge - Draparnaud, quartier Centre
- Avenue du Pont Trinquat, quartier Près d'Arènes
- Faubourg Méditerranée : rue Méditerranée et une dizaine de rues adjacentes, quartier Centre
- Boulevard des Arceaux (Ecole Jeanne d'Arc), quartier Centre
- Rue de la Tour Sainte Eulalie, quartier Centre
- Rue Frédéric Peyson, quartier Centre

 

Projets pour le quartier Figuerolles

Plan d'actions de quartier : les solutions retenues pour figuerolles, premier quartier bénéficiaire de la démarche

Garante de la qualité de vie de tous les Montpelliérains, la Ville a souhaité intervenir de manière équilibrée dans la construction de nouveaux quartiers comme dans le renouvellement urbain. Ainsi, Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole a affirmé dès 2014 son ambition de prêter une égale attention à tous les quartiers tout en consultant les habitants sur leurs besoins. C’est pourquoi la Ville s’est engagée depuis octobre 2016 dans une nouvelle démarche de plan d’actions à l’échelle du quartier de Figuerolles. Basé sur une démarche de concertation menée avec les habitants du quartier via trois réunions publiques (18 octobre 2016, 30 novembre 2016 et 13 mars 2017), le plan d’actions de quartier de Figuerolles a abouti à la réalisation de 6 projets d’aménagement pour son territoire.
Lundi 13 mars 2017, Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Stéphanie JANNIN, Adjointe au Maire, déléguée à l'urbanisme et à l'aménagement durable, Luc ALBERNHE, Adjoint au Maire, délégué au cadre de vie, Guy BARRAL, Adjoint au Maire, délégué au quartier Centre, Brigitte ROUSSEL-GALIANA, Adjointe au Maire, déléguée aux affaires économiques, au commerce et à l'artisanat, Mylène CHARDES, Ajointe au Maire, déléguée aux déplacements et à la circulation et Jean-Pierre CHARBONNEAU, Urbaniste ont présenté les solutions retenues par le plan d'actions de quartier pour Figuerolles.
Le coût global estimé pour ces aménagements s’élève à environ 4 470 000€.

Montpellier Méditerranée Métropole

"J'ai souhaité renforcer notre intervention pour adapter au mieux l'espace public à ses usagers et leur offrir un cadre de vie renouvelé" indique Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole.

Figuerolles, premier quartier bénéficiaire du plan d'actions
Quartier historique de Montpellier, populaire, multiple et animé, marqué par une grande mixité de populations et un fort dynamisme culturel et commercial, Figuerolles est le premier quartier à bénéficier de cette démarche. La première réunion publique organisée le 18 octobre dernier a d’ailleurs rappelé les enjeux du plan d’actions de quartier pour ce territoire :
            • étendre le centre-ville et faciliter les cheminements
            • valoriser les commerces et développer les locaux artisanaux
            • optimiser l’offre de stationnement
            • prendre en compte les itinéraires cyclables
            • tendre vers des voiries partagées
            • préserver le cachet et la personnalité du quartier

Les 6 projets du plan d’actions de quartier, fruits de la concertation lancée le 18 octobre 2016 :

  • Refaire de la place Salengro, le cœur battant du quartier : en mettant en valeur une promenade sous les platanes, en dégageant un parvis pour l’école avec des bancs et des jeux au sol, en valorisant les commerces, en rationnalisant les stationnements, en facilitant le parcours piéton entre le faubourg Figuerolles et le centre-ville, en intégrant l’itinéraire cyclable sur l’axe Pellicier-Renouvier
  • Rendre la rue Daru plus conviviale et plus accessible à tous : en étendant l’espace piétonnier sur la chaussée actuelle
  • Raire de la rue du Général Vincent une adresse des métiers de l’artisanat : en valorisant les activités artisanales par la mise en place d’une voirie partagée entre piétons, cyclistes et automobiles
  • Rendre la rue Pellicier plus confortable : en améliorant les cheminements pour les piétons et en organisant la mixité piétons-cycles
  • Rénover et embellir la rue du Faubourg Figuerolles : en améliorant le confort des piétons, en sécurisant le chemin vers les écoles, en valorisant les commerces et en embellissant la rue
  • Conforter l’ambiance résidentielle des petites rues des Saints : en donnant la priorité aux piétons, en développant l’ambiance végétale et en rationalisant le stationnement.

Les solutions d’aménagements retenues à l’issue de la concertation :
Petites rues du quartier des Saints
Une zone de rencontre limitée à 20km/h sera mise en place avec une priorité donnée aux piétons et aux cycles. Le stationnement sera organisé de manière alternée pour réduire les vitesses de circulation et le stationnement autorisé sera matérialisé. La rue du Nord et les rues transversales seront mises en sens unique. Des dispositifs anti-stationnement gênant seront implantés. Enfin, une opération propreté sera programmée.
Rue du Faubourg Figuerolles
La chaussée sera rénovée et les deux trottoirs seront élargis. Une file dédiée au stationnement des véhicules côté écoles sera maintenue.
Rue du Général Vincent
Une zone de rencontre limitée à 20km/h sera créée avec une priorité donnée aux piétons. Un contre-sens cyclable sera mis en place. Le stationnement sera réorganisé côté gauche pour mettre en valeur les vitrines artisanales. A noter que le chantier de rénovation de l’îlot Guillaume Pellicier / Général Vincent va entraîner la fermeture de la rue pendant environ 2 mois.
Rue Daru
Dans cette zone, l’espace piétonnier sera étendu côté nord. 15 places de stationnement seront supprimées pour améliorer le confort des piétons et rendre le quai bus accessible aux personnes à mobilité réduite.
Début de la rue du Faubourg Figuerolles (entre Salengro et Plan Cabanes)
Une zone de rencontre sera mise en place et un itinéraire cyclable à double sens sera créé. L’offre de stationnement sera maintenue et les aires de livraison seront redéployées.
Place Salengro
L’objectif est d’aménager une place à la fois vivante et fonctionnelle.
Le boulevard Renouvier sera restructuré. Une voie sera consacrée à la circulation tandis que deux files seront, elles, dédiées au stationnement. Côté commerces, le trottoir sera élargi. Côté école, la contre-allée et la possibilité d’arrêts minute seront maintenues pour répondre aux besoins des parents d’élèves. Le poste transformateur sera déplacé aux abords du Square du Père Bonnet et l’espace libéré sera mis à profit pour aménager une aire de jeux pour les enfants. Un vaste espace piétonnier sera dégagé au centre de la place et sera équipé pour permettre l’accueil d’événements conviviaux liés à la vie du quartier. La place sera également dotée de bancs et de toilettes publics, les pieds d’arbres feront quant à eux l’objet d’une végétalisation. Enfin, un platane malade sera abattu cette année et deux nouveaux platanes seront replantés.

Perspective du futur aménagement de la place Salengro - © Ville de Montpellier.

Planning prévisionnel de réalisation :
Courant 2017 :
- Quartier des Saints
- Opération propreté réalisée le 1er mars
- Mise en place d’une zone de rencontre avec mises à sens unique, matérialisation du stationnement, installation de dispositifs anti-stationnement gênants
A partir du second semestre 2017 :
- Aménagement du boulevard Renouvier avec report du stationnement
- Déplacement du transformateur
Début 2018 :
- Réalisation des travaux d’aménagement de la tranche 1 du Faubourg Figuerolles, côté Cité Gély
Courant 2018 :
- Aménagement du centre de la place Salengro
- Aménagement de la rue Daru
Courant 2019 :
- Aménagement des rues Général Vincent et Guillaume Pellicier
- Aménagement de la tranche 2 du faubourg Figuerolles, côté Salengro

Après Figuerolles, le second territoire à bénéficier de la démarche sera le quartier de Celleneuve
Les 6 projets mis en œuvre ayant confirmé le bénéfice des plans d’actions de quartier, après Figuerolles, le second plan d’actions de quartier portera sur le territoire de Celleneuve. Dans le prolongement des actions déjà réalisées, ce nouveau plan d’actions de quartier devra répondre aux enjeux identifiés à la fois par ses habitants et la Municipalité. Une première réunion publique sera organisée le samedi 25 mars 2017 prochain à 9h à la Maison pour Tous Marie Curie.

Présentation du cluster des « Industries Culturelles et Créatives » sur le site de l’EAI

Ce matin, Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Chantal MARION, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, Déléguée au développement économique, enseignement supérieur et recherche, innovation, international, artisanat, Stéphanie JANNIN, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée à l'urbanisme et à l'aménagement durable et Karim KHENISSI, Directeur Général de l’ESMA, ont présenté le projet de création d'un cluster dédié aux Industries Culturelles et Créatives (ICC) sur le site de l’ancienne Ecole d'Application d'Infanterie (EAI). Ce lieu de 16 000 m2 rassemblera d’ici 2020 les 4 écoles du groupe Îcones, notamment en y implantant l’Ecole Supérieure des Métiers Artistiques (ESMA).

Crédit photo : Montpellier Méditerranée Métropole

Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole souligne : « Nous avons entrepris de réinventer le site de l’EAI, propriété de la Ville de Montpellier depuis 2011, pour qu’il devienne un quartier mixte, entre logements et activité économique. Progressivement, nous ferons naître de multiples projets liés aux industries culturelles et créatives, pour donner une nouvelle vie au site et l’ériger en véritable pôle créatif. La Métropole de Montpellier est l’une des places fortes des entreprises créatives que ce soit dans le secteur du digital, du jeu vidéo ou encore de l’animation 3D... La filière est en train de se structurer et se fédérer autour de grands projets. S’y implanter, c’est rejoindre un écosystème florissant et tourné vers l’avenir, avec de grandes perspectives de croissance ».

Karim KHENISSI, Directeur Général de l’ESMA souligne : « En tant qu’école de référence pour l'enseignement supérieur des métiers de la création, l’ESMA - et plus largement le réseau Icones dont elle fait partie - s’est tout naturellement associée à ce projet ambitieux de Cité Créative pour y développer le volet formation, à travers la création d’un campus d’envergure, véritable carrefour pour tous les métiers de la création mais également lieu de vie et d’échanges avec les entreprises du secteur. Ce campus, qui représente un investissement de 37 millions d’euros, a vocation à devenir le plus grand pôle français de formation dans les métiers de la création et du numérique ».

Le préfet de l’Hérault condamne fermement les débordements lors des récentes manifestations à Montpellier

Ce matin, jusqu’à 300 jeunes et lycéens, certains cagoulés ou le visage caché, ont tenté de bloquer des lycées à Montpellier. Ils n’y sont pas parvenus grâce aux efforts coordonnés des forces de l’ordre, de l’Éducation Nationale et de la Métropole. Plusieurs groupes se sont ensuite rejoints et ont évolué entre le lycée Clémenceau et les quartiers Gambetta et Antigone.

Comme ces trois derniers jours, ils ont tenté de bloquer des voies de tramway ou de circulation en incendiant des poubelles. Certains se sont montrés très violents et les forces de l’ordre ont subi de nombreux jets de projectiles.

Toutefois, aujourd’hui la violence est montée d’un cran. En effet plusieurs jeunes ont commis des actes de délinquance en agressant des passants, en dégradant des voitures, des véhicules de la police municipale ainsi qu’un tramway. Ils ont également commis plusieurs vols.

Les forces de l’ordre ont été contraintes d’intervenir plusieurs fois pour protéger les passants et pour dégager les voies. L’usage de grenades lacrymogènes a été nécessaire et les policiers ont procédé à 4 interpellations (13 interpellations depuis lundi). Aucun blessé parmi les jeunes ou, à notre connaissance, parmi les passants n’est à déplorer mais un policier a été blessé.

Je condamne fermement ces exactions.

Je rappelle que tout citoyen a le droit de manifester dans le calme et le respect des lois de la République. Tout débordement et toute violence seront systématiquement contenus et réprimés.

A ce titre, j’appelle toutes les personnes agressées ce matin à déposer plainte le plus rapidement possible ; ces délits ne sauraient rester impunis.

Les forces de l’ordre ont une fois de plus réagi avec fermeté et discernement. Je rends hommage à leur professionnalisme et à leur sens du devoir au service de la sécurité de nos concitoyens.

Alain Hoffmann, nouveau directeur de la Faculté des sciences

Le Conseil d’Administration de la Faculté des sciences de l’Université de Montpellier s’est réuni le mercredi 22 février afin de procéder à l’élection de son nouveau directeur. Alain Hoffmann a été élu à la majorité des voix.

30 voix sur 35
Professeur des universités, Alain Hoffmann enseigne au sein du département Electronique Electrotechnique Automatique (EEA) et effectue ses travaux de recherche à l’Institut d’Electronique et des Systèmes (IES). Actuellement directeur adjoint de la faculté, il a obtenu 30 voix sur 35 (5 votes blancs). Il succède à Adam A. Ali, docteur es-sciences, actuel administrateur provisoire de la faculté et à Gilles Halbout, précédent directeur de la FDS, qui a été récemment élu à la Présidence de la COMUE.
Alain Hoffmann prendra ses fonctions le 7 mars 2017.

 

La Faculté des sciences de l’UM

La Faculté des sciences est une des composantes de l’Université de Montpellier (l’UM comprend 8 facultés, 6 instituts et 2 écoles).
Elle accueille près de 8 200 étudiants chaque année. Son offre de formation couvre tous les domaines scientifiques, des sciences fondamentales aux sciences appliquées : mathématiques, informatique, mécanique, électronique, physique, chimie, sciences de la terre, biologie, écologie ...
Elle s'appuie sur les compétences des laboratoires de recherche de l'Université de Montpellier et plus particulièrement sur ceux qui sont rattachés à la Faculté des sciences, en lien avec les autres universités françaises et étrangères, les collectivités territoriales et les grands organismes nationaux de recherche.

 

Robusta 1 B dernier né de l'Université de Montpellier

Après Robusta 1A lancé en 2012 depuis Kourou en Guyane, étudiants et chercheurs montpelliérains  travaillent sur un nouveau nanosatellite avec de nombreux débouchés pour les étudiants, tandis qu'au même moment, des entreprises aéronautiques toulousaines viennent s'implanter sur le campus Saint-Priest, Centre Spatial Universitaire de Montpellier soutenu par la Fondation Van Allen qui finance la formation des étudiants.

Une nouvelle mission scientifique en 2017

Robusta 1 B, un minuscule boîtier bourré de composants et de hautes technologies, à l'abri des poussières dans une salle blanche, est prêt à être envoyé en orbite autour de la terre. Le nanosatellite doit décoller en février 2017 depuis la Californie. Sa mission consistera à tester et à mesurer la résistance des composants électroniques face aux radiations dans l'espace.

Une dynamique pour la région

Côté emploi, ce secteur d'activités présente de nombreux débouchés pour les étudiants formés aux nanosatellites au sein du CSU. Depuis la création de la filière en 2006 autour de ce premier centre spatial universitaire en France, les industriels embauchent en masse à tous les niveaux les jeunes diplômés employables après avoir travaillé sur les mêmes méthodes que sur des vrais nanosatellites.

Disparition du grand urbaniste Raymond Dugrand

Réaction de Philippe Saurel au décès de Raymond Dugrand

Figure emblématique de la ville de Montpellier, ancien adjoint à l'urbanisme du maire Georges Frêche, Raymond Dugrand s'est éteint dans la nuit du 12 au 13 février 2017.

« Montpellier vient de perdre cette nuit l'un de ses grands hommes. Raymond Dugrand, décédé à l'âge de 92 ans, était un éminent spécialiste de la géographie urbaine dont le nom restera marqué dans l’histoire de Montpellier et celle de son développement urbain, pensé et maîtrisé au cours de plus de 35 années consacrées à la vie publique. 

Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, géographe de formation, professeur à l’université Paul-Valéry de Montpellier, auteur d’une thèse sur les Villes et campagnes en Bas-Languedoc et de plusieurs publications avisées, Raymond Dugrand était indissociable de Georges Frêche dont il a été l’adjoint en charge de l’urbanisme entre 1977 et 2001.

Ensemble, ils ont contribué à transformer Montpellier pour en faire une métropole européenne. De la naissance d’Antigone au développement de la ville vers la mer en passant par le recalibrage du fleuve du Lez, Raymond Dugrand a écrit en lettres majuscules l’urbanité d’une ville nouvelle, régulièrement plébiscitée pour la qualité du geste architectural.

Aujourd’hui, c'est avec une immense tristesse que j'apprends son décès. J’ai eu le privilège de lui succéder en qualité d’adjoint au maire en charge de l’urbanisme. Il alliait le sérieux et la sagesse à de grandes compétences. Il était toujours de bon conseil et d’une grande modestie. 

En juin 2009, Raymond Dugrand a été honoré de son vivant lors d'une journée baptisée « 30 ans d’urbanisme à Montpellier » en présence des architectes de renom avec lesquels il a travaillé. Ce jour-là, une artère de la ville a été baptisée à son nom, l'ancienne avenue de la Mer.

Lors de notre dernière rencontre en décembre, j'avais pu lui présenter le 2ème prix "Capitale de l'Urbanisme" remis par l'Academy of Urbanism à Londres que Montpellier venait de remporter avec les villes de Copenhague (1ère) et Eindoven (3ème). Une reconnaissance européenne a laquelle il a largement contribué.

Je présente à la famille de Raymond Dugrand mes sincères condoléances. » Philippe Saurel, maire de Montpellier.

Envie de consommer mieux et local ? Soutenez ce projet d'épicerie !

C'est un beau projet, proche du coup de gueule, qui est en passe d'aboutir pour ce jeune montpelliérain de 25 ans, Dorian, exaspéré par nos circuits de distribution habituels. C'est un acte citoyen, auquel il vous invite à participer, par le biais de la plateforme de financements participatifs, Kisskissbankbank.

 

Le mot de Dorian

Dorian

"J'ai grandi dans la campagne profonde et ai été sensibilisé très jeune au contact avec la nature.  Quand j'ai commencé à travailler en grande distribution (18ans) j'ai pu constater que les modes de consommation actuels ne sont profitables qu'aux distributeurs. Les producteurs sont pieds et poings liés contre ces géants, le prix d'achat étant toujours plus bas. Je ne trouve pas ça normal car ce sont les producteurs qui travaillent le plus pour produire. Aussi, j'ai toujours été sensible à la cause animale. Manger des animaux, je suis d'accord, mais s'ils ont eu une belle vie et une belle mort. Pour ce qui est du local, je pense que c'est de la logique. Une logique qu'on a perdue. Pourquoi consommer des fraises du Maroc, alors qu'elles poussent très bien à côté de chez nous. Aujourd'hui, où l'économie va mal, il faut que nous consommions français et surtout local. Rien de tel pour relancer notre économie locale. Enfin, je pense que l'ère de la surconsommation touche à sa fin et qu'aujourd'hui les gens font plus attention à ce qu'ils consomment. Ce n'est pas qu'une mode, c'est une prise de conscience."

   

Ce beau projet c'est une épicerie, Le Marché Local, qui proposera des produits uniquement locaux. Vous y retrouverez donc, une soixantaine de producteurs, tous situés dans un rayon de moins de 150 kilomètres de Montpellier.

Le Marché local-Logo

Une épicerie pleine de valeurs :

- le local : Le privilégier permet d'éviter la pollution liée au transport de nos marchandises. Et surtout, cela soutient l'économie locale, plutôt que les grandes chaînes de distribution.

- La production raisonnée : Plus respectueuse de l'homme et de la nature.

- Le respect de l'environnement et des animaux.

- Le respect des saisons : Trouver les mêmes fruits et légumes toute l'année dans nos magasins habituel se fait forcément au détriment de la nature. Saviez-vous que les légumes et fruits de saison vous apportent exactement ce dont vous avez besoin pour vous adapter aux changements de saison?  Des légumes riches en minéraux et des agrumes pleins de vitamine C en hiver, pour booster notre système immunitaire. Et en été, des fruits et légumes gorgés d'eau pour hydrater notre organisme !

L'épicerie ouvrira dans le centre ville de Montpellier, dans le quartier faubourg de la Saunerie. Mais si, et seulement si, Dorian parvient à récolter suffisamment de fonds pour son projet.

Alors si ce projet vous touche et si vous avez envie de profiter d'une épicerie de proximité avec de belles valeurs, soutenez Dorian !  Il reste seulement 7 jours pour participer. La collecte en est à 51%. Pour ceux qui ne connaissent pas ce mode de financement, le crowdfounding (ou encore financement participatif), il permet à un entrepreneur de récolter des fonds d'autres particuliers qui adhèrent à son projet et qui veulent le soutenir. Des contreparties sont offertes aux contributeurs.
Dorian vous propose ainsi, en fonction de votre participation, de beaux cadeaux : Des produits locaux, encore des produits locaux... Mais aussi un tote bag et même une visite guidée chez un producteur pour les plus généreux !

Pour en savoir plus:

      Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.               Instagram : lemarchelocal
      le-marche-local.fr                              Twitter : @LeMarcheLocal
      Facebook : Le Marché Local              https://www.kisskissbankbank.com/

Laura Ouchêne