Visite Officielle dans le cadre des 50 ans de La Grande Motte

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères s'est rendu à la Grande-Motte ce jeudi 2 août 2018.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

Le secrétaire d’État en charge du tourisme était ce jeudi à la station balnéaire héraultaise pour présenter un premier bilan de la saison touristique.

Dans la matinée, Jean-Baptiste Lemoyne s'est rendu au village club "Cap' Vacances" de la Grande-Motte, une entreprise touristique à statut associatif qui promeut notamment la mixité sociale, le départ en vacances du plus grand nombre et la création d'emploi. Le déplacement du secrétaire d’Etat s’est poursuivi par un déjeuner de travail en présence des maires des villes du littoral méditerranéen qui ont répondu à l’invitation de Stéphan Rossignol. Cette rencontre a permis un échange concret entre le secrétaire d’Etat et les responsables municipaux.

Le secrétaire d’État a continué sa visite de la commune en déambulant dans les étals du marché ; l'occasion d'aller à la rencontre des producteurs locaux et de déguster des produits frais de saison.

A travers trois expositions-photos consacrées  aux 50 ans de la Grande-Motte, il a suivi la création et l'évolution de la station balnéaire.

La journée s'est poursuivie par une discussion organisée en mairie, avec des représentants de l'industrie touristique pour aborder les enjeux économiques et touristiques sur le secteur.

A la suite de cette réunion, le secrétaire d’État s'est prêté à un micro tendu en présence de journalistes, abordant les thèmes de l’attractivité touristique en France et l'engagement de la Grande-Motte en termes de réhabilitation et développement.

Avant de repartir, Jean-Baptiste Lemoyne a conclu sa venue par une visite du poste de secours CRS "Rose des Sables".

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes