Le préfet de l’Hérault condamne fermement les débordements lors des récentes manifestations à Montpellier

Ce matin, jusqu’à 300 jeunes et lycéens, certains cagoulés ou le visage caché, ont tenté de bloquer des lycées à Montpellier. Ils n’y sont pas parvenus grâce aux efforts coordonnés des forces de l’ordre, de l’Éducation Nationale et de la Métropole. Plusieurs groupes se sont ensuite rejoints et ont évolué entre le lycée Clémenceau et les quartiers Gambetta et Antigone.

Comme ces trois derniers jours, ils ont tenté de bloquer des voies de tramway ou de circulation en incendiant des poubelles. Certains se sont montrés très violents et les forces de l’ordre ont subi de nombreux jets de projectiles.

Toutefois, aujourd’hui la violence est montée d’un cran. En effet plusieurs jeunes ont commis des actes de délinquance en agressant des passants, en dégradant des voitures, des véhicules de la police municipale ainsi qu’un tramway. Ils ont également commis plusieurs vols.

Les forces de l’ordre ont été contraintes d’intervenir plusieurs fois pour protéger les passants et pour dégager les voies. L’usage de grenades lacrymogènes a été nécessaire et les policiers ont procédé à 4 interpellations (13 interpellations depuis lundi). Aucun blessé parmi les jeunes ou, à notre connaissance, parmi les passants n’est à déplorer mais un policier a été blessé.

Je condamne fermement ces exactions.

Je rappelle que tout citoyen a le droit de manifester dans le calme et le respect des lois de la République. Tout débordement et toute violence seront systématiquement contenus et réprimés.

A ce titre, j’appelle toutes les personnes agressées ce matin à déposer plainte le plus rapidement possible ; ces délits ne sauraient rester impunis.

Les forces de l’ordre ont une fois de plus réagi avec fermeté et discernement. Je rends hommage à leur professionnalisme et à leur sens du devoir au service de la sécurité de nos concitoyens.