Concertation Ligne 5 de tramway

"La ligne 5 doit desservir un maximum de quartiers tout en préservant le parc Montcalm !"

C'est en ces termes que s'est adressé Philippe Saurel aux 400 Montpelliérains présents à la 2e réunion publique qui se tenait à l'Hôtel de la Métropole de Montpellier ce mercredi 4 avril 2018.

Lors de la dernière réunion publique en novembre 2017, 5 variantes ont été proposées afin de modifier le tracé initial de la Ligne 5 avec pour objectif la préservation du parc Montcalm et la desserte d’un maximum de quartiers populaires.
Suite à cette dernière réunion publique, Philippe Saurel a demandé l’étude de 2 tracés en intégrant les remarques d’une habitante « Sophie », sur la desserte du quartier Ovalie  qui seront présentées lors de cette 2ème réunion publique, ce mercredi 4 avril :
- le tracé entre les secteurs Lavandin – EAI – Lepic,
- le tracé entre les secteurs Chasseurs – EAI – Lepic.

En effet, Philippe Saurel a intégré la variante « Sophie » dans ces 2 tracés jugeant la desserte du quartier Ovalie comme nécessaire. Lors de cette réunion publique, les habitants seront amenés à se prononcer sur le passage de la Ligne 5 soit par la rue des Lavandins ou bien par la rue des Chasseurs.

Par ailleurs, le maire soumettra à la concertation la variante dite « PS ». Ainsi, ce nouveau tracé présenté ce jour en réunion publique a pour objectif de préserver le parc Montcalm tout en desservant les quartiers classés “Politique de la ville” à savoir “le haut de la cité Gély, Paul-Valéry, le Pas-du-Loup, les résidences côté Estanove”, en complément de Bagatelle, Val-de-Croze et Ovalie assurant ainsi une maximum de dessertes. Le tracé sera défini avant la fin de l'année 2018. La ligne 5 sera mise en service en 2025.

" La ligne 5 doit desservir un maximum de quartiers. C’est pourquoi, la variante dite « PS » qui en venant de Clapiers, à partir de l'avenue Lepic, en contournant le parc Montcalm en passant au milieu de l'EAI, sortirait par la rue des Chasseurs, puis, partirait sur la route de Lavérune, le boulevard Paul-Valéry et remonterait l'avenue de Vanières. Elle contournerait le stade Yves du Manoir par la rue de Bugarel, afin d'aller chercher tout le quartier Ovalie, ainsi que Bagatelle et Val-de-Croze desservant ainsi un maximum de quartiers populaires et assurant une plus grande mixité sociale. La DUP initiale ne bouge pas car nous conservons les 3 points cruciaux de la ligne à savoir Lepic, avenue de Vanières et Paul Fajon. Nous suivons les recommandations des commissaires enquêteurs qui notamment prônaient la desserte des quartiers populaires et la préservation du parc Montcalm." souligne Philippe Saurel.


tracé en jaune dela future Ligne 5 du tramway abandonné par Philippe Saurel

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon