Police de sécurité du quotidien dans l'Hérault

Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, en présence de Magali Charbonneau, secrétaire générale de la zone de défense sud (SGAMI sud), a présidé jeudi 22 février 2018 deux réunions consacrées aux conditions de travail des forces de l’ordre sur le département de l’Hérault.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises, table et intérieur

Cette initiative s’inscrit dans la mise en œuvre de la programmation immobilière 2018-2020 pour la police nationale et la gendarmerie nationale présentée par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, le 24 janvier 2018.

Alors que la police de sécurité du quotidien (PSQ) a été présentée à Montpellier par le ministre d’Etat le 9 février dernier, ces deux réunions concrétisent également un des axes forts de la PSQ : « Une police respectée avec des agents mieux équipés et mieux protégés ».

La matinée a été consacrée au comité de pilotage de la réhabilitation-extension du commissariat de #Béziers.
Il a permis d’étudier les différentes candidatures pour le marché de maîtrise d’œuvre et d’arrêter un calendrier pour un début des travaux en 2019.

L’après-midi, s’est réuni pour la première fois le comité départemental de coordination entre les forces de sécurité intérieure et le SGAMI sud dont les services sont chargés de piloter les projets immobiliers, les moyens financiers et les équipements des policiers et gendarmes.
Cette instance a permis d’acter les avancées sur des dossiers structurants du département tels que la livraison des locaux de l’antenne du RAID à Montpellier qui devrait intervenir à l’automne 2018, la réhabilitation et la sécurisation des locaux de la caserne de gendarmerie de Lodève ou encore le déploiement des terminaux NEO (tablettes et smartphones des forces de l’ordre).

La PSQ (Police de Sécurité du Quotidien) c’est pour le Gouvernement :
* Une police « sur-mesure » qui apporte à chaque territoire la réponse la plus adaptée pour restaurer la tranquillité,
* Une police et une gendarmerie connectées pour plus d’efficacité et plus de facilité,
* Une police respectée avec des agents mieux équipés et mieux protégés,
* Une police partenariale qui travaille avec tous les acteurs, publics ou privés, 
* Une police recentrée sur ses missions premières.