Ora maritima, 2èmes assises du territoire de Thau

Les 29 et 30 septembre, à Sète et dans toutes les villes du bassin de Thau et sa bande côtière, une édition spéciale d’Ora maritima mettra en valeur la place qu’occupent les activités traditionnelles de pêche et de conchyliculture au cœur des territoires.

Au programme : tables rondes, portes ouvertes, ateliers, dégustation, visites guidées… Un rendez-vous pour tous les amoureux du monde maritime. Découvrir ou redécouvrir les métiers de la pêche et des cultures marines, souligner la place qu’ils occupent dans les territoires, déguster les produits issus de ces activités traditionnelles, rappeler la contribution de ces filières dans la protection des milieux…

Pour sa 2e édition, Ora maritima, assises du territoire de Thau met les activités halieutiques et conchylicoles à l’honneur.

La journée du vendredi 29 septembre se tiendra à Sète. Elle sera rythmée par des ateliers et tables rondes avec la participation d’autres bassins conchylicoles et de pêche du littoral français métropolitain.

Quelle place occupent les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires ?

Comment ceux-ci valorisent ces filières et leurs métiers ?

Comment susciter des vocations ?

Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ?

Ces questions seront au cœur des débats. Le grand public ne sera pas oublié.

Le samedi 30 septembre fera place à la fête et aux animations. Portes ouvertes, ateliers pour enfants, conférences, visites de mas conchylicoles, promenades en bateau, exposition… De nombreuses structures s’associent à l’événement et proposent des animations sur le thème de la pêche et des cultures marines.

Toujours le samedi, de 11h à 15h, la place des Tonneliers à Mèze accueillera le temps fort de cette manifestation « Thau, de bouche à oreille ». Au menu : dégustation de recettes de chefs, assiettes gourmandes, atelier ramendage des filets, exposition de maquettes de bateaux, initiation au collage, écaillage des huîtres, découverte des métiers…

Un programme pour tous et pour toutes les envies ! Ora maritima est organisé par le Syndicat mixte du bassin de Thau.

Ces assises sont un espace de réflexion, de partage et d’échanges auquel tous les acteurs y compris la société civile sont associés. Cette édition est spécialement dédiée à la pêche et aux cultures marines dans le cadre de l’animation du programme DLAL FEAMP (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche) Thau et sa bande côtière.

Elle est organisée avec le soutien de l’Europe, de la Région, du Département, du Comité régional conchylicole de Méditerranée, du Comité régional des pêches et la participation de nombreux partenaires dont les Villes de Sète et de Mèze. Plus d’infos sur http://oramaritima.fr

 Pour sa 2e édition, Ora maritima, assises du territoire de Thau met les activités halieutiques et conchylicoles à l’honneur.

La journée du vendredi 29 septembre se tiendra à Sète. Elle sera rythmée par des ateliers et tables rondes avec la participation d’autres bassins conchylicoles et de pêche du littoral français métropolitain.

Quelle place occupent les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires ?

Comment ceux-ci valorisent ces filières et leurs métiers ?

Comment susciter des vocations ?

Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ?

Ces questions seront au cœur des débats. Le grand public ne sera pas oublié.

Le samedi 30 septembre fera place à la fête et aux animations. Portes ouvertes, ateliers pour enfants, conférences, visites de mas conchylicoles, promenades en bateau, exposition… De nombreuses structures s’associent à l’événement et proposent des animations sur le thème de la pêche et des cultures marines.

Toujours le samedi, de 11h à 15h, la place des Tonneliers à Mèze accueillera le temps fort de cette manifestation « Thau, de bouche à oreille ». Au menu : dégustation de recettes de chefs, assiettes gourmandes, atelier ramendage des filets, exposition de maquettes de bateaux, initiation au collage, écaillage des huîtres, découverte des métiers…

Un programme pour tous et pour toutes les envies ! Ora maritima est organisé par le Syndicat mixte du bassin de Thau.

Ces assises sont un espace de réflexion, de partage et d’échanges auquel tous les acteurs y compris la société civile sont associés. Cette édition est spécialement dédiée à la pêche et aux cultures marines dans le cadre de l’animation du programme DLAL FEAMP (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche) Thau et sa bande côtière.

Elle est organisée avec le soutien de l’Europe, de la Région, du Département, du Comité régional conchylicole de Méditerranée, du Comité régional des pêches et la participation de nombreux partenaires dont les Villes de Sète et de Mèze.  Plus d’infos sur http://oramaritima.fr/ 

oramCapture

 

Le DLAL FEAMP : ce fonds européen a pour objectif prioritaire le maintien et la création d’emplois dans les filières pêche et aquaculture. Il se décline en stratégies de développement local par des acteurs locaux (DLAL) afin de mieux prendre en compte les enjeux des territoires. Le Syndicat mixte a été désigné à la demande des professionnels structure porteuse du GALPA Thau et sa bande côtière de Frontignan à Agde. Il est chargé d’animer et de coordonner la démarche au plan local. En savoir plus : www.dlalbassindethau.fr

 

 

La semaine du Cambodge à Balaruc les bains

ANIMATIONS BALARUC LES BAINS
ANIMATIONS BALARUC LES BAINS

 

 

 du 19 au 22 septembre à Balaruc les bains

Exposition, sieste musicale, projections de film, concert. Découvrez au travers de dfiférentes animations le Cambodge, pays surprenant entre tradition et modernité.

Le Cambodge a connu à Angkor entre le IX° et le XV° siècle, une civilisation brillante, dont les célèbres temples sont les témoins et dans laquelle les musiciens avaient un statut élevé et la musique une destination religieuse ou officielle. Après la période génocidaire des khmers rouges qui a vu disparaître la presque totalité des maîtres du genre, ce pays renait tout en souhaitant faire revivre et évoluer la musique Khmere, entre traditions et modernité.

Cette semaine de découverte est l’occasion, au travers d’exposition, film, concerts, rencontre littéraires, de se plonger dans un pays surprenant.

» programme complet de la manifestation.

Aménagements routiers départementaux

RD986 – Saint-Bauzille de Putois - Travaux d’aménagement de la traversée d’agglomération

Mardi 5 septembre 2017, au nord de Montpellier, le Département lance la 2ième phase de travaux d’aménagement de la traversée d’agglomération de Saint-Bauzille de Putois entre le carrefour de la rue du Croutou et celui de la rue de l’Agantic et de la RD108 route de Montoulieu (voir le plan de situation).

 

Ces aménagements vont permettre de sécuriser la traversée de la commune en apaisant les vitesses, par la création de trottoirs, d’arrêts de bus accessibles et de traversées sécurisées pour les piétons à proximité de l’école et des services publics (Mairie et Poste).
La commune a souhaité également poursuivre l’enfouissement des réseaux secs (télécom, haut débit et électrification). Ces travaux seront réalisés sous la maîtrise d’ouvrage d’Hérault Energie.
De plus, des réseaux d’eaux usées et d’alimentation en eau potable vétustes seront remplacés par des canalisations plus adaptées. 

Coût des travaux

Le montant total des travaux (hors réseaux secs) s’élève à 589 605 euros TTC, dont 55.48 % à la charge de la commune et 44.52 % à la charge du Département. Les travaux sont confiés à l’entreprise COLAS.

Déroulement du chantier

La durée totale du chantier est de 5 mois, avec un démarrage le 5 septembre 2017 après la rentrée scolaire et jusqu’à fin janvier 2018. Pour limiter autant que possible la gêne aux usagers et permettre l’accès aux riverains et aux services publics, la circulation se fera par alternat sur une voie.
Afin de diminuer le trafic des poids lourds en transit, une déviation est prévue pour les plus de 26T par les communes de Saint-Hippolyte du Fort et Quissac, et les moins de 26T par les communes de Cazilhac et Agonès.

Pluies méditerranéennes intenses : les bons comportements

 
 

Les pluies méditerranéennes intenses :
qu’est-ce que c’est ?

Les régions de France les plus exposées à des pluies diluviennes pouvant apporter plus de 200 litres/m² ou plus (1 litre/m² = 1 mm d’eau) en une journée se situent principalement en bordure de la Méditerranée, même si le phénomène a déjà été observé sur d’autres départements de la moitié sud de la France. 200 litres/m², c’est environ le tiers de ce qui tombe en moyenne à Paris en un an ! Lorsque cette quantité tombe sur une large étendue, le volume d’eau précipité est énorme.

Ainsi, trois à six fois par an en moyenne, de violents systèmes orageux apportent des précipitations intenses sur les régions méditerranéennes, du Roussillon à la Provence, en passant par la vallée du Rhône. L’équivalent de plusieurs mois de précipitations tombe alors en seulement quelques heures ou quelques jours.
Ces épisodes méditerranéens sont liés à des remontées d’air chaud, humide et instable en provenance de Méditerranée qui peuvent générer des orages violents, parfois stationnaires. Ils se produisent de façon privilégiée en automne, moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation. Plus la température de la mer est élevée, plus les risques de cévenoles sont importants. L’arrivée d’air froid en altitude est également un élément concourant à l’intensification de la convection.

Le terme "cévenol" est souvent employé abusivement pour caractériser tout épisode apportant des pluies diluviennes sur les régions méridionales. Il est vrai que le massif des Cévennes est réputé pour l’intensité des épisodes qui l’affectent, mais de telles situations fortement pluvieuses frappent régulièrement tout l’arc méditerranéen et sont donc loin d’être exclusivement "cévenoles". 

Au-delà de l’influence de la mer Méditerranée citée plus haut, les situations génératrices de fortes pluies cévenoles peuvent être de deux types.

Celles où l’influence du relief est prépondérante : l’exemple cévenol illustre parfaitement l’influence du relief sur les régimes de précipitations. Lorsque qu’une masse d’air chaude et humide, poussée par des vents de basses couches, vient buter contre une barrière montagneuse, elle se soulève le long du relief. Avec l’altitude, elle se refroidit et la grande quantité de vapeur d’eau qu’elle contient se condense avant de finir par retomber sous forme de fortes précipitations. Les Cévennes ne sont pas le seul relief proche de la mer : des précipitations avec forçage orographique concernent également les Pyrénées, les Alpes ou la Corse. Ce lien fort avec le relief conduit souvent à des précipitations qui se concentrent sur un périmètre géographique réduit. Le dernier épisode cévenol majeur de ce type date de novembre 2011, où en 5 jours (du 1er au 5), les cumuls ont atteint les 1000 litres/m² sur l’Ardèche. 

Celles où l’activité orageuse est principalement liée aux conditions météorologiques : ces systèmes orageux ne couvrent alors pas forcément des zones très étendues, mais génèrent de très fortes intensités de précipitations (dépassant souvent les 100 litres/m² à l’heure). Ils peuvent parfois se régénérer (on parle alors de cellules stationnaires) en créant une vaste bulle d’air froid de surface, qui agit alors comme un relief ou un obstacle, en soulevant la masse d’air toujours au même endroit. De tels épisodes ont été observés,par exemple, le 22 septembre 1993 à Aix-en-Provence, le 6 septembre 2010 à Cavaillon, le 1er décembre 2003 à Marseille, le 29 septembre 2014 et le 23 août 2015 à Montpellier.
Finalement, ces forts cumuls peuvent atteindre plusieurs centaines de litres/m² (200 litres/m² en 24 heures et plus, avec une intensité horaire pouvant atteindre les 100 litres/m²), sur des bassins versants où le ruissellement peut se concentrer rapidement. Les cours d’eau gonflent et peuvent provoquer des inondations torrentielles avec des débordements importants. L’imperméabilisation des sols, en zone urbaine notamment, contribue à accentuer ces ruissellements.

   

Chaque année, les 15 départements de l’arc méditerranéen connaissent des épisodes de pluies intenses (également appelés épisodes cévenols) pouvant conduire à des crues soudaines sur des territoires à forte concentration touristique : l’équivalent de plusieurs mois de précipitations tombe alors en seulement quelques heures. Les épisodes de pluies méditerranéennes se produisent principalement durant la période de septembre à mi-décembre.

stormy see


15 départements de l’arc méditerranéen sont  concernés : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes Maritimes, Ardèche, Aveyron, Aude, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Drôme, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales, Var, Vaucluse.

La préfecture de l'Hérault communique actuellement sur 8 messages de comportements à adopter pour l’ensemble des populations concernées par le risque inondation sont :

Pluies méditerranéennes intenses : les bons comportements à adopter

  • Je m’informe et je reste à l’écoute des consignes des autorités dans les médias et sur les réseaux sociaux en suivant les comptes officiels ;
  • je ne prends pas ma voiture et je reporte mes déplacements ;
  • Je me soucie des personnes proches, de mes voisins et des personnes vulnérables ;
  • Je m’éloigne des cours d’eau et je ne stationne pas sur les berges ou sur les ponts ;
  • Je ne sors pas, je m’abrite dans un bâtiment et surtout pas sous un arbre pour éviter un risque de foudre ;
  • Je ne descends pas dans les sous-sols et je me réfugie en hauteur, en étage ;
  • Je ne m’engage ni en voiture ni à pied : pont submersible, gué, passage souterrain… Moins de 30 cm d’eau suffisent pour emporter une voiture ;
  • Je ne vais pas chercher mes enfants à l’école, ils sont en sécurité

Quelles précautions face à une inondation ?

Dans une situation d’urgence, les réseaux d’eau courante, d’électricité, de téléphone peuvent être coupés. Préparez-vous à vivre de manière autonome quelques jours (3 jours) avec certains objets essentiels. Le kit de sécurité sera placé dans un endroit facile d’accès pour pouvoir le récupérer plus rapidement possible.

Le kit de sécurité se compose de :

  • Radio et lampes de poche avec piles de rechange
  • Bougies, briquets ou allumettes
  • Nourriture non périssable et eau potable
  • Médicaments
  • Lunettes de secours
  • Vêtements chauds
  • Double des clés
  • Copie des papiers d’identité
  • Trousse de premier secours
  • Argent liquide
  • Chargeur de téléphone portable
  • Articles pour bébé
  • Nourriture pour animaux

Je note les numéros utiles :

  • Ma mairie
  • 112 ou 18Pompiers
  • 15 SAMU
  • 17 Gendarmerie, Police

Je connais les niveaux de vigilance :  Jaune : phénomènes localement dangereux Orange : phénomènes dangereux et étendus Rouge : phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle 
Je vis en zone inondable : je consulte mon PPRI et GEMAPI

 

Quelques épisodes parmi les plus violents et les plus marquants des trois dernières décennies :

  • Le 3 octobre 1988 à Nîmes : 420 mm tombent en moins de 12 heures, c’est-à-dire l’équivalent de 6 mois de pluie, concentrés sur Nîmes.
  • Le 22 septembre 1992 à Vaison-la-Romaine : ce sont près de 300 mm (l’équivalent de 3 à 4 mois de précipitations) qui se sont déversés en 5 heures seulement en amont de Vaison-la-Romaine, provoquant une crue éclair de l’Ouvèze. Le phénomène a été fortement aggravé par des vents atteignant les 120 km/h sur le Vaucluse. Le 26 septembre 1992 : 129 mm en 2h30 à Granès près de Rennes-les-Bains dans la haute-vallée de l’Aude, 160 mm en 3h à Vernet-les-Bains ; en 24 heures, il a été mesuré 292 mm à Narbonne, 169 mm à La Cavalerie.
  • Toussaint 1993 : 906 mm en 2 jours sont relevés au Col de Bavella en Corse du Sud don 780 mm le 31.
  • Le 12 novembre 1999, inondations de l’Aude : la zone la plus sévèrement touchée est la région des Corbières où il est tombé à Lézignan 620 mm en 36 heures (soit plus des 2 tiers d’une année habituelle de pluie).
  • Le 8 septembre 2002 dans le Gard : 687 mm à Anduze en moins de 36 heures (les 2 tiers d’une année habituelle de pluie) ; au moins 400 mm sur environ 1800 km² et plus de 600 mm sur 150 km², le tout dans la région Languedoc-Roussillon. Le débit de pointe sur le Gard à Remoulins a été estimé à 6700 m3/s, à comparer avec les crues de 1976 (3050 m3/s) et de 2008 (1100 m3/s). Le Vidourle, fortement touché également, a dépassé les 2500 m3/s (950 m3/s lors de la crue de décembre 2002 et 550 m3/s en octobre 2010).
  • 15 juin 2010 dans le Var : 461 mm à Lorgues, près de Draguignan en moins de 12 heures (soit l’équivalent de la moitié de ce qui tombe habituellement en une année). La Nartuby atteint les 440 m3/s à Trans-en-Provence (4 km en aval de Draguignan), à comparer avec les crues de novembre 2011 (106 m3/s) et de novembre 2000 (98 m3/s).
  • L’automne 2014 s’est distingué par la persistance remarquable de situations fortement perturbées sur les départements méditerranéens, des Cévennes et de la Côte d’Azur conduisant à un nombre record d’épisodes (depuis 1958) entre le 16 septembre et le 30 novembre (9 épisodes).
  • Le 3 octobre 2015, l’ouest de Alpes Maritimes est touché : 195 mm à Cannes dont 175 en 2 heures et 178 mm à Mandelieu dont 156 mm en 2 heures. La Siagne à Pégomas dépasse les 230 m3/s, alors qu’elle atteint rarement les 100 m3/s et le Loup monte à 135 m3/s à Villeneuve-Loubet, alors qu’il dépasse rarement les 30 m3/s. Cet épisode démontre que ce n’est pas seulement la hauteur totale des précipitations qui importe, mais aussi les intensités maximales atteintes et la vulnérabilité des territoires concernés.  
 

source : Préfecture de l'Hérault

Les travaux dans les collèges de l'Hérault

Les collèges de l’Hérault prêts à accueillir les élèves pour la rentrée.

Chaque été, le Département de l’Hérault mobilise ses équipes en charge des bâtiments départementaux pour aménager, rénover et mettre en conformité les collèges afin d’accueillir les élèves dans des conditions optimales dès la rentrée scolaire.

Un travail qui se poursuit tout au long de l’année pendant les vacances scolaires afin de ne pas gêner le bon déroulement des cours.

En 2017, le Département a consacré un budget de 19,7 M€ aux travaux dans les collèges dont 9,3M€ pour les grosses réparations et près de 1,3M € dédiés aux travaux de mise en sécurité en cas de situations d’urgence particulières (intrusions et/ou attentat) dans le cadre du PPMS ou Plan particulier de mise en sureté.

(Tous les établissements scolaires sont tenus de mettre en place un plan de gestion de crise, en cas de catastrophe majeure d'origine naturelle (séisme, inondation, …) ou technologique (émanations toxiques, pollution du réseau d’eau potable) et désormais en cas de situations d’urgence particulières (intrusion de personnes étrangères à l’établissement, attentats).)

Ce dispositif a pour objectif d’être prêt à assurer la sécurité des élèves, des personnels et des visiteurs en attendant des secours extérieurs, plus généralement, savoir faire face à une situation exceptionnelle dans la vie quotidienne. La gestion des collèges : une compétence du Département de l’Hérault Le Département construit, équipe et entretient les collèges.

Pour offrir de bonnes conditions d’éducation aux élèves et à leurs enseignants, il réalise des établissements à taille humaine, de 600 à 800 places. Neufs ou rénovés, tous répondent aux normes de l’écoconstruction. Dans chaque établissement, les jeunes trouveront des matériels et des équipements, notamment numériques, de qualité et adaptés à ses besoins.

Chiffres clés : 80 collèges publics et 23 collèges privés sous contrat, 46 bâtiments dédiés au sport, 42 978 élèves à la rentrée 2017.

Parmi les opérations les plus significatives de notre secteur :

SAINT-CLEMENT-DE-RIVIERE (PIC SAINT LOUP)

Montant des Travaux Collège - Réhabilité en partie : 480 000 €

Travaux de réfection de toutes les menuiseries du bâtiment restant

+ mise en conformité électrique

+ création d’un abribus pour les élèves

+ Sécurisation de la coursive

+ mise en conformité des installations techniques 

Métropole de Montpellier 

CASTRIES : 

L’important incendie qui est intervenu le 14 juillet dernier au collège Les Pins à Castries a gravement endommagé le bâtiment D de l’établissement. Pour autant le Département a trouvé une alternative pour permettre aux 680 collégiens d’effectuer leur rentrée scolaire le 4 septembre. 

Onze structures modulaires de 55m² ont été louées et installées mi-août sur le plateau sportif et dans une cour.

Coût de l’opération (location installation démontage) : 400 000 € pour l’année scolaire 2017-2018  

CLAPIERS 

Montant des Travaux : 430 000 €

Mise en conformité de la ½ pension

+ Réfection des sanitaires garçons + remplacement des menuiseries extérieures + travaux d’étanchéité

Dont Prévisions de travaux d’isolation thermique du bâtiment (oct/nov 2017) : 230 000 €

Restrictions d'eau renforcées

Compte tenu des conditions estivales en cours, la préfecture de l'Hérault signale, ce mercredi 23 août, que la situation des ressources en eau dans l'Hérault continue progressivement à se dégrader.

 

Sur plusieurs secteurs du département de l’Hérault, les limitations sont étendues aux bassins versants de l’Est du département (Hérault amont, Lergue, Lez, Mosson et Vidourle) et renforcées sur l’Ouest (affluents de l'Orb amont et Argent-double).

Ainsi, suite à la dernière réunion du comité sécheresse* chargé de la surveillance de la ressource en eau, les restrictions sont les suivantes :

Niveau 1 : Les bassins versants de l’Hérault amont, de la Lergue, du Lez, de la Mosson et du Vidourle.

Niveau 2 : Les affluents de l'Orb amont et sur le bassin versant de l'Argent-double.

Les restriction mises en place concernent aussi les particuliers

De manière générale, il est nécessaire d’être particulièrement vigilant sur les consommations en eau afin d’anticiper et d’éviter une situation qui pourrait conduire à des restrictions. Il est donc demandé :

Aux collectivités de surveiller l’état de leurs ressources en eau potable de limiter leurs consommations (arrosage espaces verts, lavage voiries...). Par ailleurs, elles doivent vérifier le bon fonctionnement de leurs systèmes d’assainissement, afin de ne pas risquer d’altération de la qualité biologique des cours d’eau.

À chacun d’être attentif dans ses consommations individuelles en adoptant des pratiques raisonnées et économes. Il est rappelé que sont interdits les pompages, notamment pour usage domestique, qui conduisent à assécher les petits cours d’eau qui, en période d’étiage, présentent de faibles écoulements.

 TOUTES LES INFORMATIONS sur le site internet des services de l’État : l’arrêté préfectoral, la carte détaillée des zones concernées, les mesures…

 www.herault.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Eau/Secheresse

 


*Le comité sécheresse, animée par la DDTM 34, est composée des services de l'Etat, d’Etablissements Publics et de collectivités compétentes en gestion de la ressource et d’usagers. Elle a pour objectif d’assurer le suivi de la ressource en eau  sur le département et le cas échéant de proposer les mesures appropriées en fonction des 5 niveaux identifiés : situation normale, vigilance, restriction de 1er niveau, restriction renforcée et crise.

Et si l’on disait Oui à nos envies ?

Nos envies de vivre l’Hérault intensément, de goûter à ses riches saveurs, de parcourir les sentiers de randos, de teinter nos loisirs d’insolites ou de bien-être.

© Conseil départemental de l'Hérault

Nous avons la chance de vivre sur un territoire qui offre d’énormes possibilités de loisirs et de découvertes. Des balades en famille aux festivités gourmandes, en passant par les visites de notre patrimoine…

Dans l’Hérault, c’est toute l’année qu’on se régale, et qu’on vit nos loisirs intensément.

Les catalogues : herault-tourisme.com

Le Tour d'Espagne cycliste passe dans l'Hérault

Le parcours du Tour d'Espagne prévoit une seconde étape courue de Nîmes à Gruissan soit 201 km avec un passage obligé sur nos côtes le dimanche 20 août 2017, à quelques encablures de Montpellier.

Ce sera la troisième fois de son histoire que la Vuelta s'élancera ailleurs que sur le sol espagnol. La veille, le départ sur le sol français sera donné autour des principaux monuments de Nîmes par un contre-la-montre par équipes.

L’arrivée de la caravane est annoncée pour 12h ; celle des coureurs pour 13 h 55. L'itinéraire sur le territoire communal de Villeneuve-lès-Maguelone concernera le rond-point de l’Arnel – rond-point du Château d’eau – barreau – D116 en direction de Mireval.

Vous aurez l'occasion d'apercevoir les ténors du peloton :

le Britannique Chris Froome, l'Australien Adam Hansen ou l'Espagnol Alberto Contador entre autres et côté français Romain Bardet  avant trois semaines de courses de cette 72e édition qui s'achèvera à Madrid le 10 septembre 2017.

Recommandations de prudence

Pour la 1ère fois de son histoire, le tour d’Espagne cycliste s'élance de France, la Vuelta, traversera le département de l'Hérault d’est en ouest ce dimanche 20 août. La caravane et les coureurs reliant Nîmes à Gruissan passeront sur nos communes Lattes-Baillargues, Mauguio, Villeneuve-lès-Maguelone, Frontignan la Peyrade en début d’après-midi.

Assister au passage d’une course cycliste, c’est aussi être prudent. Outre le passage de 200 coureurs lancés à près de 40 Km/h, le passage en amont de la caravane publicitaire d’une trentaine de véhicules comporte son lot de risques.

Il est demandé aux spectateurs de respecter les règles élémentaires de sécurité tout au long du parcours, d’éviter les bousculades et de garder un œil sur les spectateurs les plus jeunes.

Pont de Canet : restrictions pour les plus de 12 tonnes

 

Le Pont de Canet a été rouvert à la circulation le 28 juillet dernier pour les véhicules de moins de 12 tonnes. Mais de nombreux poids lourds ne respectent pas la signalisation et continuent à traverser l’ouvrage, mettant en péril sa solidité. Le Département de l’Hérault a donc pris la décision de restreindre les voies d’accès au pont dans l’intérêt public.

 

 


Après plus de 3 mois de fermeture suite à la rupture brutale d’un câble maintenant la structure de l’ouvrage, le Département de l’Hérault a mis tout en œuvre pour rouvrir le pont de Canet à la circulation le 28 juillet dernier. Une réouverture uniquement pour les véhicules de moins de 12 tonnes car l’ouvrage reste fragile.
Cependant, malgré une communication médiatique élargie, une signalisation claire et précise sur site, et la mise en place d’un système de surveillance, des poids lourds de plus de 12 tonnes continuent à franchir l’ouvrage, mettant en danger la structure du pont et la sécurité de la population.

Mise en place d’écluse à chaque extrémités du pont

Face aux enjeux de sécurité publique et pour garantir la pérennité de l’ouvrage, le Département de l’Hérault se voit dans l’obligation de renforcer les mesures de restriction. A partir du vendredi 4 août, chaque extrémité du pont sera pourvue d’une écluse à voie rétrécie, afin d’empêcher physiquement la circulation des poids lourds en infraction sur l’ouvrage. La circulation à double sens sera maintenue.
Augmentation des contrôles par les services de la Préfecture et vidéo-verbalisation
Par ailleurs, Kléber Mesquida, Président du Conseil Départemental de l’Hérault, a saisi les services de la Préfecture de l’Hérault pour augmenter le nombre de contrôles sur le pont de Canet, et installer de façon expérimentale un système de vidéo-verbalisation.
Des travaux de consolidation sont actuellement entrepris pour la réhabilitation définitive de l’ouvrage. A ce titre, un bureau d’études a déjà été mandaté. L’option retenue par le Département de l’Hérault est de maintenir la circulation routière sur ce pont pendant toute la durée de des travaux, avec des phases de restriction de tonnage le cas échéant.
Le coût total de la réparation du Pont de Canet, comprenant la mise en sécurité et la réhabilitation définitive, est estimé in fine à 3,3 M€ financés à 100% par le Département

Saccage des locaux du RAIH : le Département dépose une plainte

Indigné par le saccage des locaux de l’association RAIH, le Président du Département a déposé une plainte auprès du Procureur de la République pour dégradation aggravée, incitation à la haine, à la discrimination et à la violence.
Le 30 juin dernier, un groupe d’une quinzaine de personnes a investi et dégradé les locaux de l’association Réseau d’Accueil et d’Insertion de l’Hérault (RAIH), une association en charge de l’accueil de mineurs isolés étrangers soutenue par le Département de l’Hérault. Ces faits sont intervenus à la suite du vote par le Conseil départemental de l’Hérault, le 26 juin 2017, d’une délibération accordant des subventions à différentes associations intervenant auprès de mineurs non accompagnés présents sur le territoire, ce qui est une des missions dévolues par la Loi aux Départements.
Kléber Mesquida, le Président du Conseil départemental demande au Procureur de la République la plus grande fermeté vis-à-vis de ceux qui ont commis ces actes de violence et de vandalisme et rappelle que les Lois de la protection de l’enfance s’appliquent à tous les mineurs en danger qu’ils soient français ou étrangers : « Bon nombre de mineurs étrangers non accompagnés ont fui leur pays en guerre pour se réfugier en France. Ils ont connus des galères, ont subi des humiliations et des violences avant d’arriver sur le sol français où ils se retrouvent particulièrement vulnérables. C'est l’honneur de l'institution départementale d'accueillir ces jeunes dans le pays de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen. »

Les hauts fonctionnaires se mobilisent pour l'emploi

Le préfet de l’Hérault lance l’opération « Parrainage pour l’emploi par des Hauts-fonctionnaires

Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, officiellement nommé parrain d’un(e) jeune ce lundi 3 juillet à l’instar d’une vingtaine de parrains/marraines Hauts-fonctionnaires qui ont en effet répondu à l’appel du Préfet et de la Mission locale de Montpellier Métropole pour parrainer chacun un(e) jeune.

Ces binômes ainsi constitués seront accompagnés par le référent parrainage des quatre missions locales engagées dans cette action : ML Montpellier Métropole, ML du Biterrois, ML du Cœur d’Hérault et ML du Bassin de Thau.

Ils s’appellent Alexis, Raima, Médérick, Sarah, Nesrine, Anahit… ils ont entre 20 et 25 ans et affichent parfois un beau parcours scolaire. Mais, faute de réseau professionnel ou victimes de discriminations, ces jeunes héraultais issus des quartiers populaires n’arrivent pas à accéder à un emploi durable.

Ils sont hauts-fonctionnaires : Sous-Préfet, directeur de services de l’Etat ou de collectivités territoriales et s’engagent à accompagner individuellement pendant plusieurs mois une vingtaine de jeunes des missions locales de Montpellier, Béziers, Sète et Lodève.

Le parrainage est un dispositif efficace des politiques de l’emploi pour lutter contre toutes les formes de discriminations sur le marché du travail. Il vise à faciliter l’accès ou le maintien dans l’emploi de personnes rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle. Cet outil met en relation un bénévole actif ou retraité appelé parrain/marraine avec un jeune de moins de 30 ans appelé filleul(le). Le parrain partage son expérience, conseille son filleul(le) sur sa méthode de recherche d’emploi, le prépare aux entretiens de recrutement et lui ouvre son réseau professionnel. La relation, qui repose sur la confiance, est formalisée par la signature d’une charte d’engagement.

En 2016, dans l’Hérault, 14 structures de parrainage ont mobilisé près de 400 parrains de tous secteurs d’activité pour accompagner 503 jeunes ou bénéficiaires de minimas sociaux, dont un tiers résidaient en quartiers populaires.
Le bilan de l’année fait apparaître de bons résultats de sortie : 44% en emploi, 13,5% en formation et 2,7% en création d’activité. L’objectif 2017 est de parrainer 569 jeunes dont 46% résidant en quartier prioritaire.

 

Le parrain s’engage à :
- partager sa connaissance du monde du travail et de ses réalités.
- Mobiliser son réseau professionnel.
- Faire le point sur le projet du filleul et l’accompagner dans sa réalisation.
Le filleul s'engage à :
-Être dynamique et impliqué dans ses démarches.
-Tenir compte des conseils.
-Informer son parrain (marraine) et la structure conventionnée de ses démarches et résultats.
Les publics ciblés sont majoritairement des jeunes de moins de 26 ans ayant des difficultés à s’insérer professionnellement, (faible niveau de qualification ou de formation, milieu social défavorisé, risque de discrimination). Le public adulte est aussi éligible selon les mêmes critères.