Jean-Claude Gayssot élu à l’unanimité président de MedLink Ports.

Jean-Claude GAYSSOT, Président de Port de Sète Sud de France a été élu à l’unanimité ce lundi 9 juillet 2018 à la présidence de MedLink Ports.

 Il succède à Mme CABAU WORELL, Présidente du Directoire du Grand Port Maritime de Marseille.  Le port de Sète en tant que second port français du bassin méditerranéen s’engage à développer l’intermodalité et le report modal des transports.

  Avec plus de 300 escales fluviales par an et les travaux d’élargissement du canal du Rhône à Sète en cours de réalisation, le trafic fluvial au port de Sète devient un enjeu majeur de développement. 
Depuis 2015, MedLink est devenue une agence œuvrant au développement du transport multimodal sur l’axe Rhône Saône Méditerranée, avec plus de 100 millions de tonnes de marchandises transportées annuellement.

pmoIMG_0690


Medlink Ports, au service des professionnels (chargeurs, organisateurs de transport, logisticiens, industriels…) veut répondre aux demandes de transport et logistique multi-segments et multifilières.   

Cette démarche volontariste, pour laquelle le Port de Sète investit dans sa plateforme multimodale, est novatrice en Europe. MedLink Ports est aujourd’hui composée de : 

  • 8 ports multimodaux du bassin Rhône Saône : Pagny, Chalon, Mâcon, Villefranche-surSaône, Lyon, Vienne Sud/Salaise-Sablons, Avignon/le Pontet et Arles 
  • 2 ports maritimes : Le Grand port Maritime de Marseille (GPMM) et le port de Sète (Port Sud de France)
  • le gestionnaire d’infrastructures sur le bassin Rhône-Saône : Voies Navigables de France (VNF)
  • l’aménageur de sites industriels et portuaires sur le Rhône : la Compagnie Nationale du Rhône (CNR).

pmoquai I bateau + peniche

Le Président GAYSSOT s’est engagé pour que soient associés tous les acteurs économiques publics et privés dans une croissance durable des transports de marchandises massifiées dans l’axe Nord Sud Méditerranée.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon