Aux Beaux-arts, la poissonnerie du clapas soutient l'environnement et les produits régionaux

Mais qu'est-ce que le clapas? Pourquoi nomme-t-on les montpelliérains ou montpelliéraines les gens du clapas ?

Pourquoi la poissonnerie des Beaux Arts s'appelle TLMC Toute La Marée du Clapas?

Le clapas en occitan, c'est le caillou ou le tas de cailloux. Le sol héraultais est calcaire. Avant de devenir une ville, Montpellier était.....un tas de cailloux, de ceux dont on fait des capitelles, ces petites cabanes de bergers. Voilà pourquoi on appelle les gens de Montpellier, les gens du clapas.

Et la poissonnerie des beaux arts dans tout ça?

En fait, cette poissonnerie - ex- poissonnerie Cabanes - est une institution montpelliéraine puisqu'elle existe depuis 60 ans, une des plus anciennes de la ville et une des seules poissonneries avec un local commercial autre que celles des marchés.
Elle a été reprise, il y a bientôt cinq ans par Pierre- Louis, un jeune natif du quartier des Beaux Arts qui, tout petit déjà, admirait les poissons de Mr Cabanes.
Pierre-louis est amoureux du poisson mais aussi de sa ville et de sa région. Il a choisi comme nom commercial TOUTE LA MAREE DU CLAPAS ; son logo mêle la croix occitane et l'espadon.

Il a opté pour une démarche environnementale en développant son concept de poisson 100% sauvage. Pour lui c'est un choix écologique, le poisson d'élevage n'étant pas écologique puisqu'il faut 4 à 8 kilos de poissons sauvages pour obtenir 1 kilo de poisson d'élevage à moins de les nourrir avec des farines de provenance parfois douteuses. L'élevage est plutôt un choix économico-politique.
A TLMC, vous ne trouverez donc que du poisson sauvage et de qualité. Les poissons de Méditerranée sont achetés quotidiennement à la criée du Grau du Roi en privilégiant l'achat  de poissons de ligne aux petits métiers. Les dos et filets de poissons d'Atlantique, achetés en criée proviennent également des coopératives françaises. Le saumon peut être d'import selon la saison mais la qualité est toujours privilégiée, ils sont tous pêchés au hameçon.

 

Poissons de ligne, goûtez la différence!

Mais Pierre-Louis défend aussi sa région, l'Occitanie au sein de son rayon traiteur et son rayon épicerie fine. Ainsi vous trouverez à TLMC toute la gamme des Noilly Prat produits à Marseillan, les muscats bio de Mireval, les biscuits (salés et sucrés)de La Belle époque zézetttes de Sète, une des meilleures brandade La Nîmoise, une gamme variée d'anchois de Collioure, du piment d'espelette bio, la fleur de sel de Camargue.
Et si vous êtes curieux, vous  demanderez au poissonnier de vous montrer ou vous faire goûter cette surprenante Moutarde Violette de Brive qui se marie autant avec les poissons que les viandes. C'est une spécialité  du limousin que l'on ne trouve pas ailleurs à Montpellier.

Les tielles de la maison Dassé sont celles qui sont fabriquées dans le vieux Sète, elles sont livrées 2 fois par semaine en direct de Sète et sont encore tièdes lorsqu''elles arrivent. Les produits maison sont aussi à l'honneur à TLMC : poulpes en persillade, maquereau à l'escabèche, rouille de sèche.

 Si vous souhaitez en savoir davantage sur la particularité de Toute La marée du Clapas, allez  donc discuter avec ce poissonnier car......avant de choisir son poisson, il faut choisir son poissonnier.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes