Chantier à Baillargues : suppression du passage à niveau

Le chantier concernant l'ouvrage d'art qui remplacera le passage à niveau n° 33 connu pour être extrêmement dangereux, a connu une phase particulièrement délicate ce dimanche 1er avril 2018. Les travaux lancés en septembre dernier consistent à remplacer ce passage à niveau par un ouvrage dénivelé dit en pont-rail et à rétablir les voiries routières comprenant notamment la création d’un nouveau barreau routier.

Le passage à niveau n°33 de Baillargues est inscrit au programme de sécurisation national de SNCF Réseau en raison de son fort trafic ferroviaire et routier et du nombre élevé d’accidents qui s’y sont produits. Le projet de suppression est considéré comme prioritaire pour SNCF Réseau et à terme  la route passera sous la voie ferrée. Une phase majeure de la suppression du passage à niveau numéro 33 de Baillargues vient de s’achever avec le ripage du pont ferroviaire.
Désormais, les équipes vont remblayer et reposer les voies.

Les travaux engagés en septembre 2017, d’un montant de près de 10 millions d’euros, sont sous maitrise d’ouvrage SNCF Réseau. Ils sont réalisés dans le même temps que les travaux de la phase 2 du pôle d’échange multimodal, sous maitrise d'ouvrage de la Région Occitanie. 

Pont ferroviaire installé par les équipes du réseau SNCF au croisement de la ligne Nîmes-Montpellier et de la route départementale 26 reliant Baillargues à Maurin

Calendrier prévisionnel du chantier :

- Octobre 2017 à mars 2018 : préfabrication du pont-rail au nord de la voie ferrée.

- Du 31 mars au 2 avril 2018 : mise en place du pont-rail. Dépose de la voie ferrée, creusement à cinq mètres de profondeur, installation de l’ouvrage d’art et repose de la voie ferrée. Attention, cette phase entrainera une coupure des circulations routières et ferroviaires durant 48h.

- Avril à août 2018 : réalisation de la nouvelle route passant sous le pont-rail. Tronçon nord vers le rond-point Philippe-Lamour et tronçon sud vers le nouveau rond-point créé au sud.

- Septembre 2018 : Mise en service.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon