Parcoursup : le calendrier 2019 des inscriptions

Illustration 1

La procédure Parcoursup d'inscription, notamment des lycéens de Terminale, dans l'enseignement supérieur présente un calendrier resserré pour 2019. Découvrez les dates des 3 étapes clés : informations et découverte des formations - plus nombreuses cette année -, saisie des vœux et finalisation du dossier, réponses des formations et prise de décision.

Le Calendrier

  • Jusqu'en janvier 2019
    • Depuis l'ouverture du site d'information de Parcoursup le 20 décembre 2018, les lycéens peuvent s'informer sur le déroulement de la procédure et consulter l'offre de formation disponible : les contenus, les attendus, les débouchés professionnels et les critères d'examen des dossiers.
  • 22 janvier - 3 avril 2019
    • Tout au long du 2e trimestre : les lycéens poursuivent leur réflexion avec leurs professeurs principaux en participant à la 2semaine de l'orientation et aux journées portes ouvertes dans les établissements de l'enseignement supérieur ;
    • Du 22 janvier au 14 mars 2019 : inscription sur Parcoursup , création du dossier candidat et saisie des vœux (jusqu'à 10 vœux avec la possibilité de sous-vœux selon les formations) sans avoir besoin de les classer. Aucun nouveau vœu ne peut être formulé après le 14 mars 2019 ;
    • Mars : 2e conseil de classe. Chaque vœu formulé par le lycéen fait l'objet d'une fiche « Avenir » comprenant les appréciations de ses professeurs et l'avis du chef d'établissement ;
    • 3 avril : dernier jour pour finaliser le dossier du candidat avec les éléments demandés par les formations et confirmer chaque vœu ;
    • Avril-mai : les établissements de formations examinent les vœux formulés par les candidats.
  • 15 mai - 19 juillet 2019
    • 15 mai : les candidats prennent connaissance des réponses des formations sur la plateforme. Ils reçoivent des propositions d'admission au fur et à mesure et ils doivent y répondre dans les délais indiqués alors par la plateforme (ils auront 5 jours du 15 au 19 mai, puis 3 jours à partir du 20 mai) ;
    • Du 17 au 24 juin 2019 : la procédure est suspendue pendant les épreuves écrites du baccalauréat ;
    • Du 25 juin au 14 septembre : ouverture de la phase complémentaire pour formuler de nouveaux vœux si besoin ;
    • 5 juillet : résultats du baccalauréat ;
    • Avant le 19 juillet : inscription dans les formations choisies par les candidats selon les modalités précisées sur leur dossier.
  • De mai à septembre 2019
    Les candidats qui n'ont pas reçu de proposition et qui souhaitent trouver une place dans une formation proposée par Parcoursup seront accompagnés. Ils pourront demander un conseil, un accompagnement individuel ou collectif, dans leur lycée ou au Centre d'Information et d'Orientation (CIO) pour envisager d'autres choix de formation, en particulier s'ils n'ont reçu que des réponses négatives de la part de formations sélectives (BTS, IUT, écoles etc.).
    Une phase complémentaire, du 25 juin au 14 septembre, permettra de formuler de nouveaux vœux et d'obtenir une proposition d'admission dans une formation disposant de places disponibles avec la possibilité de bénéficier de l'accompagnement individualisé de la commission d'accès à l'enseignement supérieur (CAES) de l'académie.

Parmi les nouveautés

  • Les phases de propositions par les établissements et de réponses des candidats ont été resserrées afin d'accélérer les files d'attente.
  • « points d'étapes » seront instaurés pour accompagner individuellement chaque candidat et rythmer la procédure. Les 2 premiers, qui auront lieu le 25 juin et le 6 juillet, ont pour objectif de permettre aux candidats qui n'ont pas encore accepté de manière définitive une proposition d'admission de continuer leur réflexion et de solliciter un accompagnement. Les jeunes pourront demander des rendez-vous physiques ou téléphoniques avec les équipes pédagogiques de leur établissement ou des centres d'information et d'orientation (CIO) pour les aider dans le choix de leur orientation. Le 3e point d'étape permettra aux candidats de confirmer leur choix d'inscription dans la formation qu'ils ont acceptée.
  • Des entretiens individuels et collectifs seront proposés aux candidats qui n'ont reçu que des réponses négatives (qui n'avaient donc demandé que des filières sélectives : BTS, IUT ou prépas) à partir de la mi-mai, afin de les aider à définir un nouveau projet d'orientation.
  • Un « répondeur automatique » sera mis en place à partir du 25 juin, juste après les épreuves écrites du baccalauréat. Il donnera la possibilité aux candidats qui ont encore des vœux « en attente » de les classer avant de partir en vacances, pour que la plateforme réponde à leur place aux propositions qu'ils vont recevoir.
  • En plus de son rang sur liste d'attente, chaque candidat connaîtra également le rang qu'occupait sur cette même liste d'attente le dernier élève intégré au sein de la formation l'année dernière, afin qu'il puisse estimer ses chances d'être pris.
  • Le test d'autoévaluation confidentiel proposé en 2018 aux candidats en licence de droit sera élargi aux 14 licences à mention scientifique afin de les informer sur les connaissances et compétences attendues dans la discipline envisagée.

  À savoir :

Le nombre de formations présentes en 2019 sur la plateforme atteint 14 000 (publiques et privées reconnues par l'État), avec l'arrivée des Instituts de formation des soins infirmiers (IFSI) et les Instituts du travail social (IRTS).

En 2020, toutes les formations (y compris Sciences-Po et l'université Paris-Dauphine notamment) devront être présentes sur la plateforme.

Et aussi

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes