L’empreinte du général de Gaulle en Occitanie

Il y a 50 ans, le 9 novembre 1970, le général de Gaulle disparaissait. La vision de ce bâtisseur reste bien vivante en Occitanie, que ce soit dans l’aéronautique, le secteur énergétique ou encore le tourisme. 

Charles de Gaulle lors de sa première venue à Toulouse en septembre 1944
Charles de Gaulle lors de sa première venue à Toulouse en septembre 1944 - Crédits : Jean Dieuzaide

Chef de la France Libre, instigateur de la Ve République, président de la République de 1959 à 1969… L’histoire du général de Gaulle est indissociable de celle de la France. Mais son œuvre a également profondément façonné l’économie de l’Occitanie. Il avait compris la nécessité d’investir dans les territoires, pour fortifier la République.

Plein feux sur l’aéronautique et l’énergie

Four solaire d'Odeillo. Juillet 2019C’est en septembre 1944, que le général de Gaulle découvre pour la première fois notre région.

Toulouse fraîchement libérée et son industrie aéronautique sont sinistrées par les bombardements et l’absence de développement sous l’occupation.

L’Etat, sous l’impulsion du général de Gaulle, décide alors d’investir massivement afin que la France se dote du premier constructeur aéronautique mondial, faisant de Toulouse la capitale européenne de l’air et de l’espace.

Aujourd’hui encore, la Région perpétue cet héritage, en soutenant cette filière emblématique, dans l’objectif que l’Occitanie devienne le berceau de l’avion vert.

Four solaire d’Odeillo. Juillet 2019

Les années de Gaulle en Occitanie, c’est aussi le lancement de l’industrie nucléaire à Marcoule (Gard), marquant la puissance militaire et industrielle de notre pays. Le général de Gaulle est également à l’origine de la filière énergétique renouvelable dans notre région, avec la construction du four solaire d’Odeillo (Pyrénées-Orientales). Encore aujourd’hui, avec ses 54 mètres de haut, il est l’un des deux plus grands du monde.
 
   Tourisme : cap sur le littoral d’Occitanie

La station balnéaire de la Grande Motte construite lors de la « mission Racine ».
La station balnéaire de la Grande Motte construite lors de la « mission Racine ».

Dans les années 60, le général en visite sur notre littoral déclarait : "Le tourisme, les loisirs, sont une part fort importante de la civilisation moderne. Et la France l’a compris, un peu partout et je vois qu’elle l’a compris spécialement ici ».

Avec la mission Racine, l’Etat aménage alors, entre des zones de nature protégée, 5 unités touristiques de Montpellier à Perpignan. Désormais, c’est le Plan Littoral 21, lancé par la Région en 2016, qui a vocation à aménager durablement le littoral de demain, tout en préservant l’environnement.
 
   L’Occitanie rend hommage au général de Gaulle

En partenariat avec la Région, viàOccitanie a produit et réalisé un documentaire inédit de 15 minutes : "Charles de Gaulle en Occitanie". La diffusion aura lieu le dimanche 8 novembre à 19h [1] et sera disponible en replay sur le site viaoccitanie.tv

Et à l’occasion du 80ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940, la Région Occitanie a renommé l’Espace Midi-Pyrénées de l’Hôtel de Région à Toulouse, en Espace Charles de Gaulle.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon