Le lac du Salagou en toute sécurité

Un système d’alerte, rendu obligatoire par l’Etat, a été mis en place sur le barrage du Salagou, pour prévenir tout risque d’inondation. Situé à 60 km à l'Est de Montpellier, il se voit doter, à la veille de ses 50 ans d'existence en 2019, d'un système de téléphonie d'alerte auprès de 3000 foyers installés dans 13 communes héraultaises riveraines, de Clermont l'Hérault à Saint-André-de-Sangonis en contrebas.


L’infrastructure, la plus grande réserve d'eau douce de l'Hérault, a été construite de 1964 à 1968 par le Département, pour constituer une réserve d’eau utile à l’irrigation, et lutter contre les crues du fleuve Hérault. En 50 ans, aucun problème n’est survenu sur ce barrage entretenu par le Département. Le dispositif anti inondation peut être activé en moins de 30 minutes au moindre signe préoccupant, et faisant craindre une rupture de l’ouvrage.

En cas d’inondation, 13 communes (Brignac, Canet, Ceyras, Clermont-l’Hérault, Celles, Gignac, Lacoste, Lagamas, Le Bosc, Le Pouget, Pouzols, Saint-André-de-Sangonis, Saint-Guiraud), soit 3000 foyers, seraient à évacuer. Un annuaire de tous les foyers, est en cours d’élaboration et sera actualisé chaque année. Il est censé permettre de diffuser rapidement des informations sur l’état du barrage et les consignes à suivre pour évacuer les lieux menacés.

En savoir plus : www.salagou.annuaire.cedralis.fr

Le dispositif en place s’inscrit dans le Plan particulier d’intervention (PPI). L’Etat l’a établi pour organiser la protection des populations, des biens et de l’environnement face aux risques particuliers liés à la présence d’ouvrages ou d’installations. La réalisation d’un PPI est obligatoire pour tous les aménagements hydrauliques qui comportent à la fois un réservoir d’une capacité égale ou supérieur à 15 millions de m3 et un barrage ou une digue d’une hauteur d’au moins 20 m. En France, une centaine de barrages sont concernés dont 2 dans l’Hérault : Monts d’Orb, à Avène, et le Salagou.

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes