Nouveau spectacle de Lo Cocut le 3 mars

 Spectacle « Se Canta », dimanche 3 Mars à 16h

Un spectacle en l’honneur de l’Occitanie : dégustations et recettes traditionnelles pour la bonne bouche, Balèti pour réveiller les jambes et les corps, chansons choisies pour s’en mettre plein les oreilles…

Pour son spectacle de 2019, le Cocut - Chœur Occitan de Clapièrs Universellemen T’apprécié - revient au chant. Il invite des amis à le rejoindre sur scène : c’est cela, « COCUT & Co » à la salle de La Passerelle de Jacou.

Cette année, les invitées sont Anna Andreotti - une jacoumarde - et Margherita Trefoloni, chanteuses spécialisées dans les chants populaires italiens, aussi bien profanes que religieux. Elles font partie de la grande cohorte des chanteuses et chanteurs qui ont suivi Giovanna Marini et ont profité de ses enseignements.

L’autre invitée est Nicole Chastanier : on projettera son documentaire « A plen gargalhòl », consacré pour l’essentiel au mystère de la longévité du Cocut. Elle participera également au spectacle.

Le troisième invité est le groupe de danseurs et danseuses de sardane qui se réunit chaque semaine à Clapiers. Il propose une sardane chantée : un peu de mouvement, mais aussi de solennité. Enfin, Loïs Hammel, chanteur et musicien en formation au JAM, nous fera profiter de sa technique et de son savoir-faire pour défendre « La sobirana ».

Le Cocut, pour sa part, a travaillé aussi bien des polyphonies que la mise en scène et les éclairages, avec l’aide d’Oscar, le régisseur de la Passerelle. L’après-midi se terminera par un apéritif, accompagné de spécialités occitanes, comme il se doit. Entrée libre et gratuite. Une participation aux frais sera demandée. Organisé avec l’aide des communes de Clapiers et Jacou. Et du département.

La Passerelle -  rue de l'Occitanie près du collège Pierre Mendès France à Jacou

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes