18 mai : Marche pour la biodiversité contre Monsanto-Bayer

Marche pour la biodiversité contre les pesticides
La LPO Hérault sera présente à la manifestation du samedi 18 mai à Montpellier.
+ d'infos: http://www.facebook.com/events/903544733332730

"Pour la 7ème année consécutive, des citoyen(ne)s, partout dans le monde, descendront dans la rue pour dire leur refus du système agro-industriel destructeur de la biodiversité que représentent les multinationales de l'agrochimie au premier rang desquelles Bayer-Monsanto (mais n'oublions pas aussi : Syngenta, BASF, Dow Chemical, DuPont, ChemChina, Limagrain,,etc.) 

Ces marches non violentes et apartisanes permettent d'attirer l'attention sur ces géants de l'agrochimie qui contribuent à
- empoisonner durablement notre terre à coup de pesticides,
- massacrer la biodiversité en poussant à la destruction de forêts primaires pour semer à leur place à perte de vue des champs entiers de monoculture d'OGM arrosés de pesticides (cf.le documentaire Le Grain et l'Ivraie, à l'écran actuellement, qui montre la catastrophe écologique et sanitaire en cours liée à l'agriculture industrielle développée en Argentine) 
- confisquer le vivant en mettant sous brevet les semences partout dans le monde et en diffusant des OGM.

Ces marches ont aussi permis de soutenir les victimes des pesticides qui trouvent le courage de se battre contre ces puissantes firmes pour faire reconnaître leurs droits et alerter les populations.

La France est le deuxième consommateur européen de pesticides et le troisième au niveau mondial.
Depuis janvier 2019 l'usage des pesticides est interdit aux particuliers mais reste possible en agriculture conventionnelle, et aussi, par exemple et sauf exceptions : sur les terrains de sports, dans les cimetières, le long des voies ferrées.

Des pays, comme le Vietnam tout récemment, agissent concrètement en prenant des décisions radicales quand chez nous l'Assemblée diffère ces décisions et, pire encore, vote une loi pour permettre aux industriels de continuer à produire des pesticides à destination d'autres pays.

Le tout récent rapport des experts de l'ONU est on ne peut plus clair sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité planétaire et sur la première cause de cette catastrophe annoncée : l'agriculture industrielle avec son cortège de pesticides et d'OGM, et la destructions des habitats des espèces sauvages qu'elle engendre.

Des alternatives existent, respectueuses de l'environnement et donc de la biodiversité. Il manque une volonté politique adaptée à l'urgence du moment et nous devons exiger protection pour nous et pour les générations futures."


itinéraire prévu : Peyrou-Préfecture-Comédie-Esplanade (à confirmer)

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes