Le Lez et les effets de la chaleur

La canicule qui sévit sur le Montpelliérain et au-delà n'aura échappé à personne et modifie le fonctionnement des éco-systèmes dans le fleuve Le lez. Ainsi, La jussie, plante originaire d'Amérique latine importée en Europe pour des raisons esthétiques, et autres plantes subaquatiques sont des espèces invasives qui colonisent le lit du bassin du Lez. A l'approche des épisodes cévenols d'automne, les services municipaux de la ville de Montpellier et de la Métropole s'activent sur les rives du Lez.

Dans le cadre de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations, la Ville et la Métropole de Montpellier se mobilisent pour entretenir le Lez et les cours d'eau.

L'entretien du Lez pendant la période estivale
De mai à septembre, les plantes aquatiques se développent rapidement en raison de la chaleur. Pendant cette période, un bateau faucardeur et trois agents sillonnent le Lez, depuis l'Hôtel de Région jusqu'à l'Hôtel de Ville, afin de couper ces plantes aquatiques et limiter ainsi l'envasement et l'accumulation des déchets dans le plan d'eau. 

L'entretien du Lez et des cours d'eau du territoire réalisé pendant l'année
Tout au long de l'année, le Lez et les autres cours d'eau du territoire font l'objet d'un entretien régulier : enlèvement des déchets ou des arbres présents dans le lit du cours d'eau, faucardage des plantes aquatiques en période estivale, débroussaillage et nettoyage des berges, entretien de la végétation des berges. Le montant de ces interventions financées par la Ville de Montpellier s'élève à 400 000€TTC par an. 

En complément de ces interventions, la Métropole subventionne à hauteur de 68 000€TTC en 2017, des travaux moins lourds situés sur de plus petits cours d'eau et confiés à des personnes en difficulté dans le cadre d'un chantier d'insertion professionnelle.

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes