Étudiant-entrepreneur, un statut qui séduit

Ils sont sept fois plus nombreux aujourd’hui qu’en 2014 : dans la région, le nombre de jeunes à avoir le statut d’Étudiant-Entrepreneur est en plein boom. Un engouement stimulé, entre autres, par le Prix PEPITE, qui récompense chaque année des porteurs de projets ou des jeunes entrepreneurs innovants.

Un statut qui séduit de plus en plus de jeunes

Les jeunes ne se contentent plus d’étudier pour espérer trouver un emploi salarié, ils aspirent à créer leur propre entreprise. Preuve de leur soif d’entreprendre, en France 60% des 18 -29 ans se disent prêts à créer une entreprise ou à en reprendre une*. En Occitanie, le nombre de candidatures au statut d’étudiant-entrepreneur augmente chaque année de 170 %. Tous ne l’obtiennent pas, mais ils sont nombreux à y accéder. Depuis la création du statut en 2014 par le Ministère de l’enseignement supérieur, le nombre d’étudiants-entrepreneurs a presque été multiplié par 7 dans la région. Ils sont désormais 200 sur l’ensemble de l’Occitanie. Pour beaucoup, devenir entrepreneur donne un supplément d’âme à l’image qu’ils se font de leur métier.

« Entreprendre c’est surtout une aventure, un challenge fort, confie Sébastien Roques, étudiant-entrepreneur à Montpellier, lauréat régional du Prix PEPITE. On sort de sa zone de confort pour explorer de nouvelles perspectives, sans toujours savoir où ça va mener ». Pour Jospin Jiotsa, également lauréat régional du Prix PEPITE, entreprendre c’est imprimer sa propre conception de l’entreprise : « ma vision ce n’est pas être chef, c’est travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise. »

Si la création d’un statut dédié à l’entrepreneuriat étudiant a véritablement lancé le phénomène, le Prix PEPITE booste chaque année l’émulation et l’émergence de projets innovants partout en France. Ce concours d’aide à la création d’entreprises innovantes permet de recevoir un financement de 5 000, 10 000 ou 20 000 euros, et de bénéficier d’un accompagnement pour son projet. Cet accompagnement, ce sont les 29 PEPITE –pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat qui l’assurent un peu partout en France. En Occitanie, deux sont implantés, l’un à Montpellier, l’autre à Toulouse. Par le biais d’ateliers, de coaching personnalisé et des mises en réseau, les PEPITE forment les jeunes à l’entrepreneuriat et s’attachent à rendre leurs projets réalisables.

Pour Jospin et Sébastien, lauréats régionaux du Prix PEPITE 2017, cette récompense a permis de financer des études de marché et ainsi d’avancer dans la viabilité de leur projet. Dans le cadre de l’accompagnement dont ils bénéficient, ils se retrouveront à Toulouse les 23 et 24 novembre prochains pour un séminaire d’accélération de projets. Ils espèrent créer leur startup entre 2018 et 2019.

(*) Selon un sondage OpinionWay réalisé pour l’Union des autoentrepreneurs en début d’année 2017.

En savoir plus :

- Le site du PEPITE LR : https://pepite.languedoc-roussillon-universites.fr/ -

Le site du PEPITE ECRIN : https://www.pepite-france.fr/pole-ecrin -

Le statut d’étudiant-entrepreneur sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid79926/statut-national-etudiant-entrepreneur.html

Salon du mariage

27e Salon du Mariage de Montpellier du 27 au 29 octobre 2017 au Parc des Expositions de Montpellier

Le Salon du mariage est de retour à Montpellier. Il s’est tenu le week-end dernier au parc expo Arena. Dès l’entrée, un petit sac avec un livret pour organiser votre mariage vous était distribué, afin de rassurer les futurs mariés sur l’ensemble des listes de taches à préparer afin d’éviter les erreurs.
Un événement complet autour du mariage regroupant une diversité de prestataires qualifiés : robes de mariées, coiffure et beauté, tenue de cérémonie pour hommes, faire-parts, photographes, lieux de réception et traiteurs, animation, listes de mariage, voyage de noce… L’occasion de faire rêver ou revivre une émotion, du mariage de princesse au mariage plus fun. Tout les styles ont été représentés. Une ambiance exceptionnelle pendant ces quelques jours.
Cet événement est aussi une opportunité aux différents prestataires, un bon moyen de se faire connaître et faire connaître leurs activités.
En effet, des fabricants de bonbons artisanaux frontignanais étaient là pour faire connaître leurs confiseries exquises. un peu plus loin, le Domaine des Clos d’Elle installait pour la première fois leur stand au salon du mariage. Ils annoncent aujourd’hui des retours positifs pour la location de salle ou la personnalisation de souvenir pour les invités.
Un petit bonus attend les visiteurs un show, une mise en scène, des défilés sans égal ! Trois défilés de mode quotidiens avec des robes et des costumes de créateurs locaux. Et des chorégraphies dévoilant les tendances 2017.

Ouverture des ponts de Sète

Capture

Ouverture des ponts :

Comme vous le savez, les ponts s’ouvrent à Sète ! Chaque jour, des ouvertures sont programmées afin d’assurer en premier le passage des bateaux de la mer à l’étang et ensuite l’inverse, le passage de l’étang à la mer.
Voici donc les horaires d’ouverture des ponts qui vous permettront de rejoindre la mer ou l’étang si vous avez une embarcation qui ne passe pas… sous le pont !

Le matin :

- ponts de la Victoire et du Tivoli : 9h30
- pont de la gare : 10h15
- ponts Sadi-Carnot et maréchal Foch : 10h15
- ponts de la Victoire et du Tivoli : 10h40

Le soir :

- ponts de la Victoire et du Tivoli : 18h40
- pont de la gare : 19h10
- ponts Sadi-Carnot et maréchal Foch : 19h10
- ponts de la Victoire et du Tivoli : 19h30

Pour les ponts de la Victoire, du Tivoli et de la gare, les navires souhaitant l’ouverture du pont doivent se présenter dans l’axe à 50 mètres du pont, 10 minutes au moins avant l’heure prévue d’ouverture.
Pour les ponts Sadi-Carnot et maréchal Foch ou, ponts des pompiers, comme on dit à Sète, les navires doivent prévenir avant 9h, pour l’ouverture du matin, et avant 18h pour l’ouverture du soir en appelant au 04 67 46 34 36.
 
Si vous êtes professionnels, vous pouvez également faire ouvrir les ponts à la demande. Ces demandes doivent être faites 24h à l’avance en appelant au 04 67 46 34 36. Mais attention, la demande doit être confirmée 3h avant de passer le pont et dans tous les cas avant 20h pour une ouverture dans la nuit qui suit.

ATTENTION : jusqu’au 9 décembre 2017, sauf en cas de travaux ou s’il n’y a pas de demande, le matin, les ponts de la Victoire et du Tivoli ouvrent à 9 h 30 et à 10 h 40 ; les ponts de la Gare, Sadi-Carnot et Maréchal Foch ouvrent à 10 h 15. Le soir, les ponts de la Victoire et du Tivoli ouvrent à 18 h 40 et 19 h 30 et les ponts de la Gare, Sadi-Carnot et Maréchal-Foch ouvrent à 19 h 10

Le Grand Chapitre de Mille et une Pâtes, coquillages et tielles du bassin de Thau c'est le 4 novembre

conf2Le Grand Chapitre de Mille et une Pâtes, coquillages et tielles du bassin de Thau se déroulera le samedi 4 novembre 2017 et sera un rendez-vous culinaire plein de saveurs, grâce au dévouement de tous ses membres.


Le petit déjeuner, l’apéritif et le repas seront servis, comme d’habitude, dans la salle Brassens. Plus de 160 convives attendus. Chaque année, cette action connaît un franc succès.

Le déroulement de la journée

8 h 45 : accueil des confréries, salle Georges-Brassens.
9 h : buffet gourmand salle Brassens. 
10 h : mise en habit, départ pour la Décanale Saint-Louis. 
10 h 30 : messe en la Décanale, célébrée par le père de la paroisse, et accompagnée par la chorale de Sète, dirigée par Franck Fontcouberte, avec la participation de Jean-Michel Balester. 
11 h 30 : défilé en villle, rassemblement des confréries sur la place de l’hôtel de ville. 
12 h : retour salle Brassens pour les intronisations rituelles. 
12 h 45 : apéritif. 
13 h : repas traditionnel, après-midi dansante.

Et le Menu de Gala :

Entrée maritime, au gré des vents salade du pêcheur, piste de moules, tapenade, rillettes de maquereaux
Variation autour de l’Étang de Thau huitres gratinées, filet de rouget, crème d’oursin
“Trou de Poupou’’ Glace arrosée à l’eau de vie de Frontignan 
Tableau coloré du Prince des Mers croustade de dos de loup de mer, pâtes multicolores 
Pélardon frais des Cévennes et son grapillon de raisins 
Dégustation en noir et blanc *
Café 
Vins de notre ‘‘Chaudron‘’ Rouge de Faugères, Picpoul de Pinet, Muscat de Frontignan, Vin rosé et eaux des Etablissements Fouillade et Fils.

conf3conf

Etang de Thau : Mesure temporaire

Le préfet de l'Hérault a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la vente des huîtres, des moules... Et des palourdes en provenance de l'étang de Thau. (Le 3 novembre 2017).

1105

Une surveillance de l'étang effectuée par l'Ifremer, l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer, a en effet permis de "mettre en évidence des résultats d'analyses phyto-planctoniques et de leurs toxines PSP supérieurs à la norme autorisée dans l'étang", explique la Préfecture dans un communiqué.

La présence de toxines PSP supérieurs à la norme autorisée Si elles sont consommées, ces toxines peuvent provoquer des troubles neurologiques et des symptômes gastro-intestinaux. Les personnes qui possèdent des produits ne doivent pas les consommer et les rapporter au point de vente.

En cas de doute, il vaut mieux se renseigner auprès de la poissonnerie où les produits ont été achetés.

"Les huîtres, les moules et les palourdes récoltées antérieurement au 30 octobre 2017 ou provenant d’autres zones de production, ne sont pas soumises à cette mesure de restriction. Les professionnels peuvent donc continuer à commercialiser ces coquillages dans la mesure où ils présentent les qualités sanitaires requises pour garantir la sécurité des consommateurs".

Cette mesure temporaire sera levée dès lors que les conditions de sécurité sanitaire seront réunies pour une réouverture de la zone de production.

Voie Cyclable de Villeneuve-lès-Maguelone à Frontignan

Sécurisation du carrefour pour les cyclistes.

Le carrefour de la D114 de Vic vers Frontignan-Plage/Les Aresquiers et de la D116 en provenance de Villeneuve-lès-Maguelone est actuellement l'objet d'une importante signalisation au sol. Il s'agit de faire coexister la circulation automobile avec le croisement d'une voie cyclable regroupant à la fois la Vélo Route 8 méditerranéenne,  la ViaRhôna, mais aussi faisant office de voie douce entre différents quartiers de Vic, situés de par et d'autre de la voie ferrée, reliant également Vic et Mireval, et enfin Villeneuve à la piste cyclable des Aresquiers. Le passage de ce carrefour impose en plus le passage du pont ferroviaire, pont construit en surélévation, avec un remblai qui cache la vue, et rend dangereux le franchissement.

La revendication d'un aménagement d'un passage piéton et cyclable sur le pont date de 20 ans, et la municipalité de Vic, en accord avec celle de Mireval, a décidé de relancer cette idée. Récemment une manifestation des usagers du vélo, et de leurs associations représentatives (La Roue Libre de ThauVéloCité Grand Montpellier, Vélo du Pays de l'Or), a permis de faire émerger cette urgence de liaison douce.

Les conseillers du canton, Sylvie Pradeilles et Pierre Bouldoire ont récemment affirmé la nécessité de réaliser ces travaux avant la fin de l'année 2018, tout en s'engageant immédiatement pour des aménagements de sécurité provisoires, voir notre article. La revendication d'un aménagement d'un passage piéton et cyclable sur le pont date de 20 ans, et la municipalité de Vic, en accord avec celle de Mireval, a décidé de relancer cette idée. Récemment une manifestation des usagers du vélo, et de leurs associations représentatives (La Roue Libre de ThauVéloCité Grand Montpellier, Vélo du Pays de l'Or), a permis de faire émerger cette urgence de liaison douce.


A l'approche du pont, des bandes sonores au sol ont été réalisées, pour ralentir le flux routier. Des panneaux de rappel de la vitesse maximum, 70km/h ont été installés. Deux bandes sont peintes sur chaque bord de la chaussée, représentant des pictogrammes de cyclistes. Des damiers de peinture vertes signalent l'intersection des voies douces et des voies routières.

IL faut espérer que ces aménagements provisoires, en attendant le franchissement de la route et de la voie ferrée en voie propre pour les vélos, apporteront une amélioration quand à la tranquillité et la sécurité des cyclistes, et des piétons.

René Rispoli

Café climat

Pourquoi la rénovation globale est-elle plus avantageuse ?

L’Agence Locale de l’Énergie Montpellier organise un Café Climat sur la vision d’ensemble d’un projet de rénovation thermique (isolation, chauffage, menuiseries…) le jeudi 30 novembre à 17h30 au Gazette Café.

  • Changer ses fenêtres, réparer sa chaudière, isoler, comment s’organiser au mieux ?
  • Comment optimiser le financement de différents types de travaux ?
  • Comment être sûr d’atteindre l’objectif de performance énergétique fixé pour bénéficier des aides financières ?

Ce 47ème Café Climat répondra à ces questions en abordant la thématique de la rénovation globale.
Des factures d’énergie pouvant être divisées par 4, un amortissement assuré en quelques années, moins d’intervenants à gérer… Les conseillers Espace Info Énergie de l’Agence Locale de l’Énergie Montpellier présenteront les nombreux intérêts des projets de rénovation ambitieux.
Le GIE Arthe Group (Groupement d’Intérêt Économique autour de la rénovation thermique) exposera des exemples concrets et locaux de maisons sur lesquelles ils sont intervenus.
Inscrivez-vous gratuitement par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone : 04 67 91 96 96 pour échanger sur vos projets de rénovation le 30 novembre 2017 à 17h30 au Gazette Café.

Jeudi 30 novembre de 17h30 à 19h
Gazette Café - 6 Rue Levat, 34000 Montpellier
Gratuit sur inscription à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 04 61 91 96 96

La baleine des Aresquiers tractée à 120 km des côtes

La carcasse de la baleine découverte récemment au large des Aresquiers a été remorquée par l'Abeille Flandre, ce mercredi 1er novembre vers le large, afin d'éviter son échouage. Direction le sud-est à 120 kms des côtes et pour éviter que les courants ne la ramènent sur le littoral elle sera placée sous surveillance. Pas question de la dynamiter. Il y a de fortes chances que ce soit un rorqual commun.

Rorqual commun et porte-container

Sur 85 espèces de cétacés répertoriées dans le monde, une vingtaine a fréquenté, au moins occasionnellement, la mer Méditerranée. Sur la base des informations des vingt dernières années, seules 18 espèces peuvent être considérées comme faisant partie du peuplement. C’est beaucoup, si l’on se rappelle que la Méditerranée ne communique avec les océans que par deux petits passages : le détroit de Gibraltar, bien sûr, et le canal de Suez.

La topographie sous-marine de la Méditerranée est très variable, générant trois grands types d’habitat: le plateau continental est le moins étendu, et la plaine abyssale est l’habitat de plus grande surface. Entre les deux, on trouve un talus continental: souvent escarpé, il est localement entrecoupé par des canyons sous-marins.

Trois espèces peuvent être considérées comme très rares voire exceptionnelles: le Rorqual boréal (Balaenoptera borealis), le Faux-orque (Pseudorca crassidens), et le Dauphin tacheté (Stenella frontalis).

Pour les Kogidés qui sont peu visibles en surface ou les Mesoplodons, qu’il est parfois difficile de distinguer des Ziphius, il est impossible de savoir s’ils sont exceptionnels ou simplement rares: le Cachalot nain (Kogia sima), le Mésoplodon de Blainville (Mesoplodon densirostris) et le Mésoplodon de Sowerby (M. bidens) ont ainsi un statut incertain. On les retrouve parfois échoués.

On a ensuite trois espèces qui sont peu fréquentes, mais quand même observées à peu près une fois par an: le Mégaptère (Megaptera novaeangliae), le Rorqual à museau pointu (Balaenoptera acutorostrata), et l’Orque (Orcinus orca), régulière vers le détroit de Gibraltar.

Les observations récentes montrent que le Marsouin commun (Phocoena phocoena), dont une sous-espèce fréquente la mer Noire, peut être rencontré en mer Egée, dans le nord du bassin oriental. Ainsi, si vous entendez des pêcheurs provençaux parler des marsouins qu’ils ont vu la veille, il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse simplement de dauphins … simple question de langage !

Le cas du Dauphin à bec étroit (Steno bredanensis) a été récemment éclairci: une petite population réside dans le bassin oriental, et peut donc être rencontrée au sud de la Méditerranée.

Ainsi, dans l’ensemble de la mer Méditerranée, si une dizaine d’espèces sont rencontrées régulièrement, huit composent l’essentiel du peuplement, au moins dans le bassin occidental :

le Dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba)
le Dauphin commun à bec court (Delphinus delphis)
le Grand dauphin (Tursiops truncatus)
le Globicéphale noir (Globicephala melas)
le Dauphin de Risso (Grampus griseus)
la Baleine à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris)
le Cachalot commun (Physeter macrocephalus)
le Rorqual commun (Balaenoptera physalus)

Résultat de recherche d'images pour "Abeille flandre"

Selon le GREC, le rorqual commun est le seul mysticète sédentaire en Méditerranée. On le reconnaît facilement à sa taille, à la puissance de ses souffles et à la pigmentation dissymétrique de sa tête : mâchoire inférieure droite blanche ou gris claire et mâchoire inférieure gauche gris foncé. Ce balénoptère de grande taille dépasse 20 mètres de longueur à l’âge adulte et certaines femelles pourraient atteindre 25 mètres en Méditerranée.Un des problèmes majeurs pour la protection de cette espèce est l’incidence des collisions avec les navires, en particulier les navires rapides. On estime que plus de 10 rorquals meurent chaque année des suites d’un tel accident; d’autres sont blessés.

 Cette mortalité, combinée à d’autres facteurs et au changement climatique global, pourrait contribuer à une érosion progressive de la population de rorquals communs de Méditerranée. Cette population a été évaluée en 1991 à environ 2 à 3000 individus.
Pour en savoir plus : https://www.cetaces.org/cetaces/mediterranee/

La marguerite des morts

Bien que le chrysanthème soit associé aux jours des morts, cette fleur est dotée de significations plutôt joyeuses dans le langage des fleurs qui comptait beaucoup au XIXe siècle. À l'époque, quand on offrait un bouquet de chrysanthèmes, cela signifiait amour absolu. Aujourd'hui, si vous en offrez un chrysanthème pour une soirée galante, je ne suis pas sûr que la dame apprécie beaucoup. Le terme de « chrysanthème » est un mot du genre masculin qui signifie étymologiquement « fleur d'or » et qui vient des mots grecs « chrys » (or) et « anthemon » (fleur). Il n’existait au début qu’en couleur jaune d’or. Originaire de Chine et du Japon, cette fleur fut introduite en occident en 1753 par Linnaeus, un botaniste suédois date à laquelle elle fit son entrée en Europe. Les Chinois les cultivaient il y a 2.000 ans. Il se vend chaque année quelques 25 millions de pots.

Cette tradition des chrysanthèmes remonte à la première guerre mondiale à l’armistice de 1918, où se développe la coutume d’orner les tombes des défunts avec des fleurs. La date de la fête des morts coïncidant avec le milieu de l’automne, car il fallait trouver une fleur en pleine floraison à cette période de l’année. Le chrysanthème fut alors largement employé et devint au fil des années un synonyme incontournable de la Toussaint car il fleurit tard dans l’année et peut résister à un gel modéré. Les chrysanthèmes que nous connaissons actuellement ressemblent peu à l’espèce d’origine qu’on retrouve à l’état sauvage qui ressemble à une marguerite (Glébonis Coronaria) et qui est de la même famille.

L’occasion aussi de rappeler ces merveilleuses paroles du poète, un certain Georges Brassens…

Avant d'aller conter fleurette
Aux belles âmes des damnées
Je rêve d'encore une amourette
Je rêve d'encor m'enjuponner
Encore une fois dire: "Je t'aime"
Encore une fois perdre le nord
En effeuillant le chrysanthème
Qui est la marguerite des morts

Georges BRASSENS
Le testament (1955)

Intoxications graves par des champignons

La Direction Générale de la Santé renouvelle sa mise en garde liée à la cueillette des champignons et tire la sonnette d'alarme

Face à la forte augmentation du nombre de cas graves d’intoxication liés à la consommation de champignons signalés aux centres antipoison et de toxicovigilance, l’Anses, la Direction générale de la Santé (DGS) et les Centres antipoison renouvellent leur mise en garde aux amateurs de cueillette et rappellent les bonnes pratiques à respecter.

Depuis le début de la surveillance, début juillet, 32 cas graves d’intoxication par des champignons ont déjà été rapportés aux centres antipoison sur 1 179 cas signalés, alors que la moyenne annuelle observée est d’une vingtaine de cas graves. Sur les 32 cas, 20 correspondent à un « syndrome phalloïdien », caractérisé par des signes digestifs survenant en moyenne 10h à 12h après la consommation de champignons et qui peut être à l’origine d’une atteinte hépatique mortelle en l’absence de traitement1 Ce syndrome peut être causé par des amanites (amanite phalloïde, amanite vireuse…), des petites lépiotes ou des galères2.

Parmi ces 20 cas, deux ont nécessité une greffe hépatique et un troisième cas est décédé. En raison de ce pic d’intoxications et du nombre élevé de cas graves associés, la Direction Générale de la Santé (DGS) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) réitèrent leurs recommandations à respecter impérativement : En priorité, et en cas de doute, il est indispensable de faire identifier sa récolte par un spécialiste (pharmaciens, mycologues des associations ou sociétés savantes de mycologie3 ) avant toute consommation ; certaines intoxications pouvant s’avérer mortelles. Photographier sa cueillette avant cuisson permet au centre antipoison d’identifier le champignon, en cas d’intoxication.

Toutes les régions sont concernées par des intoxications par des champignons et dans les cas signalés, 94% des cas ont été provoqués par les champignons cueillis par des particuliers.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes (notamment diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) à la suite d’une consommation de champignons de cueillette : appelez immédiatement le « 15 » ou le centre antipoison de votre région, et précisez que vous avez consommé des champignons.

En savoir plus :

 DGS - Direction Générale de la santé, Prévention des intoxications par les champignons

Office National des Forêts

ANSES, Cueillette et consommation de champignons

Société Mycologique de France Association des Centres Antipoison et de Toxicovigilance 

Médical : Intrasense et la CGTR nouent un partenariat

 Intrasense, spécialiste des solutions d’imagerie médicale et CGTR, acteur de référence de la téléradiologie, annoncent la signature d’un partenariat, à l’occasion des Journées Francophones de Radiologie , congrès international d’imagerie médicale.

 

Intrasense

Créée en 2004 à Montpellier, Intrasense développe et commercialise un dispositif médical unique, Myrian ® , plateforme logicielle facilitant et sécurisant le diagnostic, la prise de décision et le suivi thérapeutique. 
Grâce à Myrian ®, plus de 800 établissements de santé répartis dans 40 pays bénéficient d’une plateforme unique et intégrée pour lire tout type d’images (IRM, scanner...). 
Enrichie d’applications cliniques expertes pour des pathologies spécifiques, Myrian® offre une solution de traitement d’image universelle, intégrable dans tous les systèmes d’information de santé. 
Intrasense compte 45 salariés, dont 20 dédiés à la Recherche et Développement. 
Labellisée « entreprise innovante » par la BPI, elle a investi plus de 9 millions d’euros en Recherche et Développement depuis sa création. Pour plus d’informations, visitez www.intrasense.fr .

Compagnie Générale de Télé Radiologie

La Compagnie Générale de Télé Radiologie, société spécialisée dans la télémédecine depuis 10 ans, basée à Montpellier, innove pour faciliter l’accès des patients à une prise en charge médicale de qualité.
La CGTR est dirigée par des médecins dont l’ambition est d’accompagner les évolutions numériques et de favoriser une télémédecine clinique "à la française" : basée sur la proximité, l’expertise médicale et médico-organisationnelle. 
Convaincue que l’exercice de la télémédecine ne modifie en rien ce point éthique fondamental, sa vocation est de proposer des services en toute sécurité, pour les patients et les professionnels de santé, et d’établir un climat de confiance entre les différents acteurs pour assurer une prise en charge des patients. 
Plus de 280 médecins composent aujourd’hui ce réseau de professionnels , engagés dans une démarche innovante et éthique. 
Pour plus d’informations, visitez http://www.cgtr.fr

   

img_header1

CGTR, pionnier et  leader de la téléradiologie

Créée en 2008, la Compagnie Générale de Télé Radiologie (CGTR) développe aujourd’hui auprès de 280 médecins un modèle de téléradiologie de proximité. En diffusant Myrian ® et ses applications d’imagerie développées par Intrasense, CGTR fournit aux médecins du réseau des applications d’imagerie expertes, notamment sur la cancérologie et les pathologies vasculaires. Ces solutions sont déjà adoptées par plusieurs groupes hospitaliers de dimension régionale.

La télémédecine pour lutter contre les déserts médicaux

Réponse pragmatique aux forts enjeux du secteur - démographie médicale, déserts médicaux, collaboration d’équipe , formation, nouveaux usages distants - la télémédecine apparaît aujourd’hui comme un levier majeur pour améliorer la prise en charge des patients.

Un partenariat issu de la French Tech montpelliéraine

Historiquement hébergées au BIC (Business Innovation Center) Montpellier Métropole, Intrasense et CGTR scellent aujourd’hui un accord de partenariat de référence, dont Mme Chantal Marion, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole et Déléguée au développement économique, se félicite : "Nous sommes ravis de telles initiatives partenariales, la Métropole montpelliéraine les encourage activement ".
"Nous nous imposons une obligation de moyens, propre au milieu médical, qui passe notamment par l’équipement des téléradiologues du réseau CGTR : les contrôles qualité , les écrans médicaux ou les logiciels d’interprétation doivent être agréés pour cette activité diagnostique. Myrian ® remplit pleinement ces exigences." commente Yann Hetmaniak, cofondateur et Président de la CGTR. "Nous sommes très heureux de la mise en place de ce partenariat avec CGTR afin de partager nos expertises et ainsi permettre un maximum de synergies au service de la télémédecine" conclut Stéphane Chemouny, Président - Directeur Général d’Intrasense.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon