Montpellier : la Métropole lance les travaux de la ligne 5 dès le 15 avril

Vendredi 22 mars 2019, Philippe SAUREL, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Maire de la Ville de Montpellier, a présenté en préambule du conseil de Métropole, les travaux de la ligne 5 de tramway qui débuteront dès le 15 avril 2019.


Dans le cadre des travaux de la ligne 5 de tramway qui reliera Clapiers à Juvignac, et afin de sécuriser l’alimentation en eau potable de l’ouest et du nord-ouest de Montpellier et de la commune de Juvignac (140 000 habitants concernés), Montpellier Méditerranée Métropole va réaliser des travaux sur le réseau d’eau potable dans le secteur route de Mende - rue de l’Hortus – Avenue du Pic Saint-Loup.

Ainsi, sur ce secteur :

- Une canalisation d’eau potable de 80 centimètres de diamètre sera posée,

- un dévoiement et un renouvellement des canalisations d’eau potable sous la route de Mendes, en interface avec le projet de Ligne 5 de tramway, vont être réalisés. En effet, deux canalisations d’eau potable (tuyaux de 100 et 130 centimètres, datant respectivement de 1936 et 1977), se trouvent impactés par le tracé du tramway prévu route de Mende et vont par conséquent être déplacés,

- le passage du tramway, avenue du Docteur Pezet, nécessite de dévier une canalisation via les rues du Truel et Henri Dunant. Ces travaux, qui sont nécessaires à la réalisation de la ligne 5 de tramway, permettront en outre à la Régie des Eaux de contribuer au renouvellement, au renforcement mais également à la sécurisation de son réseau primaire. Ces travaux requièrent au préalable de dévier les différents réseaux des concessionnaires (eau, électricité et gaz).

Dès la mi-avril 2019, les premiers travaux débutent sur le tronçon Nord :

• D’avril à juin 2019 : travaux de réseaux réalisés par ENEDIS route de Mende,

• De juillet à octobre 2019 : travaux de réseaux réalisés par ENEDIS, GRDF et Orange route de Mende, rue de l’Hortus et avenue du Pic Saint-Loup,

• Dès novembre 2019 : travaux de sécurisation de l’alimentation en eau potable d’une partie de Montpellier et de Juvignac (140 000 habitants) réalisés par la Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole. Ces travaux consistent en la pose d’une canalisation de diamètre de 80 centimètres sous la route de Mende,

Ainsi, en matière de circulation  dans le tronçon Nord :

• A partir de mi-avril 2019 : la route de Mende sera mise à sens unique,

• A l’été 2019 et à l’été 2020 : la rue de l’Hortus sera mise à sens unique,

• Entre septembre et novembre 2019 puis d’août à novembre 2020 : l’avenue du Pic Saint-Loup sera mise à sens unique.

Pour pallier à la mise en sens unique des différentes rues, un dispositif de déviation locale de la circulation sera mis en place :

• Mise à sens unique de la route de Mende : Les usagers seront dirigés sur les rues Arthur Young, Agropolis et Vert Bois pour rejoindre la route de Mende.

• Mise à sens unique de l’axe Pic Saint-Loup - Hortus : Les usagers seront dirigés vers les rues Brusses, Abbé Parguel et Emile Jeanbrau. En ce qui concerne le réseau TaM :

• A la mise en sens unique de la route de Mende, la Ligne 22 sera déviée par les rues Arthur Young, Agropolis et verts Bois. Elle desservira les mêmes arrêts que la Navette (Ligne 13) sur ce tronçon.

• A la mise en sens unique l’axe Pic Saint-Loup – Hortus, la Navette (Ligne 13) sera déviée par la rue Emile Jeanbrau er route de Mende.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes