Vœux à la maison de la mer

A Sète, les vœux aux acteurs ont été prononcés à la Maison de la Mer ce jeudi 18 janvier 2018 dans une salle comble.

Le premier à prendre la parole fut le toujours très réjoui Jean-Claude Gayssot.

Il faut dire que l’activité du port est en progression de 4 % cette année, que le tonnage est passé de 3 millions quand la région a pris la direction du port à 4 millions …

Plus généralement tous les secteurs sont en essor …

A part l’exportation de bétail et la plaisance qui en raison des travaux au Môle a connu une baisse programmée de son  activité.

Enfin, le président du port s’est laissé aller à une confession :

« Il  n’a plus le temps de pêcher la daurade !  Non sans rire, il travaille 8 jours par semaines, c’est plus qu’il n’imaginait...!

Mais l'ancien  ministre des transports qui n’a pas pour habitude même lorsqu’il annonce qu’il va s’appliquer, de  prononcer des discours académiques notamment pour ce qui est de leur ouverture  , à cette occasion par une citation de Dubillard, « Ne nous prenons pas au sérieux car aucun d’entre nous ne survivra », a également assuré que ce travail, chronophage, il le trouvait absolument passionnant. En partie,  car le port de Sète à taille humaine permet des échanges avec de nombreux acteurs et se distingue par son admirable diversité.

Pour conclure, il a annoncé qu’il tiendrait une grande réunion publique le 31 janvier en ce qui concerne le projet de port de yachting qui suscite encore des interrogations.

Plus classique et toujours extrêmement souriante,  Carole Delga s’est exprimée à son tour. Ses vœux, la présidente de la région les a voulus pétillants et fraternels.

Dans son rôle d’animatrice de la grande région, elle a évoqué d’autres projets dans d’autres villes que Sète mais en revenant sur le rôle central du port dans le projet Occitanie qui a « les pieds dans l’eau et la tête dans les étoiles ».

Moins déroutant mais tout aussi poétique, la présidente à quant à elle cité Jean Vilar dont l’expression « remettre en désir », ici le territoire, est un objectif qu’elle a fait sien.

Dans son discours on peut également relever sa décision de faire de l’Occitanie la première région à énergie positive, cela dans le dessein de se situer "non pas dans la réaction mais l’anticipation".

Carole Delga a affirmé vouloir laisser aux enfants la plus grande richesse de la région, c’est-à-dire les ressources naturelles qui sont des alliées de la compétitivité et non pas une entrave.

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes