Au cœur de La Pride de Montpellier, samedi 20 juillet

Après la Pride d'Annecy du 13 juillet dernier, c'était la fête de la couleur, de l'amour, de la joie, le temps d'une après-midi inondée de musique RnB, danse et électro à l'occasion de cette 26e édition de La Marche des Diversités.


Le défilé montpelliérain 2019 s’est élancé cette année encore aux sons électroniques crachés par de puissantes enceintes. Le rassemblement était prévu à 12h aux jardins du Peyrou pour un départ de la marche à 16h. Traditionnellement, le défilé passe par la rue Foch, la rue de La Loge avec une pause discours sur la Place de la Comédie, avant de reprendre vers le Boulevard Bonne Nouvelle, les Boulevards Louis Blanc et Pasteur, le Boulevard Henri IV  pour enfin revenir vers 19h au Peyrou.

1 000 bénévoles " l'important, c'est de participer"

Dès 16h30, depuis les jardins du Peyrou, il y avait beaucoup de monde, la jeunesse était au rendez-vous tout autour des chars plus nombreux cette année encore tout au long d'une boucle Jardins du Peyrou, rue de La Loge, place de La Comédie, boulevard Louis Blanc et retour au Peyrou. On dénombre cette après-midi  quelques 8000 participants qui défilent dans l'Ecusson pour soutenir les nombreuses associations montpelliéraines.

Un rendez-vous à la hauteur de l'événement, on fait la fête et on milite

Des drapeaux arc-en-ciel par milliers, des costumes soignés et des maquillages qui ont réclamé parfois trois heures de préparation sous les 30° à Montpellier pour accompagner les 21 chars, ceux des entreprises Dell informatique au Millénaire, l'Université de Montpellier, des associations SOS Homophobie pour défendre les droits et accompagner les agressions homophobes, Aides pour lutter contre les maladie, Le Refuge, Le Chemin des Cimes qui milite à travers le sport et la culture contre l'homophobie, le char de La Pride de Toulouse et celui de la Région Occitanie pour en citer quelques-uns.

Sur la place de La Comédie, le temps des discours avant de repartir sur le boulevard Louis Blanc

Le principe de La Pride, réunir les gays, bi, trans et LGBT-friendly et les hétérosexuels autour d’un événement festif, convivial, et de faire avancer les mentalités vers une meilleure connaissance des différences humaines. Respect de la sexualité de chacun, liberté d’aimer, mais aussi accès à la PMA pour les lesbiennes, défense des familles homoparentales, changement de la loi sur le don du sang...

L'an passé, sur la scène musicale de La Comédie, c'était le set du Dj Barbara Butch. Ce samedi, Sophie Tapie, compositrice et marraine de la Pride de Montpellier a chanté l'hymne de la 26eme édition de la Pride avec "We Love", un hit qui sent la revendication et la fête.

A savoir, si vous avez raté l'événement montpelliérain, rendez-vous à la Pride de Nice la dernière fête dans l'hexagone le 27 juillet 2019 pour soutenir les Marches des Diversités.

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie