THERMES : VERS UNE REPRISE D’ACTIVITÉ DANS LE COURANT DU MOIS DE JUIN

Après près de 3 mois d’arrêt, le gouvernement devrait autoriser les établissements thermaux à rouvrir leurs portes dès le 2 juin.

L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air et eau

Une telle réouverture ne se fait pas en une journée, même si toutes les mesures sanitaires avaient été anticipées.
Il faudra attendre encore quelques jours l’autorisation de l’Agence Régionale de la Santé, avant de pouvoir recevoir les curistes.

Un retour aux thermes à Balaruc-les-Bains

« Cette annonce, nous l’attendions depuis plusieurs semaines » déclare la direction de la Société Publique Locale des Thermes de Balaruc-les-Bains (Spleth). Pour autant, relancer l’activité des thermes ne se fait pas en une journée. Et même si nous avions anticipé les mesures sanitaires nécessaires à mettre désormais en œuvre, il nous faudra encore quelques jours avant de pouvoir accueillir à nouveau les curistes et notamment l’autorisation de l’Agence Régionale de la Santé. »

Sécurité sanitaire pour la sortie de crise

Depuis plusieurs semaines déjà, la ville et les thermes de Balaruc-les-Bains travaillent main dans la main avec les principales autorités sanitaires du Pays - le Ministère de la santé, l’Assurance maladie, le Conseil National des Établissements Thermaux (CNETh) - afin de définir le calendrier et les conditions de reprise d’activité, tant attendus par les acteurs thermaux, médicaux et socioprofessionnels.
Un protocole sanitaire est en cours de déclinaison au sein des thermes.
"Les thermes possèdent historiquement une expertise avérée et reconnue en terme de sécurité sanitaire. Un atout qui permettra de rassurer les curistes sur notre capacité à répondre aux différents protocoles et à les sécuriser dès leur retour à Balaruc-les-Bains."

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon