Festival Les Automn’Halles 2018

Les Automn’Halles, festival du livre de Sète, parrainées par Lydie Salvayre, ont choisi pour leur 9e édition d’explorer la problématique « Penser le présent ».


Elles accueillent les 29 et 30 septembre, sur la place Aristide-Briand et à la médiathèque François-Mitterrand, des éditeurs et plus d’une cinquantaine d’auteurs, parmi lesquels des primo-romanciers et des écrivains de la rentrée littéraire 2018.

Si la littérature générale y tient une grande place, les livres jeunesse, les ouvrages de voyage, d’art et ceux ayant trait au patrimoine sétois ne sont pas oubliés.

Affiche Festival Les Automn'Halles

Entretiens et tables rondes ponctueront le week-end sur des thèmes aussi divers que « Fanatisme et liberté » ; « Écrire pour la jeunesse, quelle transmission ? » ; « Algérie mon amour » ; « Fidélités d’Albert Camus : l’Algérie et l’Espagne »…

Avec les auteurs et éditeurs invités : Sophie Adriansen, Nourdine Bara, Jean-Pierre Barou, Azouz Begag, Yahia Belaskri, Bernard Bloch, Geneviève Brisac, Sylvie Crossman, Sophie Daull, Jean-Charles Domens, Bruno Doucey, Olivia Gazalé, Yves Gourmelon, Moni Grégo, Mahir Guven, Jean-Noël Pancrazi, Lydie Parisse, Corine Pelluchon, Colombe Schneck, Omar Youssef Souleimane, Muriel Szac, Bertrand Visage. 
Et de nombreux auteurs signeront leurs livres dans les allées du Festival. En outre, l’écrivain René Frégni animera un atelier d’écriture le samedi 29 septembre à la médiathèque François-Mitterrand. 
Et des étudiants de la filière Arts Plastiques de l’université Paul-Valéry de Montpellier relèveront le défi d’une performance, autour du kiosque : « traduire picturalement la phrase d’un écrivain. »

À noter, des avant-premières dès le mercredi 26 septembre : lecture-spectacle d’une création de Moni Grégo au musée Paul-Valéry Camus l’Africain avec Yves Ferry. Le film de Luis Puenzo L’Histoire officielle, au Comœdia, le jeudi 27. Des rencontres avec des scolaires le vendredi 28 ; le même jour, l’ouverture officielle à 17 h 30 sur le parvis de la médiathèque François-Mitterrand et le vernissage de l’exposition photos et peintures de Michel Rauscher seront suivis d’une lecture-performance par Nourdine Bara au Bar-Restaurant La Villa.

 

Le programme détaillé est ici : https://www.festivaldulivredesete.com/programme
Et les utilisateurs de Facebook peuvent suivre l’actualité du Festival sur la page dédiée @festivallesautomnhalles.

Du 26 au 30 septembre 2018

Adresse : Place Aristide-Briand
34200 SETE - Hérault 
Place Aristide-Briand et médiathèque François-Mitterrand

Evénement gratuit

Site web : https://www.festivaldulivredesete.com/

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon