Cent ans après ! Une œuvre pour la paix ! Un concert exceptionnel !

Dans le cadre du centenaire de l’armistice de la 1ère guerre mondiale, plus de 200 musiciens issus des écoles et conservatoires de musique, des harmonies et fanfares de l’Hérault seront réunis au sein d’un orchestre pour jouer deux œuvres d’envergure.

Le projet

Imaginé dès le printemps 2016 par l’école de musique intercommunale de la Vallée de l’Hérault, l’appel à projet auprès des écoles et conservatoire de musique, des harmonies et fanfares de l’Hérault a été réalisé en novembre 2017. Ce projet a été labellisé par la Mission centenaire 14-18.

Les responsables de chacune des structures participantes ont souhaité que le concert associe à la fois une œuvre du répertoire, pour marquer l’attachement au patrimoine musical mais aussi une création originale composée par l’un des plus grands compositeurs actuels, commandée spécialement pour cet évènement. Le choix s’est porté sur :

  • Hector Berlioz, la Symphonie Funèbre et Triomphale
  • Karol Beffa, Mémorial
 

 Les 10 écoles de musique et harmonies de l’Hérault associées au projet :

➢         Castries : École municipale de musique

➢         Clermont-l'Hérault : École municipale de musique

➢         Lunel : École municipale de musique

➢         Mèze : École municipale de musique

➢         Montpellier-Jacou : Orchestre d’harmonie

➢         Montpellier Méditerranée Métropole : Conservatoire à Rayonnement Régional 

➢         Harmonie des 2 rives : Saint-André-de-Sangonis et Saint-Pargoire

➢         Saint-Jean-de-Védas : École municipale de musique

➢         Vallée de l’Hérault : École de musique intercommunale

➢         Vendres :  École municipale de musique

 

Les œuvres et les compositeurs

La Symphonie Funèbre et Triomphale de Hector Berlioz

Composée en 1840 dans l’idée d'une grande Fête musicale funèbre à la mémoire des hommes illustres de la France, cette œuvre avait pour objectif de renouer avec l'esprit des grandes fêtes patriotiques de la Révolution. Richard Wagner en a fait ainsi le commentaire : « elle est noble et grande de la première à la dernière note… Un sublime enthousiasme patriotique, qui s’élève du ton de la déploration aux plus hauts sommets de l’apothéose ».

Nécessitant idéalement un effectif d’environ 200 musiciens, elle est écrite en trois mouvements : Marche funèbre, Oraison funèbre et Apothéose, les deux derniers s’enchaînant sans interruption.

Mémorial de Karol Beffa

Commandée spécialement pour ce projet, l’œuvre devrait osciller entre 12 et 15 minutes. Voici la description de Mémorial par le compositeur :

« Mémorial, pour orchestre d’harmonie, est programmé pour être créé les 9, 10 et 11 novembre 2018, dans le cadre des célébrations de la fin de la Première Guerre mondiale. Comme l’œuvre jouée en complément sera la Symphonie funèbre et triomphale de Berlioz, à forte connotation guerrière, il m’a semblé judicieux, par contraste, de mettre en avant la dimension pacifique de cette commémoration de la Grande Guerre. C’est pourquoi le premier des deux mouvements de Mémorial s’ouvre et se referme sur des climats très contemplatifs que viennent traverser une succession de chorals, tantôt fantomatiques, tantôt majestueux. Le deuxième mouvement est lui un mouvement perpétuel, fortement pulsé, d’une énergie que j’espère communicative. On peut y lire l’idée qu’après la guerre, la vie continue. »

Pour accompagner ces 200 musiciens, le chef d’orchestre Jordan Gudefin a été choisi. 

       
         
 

Karol Beffa, compositeur franco-polonais d’origine suisse, mène parallèlement études générales et études musicales après avoir été enfant acteur entre sept et douze ans. Entré au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1988, il y obtient huit premiers Prix (harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, accompagnement vocal, improvisation au piano).

Pianiste, Karol Beffa s’est produit plusieurs fois en soliste avec orchestre, a joué à la salle Cortot, à la salle Gaveau, au Festival de Radio France Montpellier, au festival Piano-en-Valois, à la Halle aux Grains de Toulouse, au festival Piano aux Jacobins, au festival du Périgord noir, à l’Athénée de Bucarest…

Compositeur, ses œuvres ont été jouées en France, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, en Russie, aux États- Unis et au Japon par des ensembles célèbres.

Karol Beffa a obtenu le prix du jeune compositeur de la SACEM (2008). Il est en 2009, en 2010, en 2011 et en 2012 l’un des trois nommés aux Victoires de la musique dans la catégorie « meilleur compositeur », prix décerné en 2013 et en 2018.

 

Jordan Gudefin est un jeune chef d’orchestre dynamique possédant déjà une solide expérience musicale. En tant que chef invité, il effectue ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre Régional de Normandie et l’Orchestre de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur.

Il prend également les fonctions de directeur musical de l’Orchestre Philharmonique des Grandes Ecoles à Paris en dirigeant la Sixième Symphonie de Gustav Mahler. Il se produira avec cet orchestre notamment dans la grande salle de la Philharmonie de Paris avec Les Cloches de Rachmaninoff en juin 2018.

Son talent de chef d’orchestre est déjà remarqué puisqu’il est sélectionné en 2017 au Concours international de jeunes chefs de Besançon, où il est le premier Français à atteindre la finale depuis Lionel Bringuier.

Parallèlement à son activité de chef d’orchestre, Jordan Gudefin compose pour différentes formations. Ses œuvres sont jouées dans le monde entier et il a collaboré avec Branford Marsalis, Claude Delangle, Sébastien Giot ou encore Frédéric Mellardi.

 

Trois représentations auront lieu sur le département :

Vendredi 9 novembre, à 20h30, au Complexe Sportif Victor Hugo, Cournonterral

Samedi 10 novembre, à 20h30 , au gymnase Bernard Jeu, Mèze

Dimanche 11 novembre, à 16h, au Complexe sportif Raymond Boisset, Saint-André-de-Sangonis