Mobilisation pour le climat le 8 décembre à Montpellier

« Témoins au bout du monde »

Appelle à la mobilisation le 8 décembre à Montpellier, suite à ses deux précédents appels à manifestations en 2018.

 Adressé à

Monsieur le président de la Métropole,

Mme la présidente de la Région

"Poursuivant des recherches dans quarante pays sur les modes de vie alternatifs, nous proposons que soient organisées d’urgence au Corum, et sur France télévision, deux journées de débats publics entre la société civile, la Métropole et la Région.

Cela, en vue de l’établissement d’urgence d’un plan climat régional assorti de propositions adaptées à la hauteur des risques et enjeux humains et économiques. Déjà à Montpellier cet été dans la rue de nombreuses personnes m’ont dit avoir l’impression de passer sous un grill !Il y a le feu.

Lors de ces débats tous les sujets seraient abordés : modes de vie, de productions d’énergies, de développements et de consommations alternatifs ; en remplacement des modes responsables du réchauffement climatique souvent destructeurs, polluants, aliénants, parfois mortels, pour les hommes et la nature. Il serait question entre autres, de qualité de vie, et donc de l’eau, de l’alimentation, de la santé mise en danger prématurément ; de l’agriculture industrielle, de l’élevage intensif, des pesticides, déchets et impacts sur la biodiversité, les plantes et de toutes les formes de vie. Face à de pareils risques environnementaux, un pays où les pouvoirs publics feraient preuve de mépris envers les propositions des membres actifs de la société civile serait sans avenir.

Porté par mes investigations sur trois continents, je ne sais plus depuis combien d’années j’alerte les pouvoirs publics, avant même le dernier rapport du GIEC, Midi-libre du 9 septembre 2018 donnait mon point de vue presque « prémonitoire » : « Il est plus tard qu’on ne le pense ». Ce rapport le confirme.

Par avance merci pour votre soutien et votre mobilisation."

Christian Puech, président de l’association « Témoins au bout du monde ».  

Blog et contact : http://christianpuech.wordpress.com

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes