Métropole de Montpellier : 12 composteurs accessibles

Ce mardi 26 mai, les 12 composteurs ont rouvert, accompagnés d'un dispositif destiné à préserver la santé de tous les utilisateurs.

Pour faire face à l'épidémie du Covid 19 et limiter la propagation du virus, Montpellier Méditerranée Métropole, en application des directives préfectorales, avait dû fermer l'accès aux douze composteurs collectifs dès le début du confinement. Dans le cadre de la reprise progressive d'activité, avec la volonté d'encourager un retour rapide aux gestes de tri, ces composteurs ont rouvert aujourd'hui, accompagnés d'un dispositif destiné à préserver la santé de tous les utilisateurs.
 
2CHR5368_print.jpg
Crédit photo : Christophe RUIZ - Montpellier Méditerranée Métropole
 
UNE UTILISATION DES COMPOSTEURS QUI S'ADAPTE POUR RESPECTER STRICTEMENT LES MESURES SANITAIRES ET PROTÉGER LES HABITANTS
 
Afin de protéger l'ensemble des utilisateurs des sites de compostage, un dispositif permettant de respecter les gestes barrière a été mis en place par la Métropole de Montpellier, en collaboration étroite avec les présidents d'associations gestionnaires d'un site de compostage partagé. Un affichage sur site informera les usagers des nouvelles consignes d'utilisation, qui ont été simplifiées :
  1. Déposer les biodéchets d'origine végétale coupés en morceaux dans le bac d'apport.
  2. Ne pas ajouter de broyats soi-même : un opérateur muni d'équipements de protection spécifiques s'en chargera (visières, masques, gants, lingettes virucides) s'en chargera, son passage étant prévu au rythme d'une à deux fois par jour.
  3. Ne pas déposer d'essuie-tout et de mouchoirs en papier !

OÙ TROUVER LES 12 COLLECTEURS COLLECTIFS DE LA MÉTROPOLE ?

  • Aux Grisettes (en haut de la Ramblas des Calissons)
  • A Malbosc 1 (derrière l'arrêt de tramway "Malbosc", rue Laquintinie)
  • A Malbosc 2 (au croisement de la rue Malbosc et de l'avenue Aglae Adanson)
  • Proby (à l'angle de la rue Proby et de la rue des orangers)
  • A Aiguelongue (place Rosa Parks)
  • A Saint-Jean-de-Védas (rue Kergomard, entrée du parc de la Capoulière)
  • A Saint-Drézéry (parc du château Cambacérès)
  • A Croix de Lavit (488, rue de la croix de Lavit)
  • A Tastavin (rue Emile Chartier dit Alain, à l'angle de la rue Saint-Jacques)
  • A Boutonnet (derrière l'arrêt de tramway "Boutonnet", avenue professeur Grasset)
  • Au mail Bashung (côté rue Jean Vachet)
  • Au square "Escarceliers" (au croisement de la rue des Escarceliers et de la rue des Corregiers)
LA GESTION ET LA VALORISATION DES DÉCHETS DANS LA MÉTROPOLE EN CHIFFRES
  • Environ 250 000 tonnes de déchets traités par an à l’échelle de la Métropole, dont 40% recyclées.
  • Près de 1 500 points d’apport volontaire pour le verre, les papiers ou les textiles usagés.
  • 20 déchèteries sur le territoire de la Métropole.
  • 12 sites de compostage de quartier en fonctionnement, 3 en cours d’étude pour une mise en service prochaine.
  • Près de 90 résidences équipées de composteurs collectifs.

Avec la modernisation du centre de tri DEMETER, les habitants du territoire métropolitain et certaines communes voisines bénéficient dorénavant d’un geste de tri simplifié.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon