La Grande Motte : grand "projet Ville-Port" dès 2022

Le creusement du bassin, les travaux d’extension du Port et la reconstruction de la nouvelle Zone Technique sur l'esplanade Jean Baumel devraient démarrer en 2022. Suivront les aménagements urbains. Le plan d'actions devrait durer jusqu’en 2025.

A l'issue de trois réunions publiques organisées depuis octobre 2018, près de 800 personnes se sont rendues au Palais des Congrès Jean Balladur à l'occasion de la restitution de la concertation du projet "ville-port" ce lundi 8 avril 2019.

Un projet qui s'inscrit dans le plan Littoral 21

Une soirée en présence de Stéphan Rossignol, maire de la Grande Motte, et de l'architecte François Leclercq, lauréat du concours en juillet dernier, pour l'extension du port, la requalification urbaine des quais et pour la réalisation de 500 nouveaux logements sur les terrains libérés par le déménagement à l'ouest de la ville de la zone technique nautique.

Ce projet d’envergure vise à positionner le port comme une référence en matière de plaisance et de nautisme durable et renforcer son identité urbaine. Il prévoit notamment la création d'un nouveau bassin qui accueillera 400 anneaux supplémentaires, la requalification des espaces publics, le déplacement et la modernisation de la zone technique nautique et l’aménagement de cheminement doux entre les quartiers du Levant et du Couchant. 

Le projet « port-ville » de la Grande-Motte est l’un des projets phare du plan Littoral 21. En vue de le favoriser, l’État avait transféré son domaine public portuaire à la ville le 21 décembre 2017 à la mairie, soit un transfert de 40 hectares de parcelles.

Un projet d'envergure

Le coût total du projet est estimé à 66 millions d’euros, dont 29 millions pour l’extension du Port, 16 millions pour la nouvelle zone technique, 16 millions pour l’opération urbaine et 5 millions pour le pôle nautique.

Pour en savoir plus : http://projetvilleport.fr/

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon