Plus de 120 exploitations touchées par l’épisode de neige et gel

Le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, s'est rendu, ce lundi 12 mars 2018, sur 3 exploitations touchées par l’épisode de neige et gel des 28 février et 1er mars 2018.

Entre-autres : - A la SCEA de Bourgidou, à Lansargues, des serres en verre qui abritaient des fraises prêtes à être récoltées se sont écroulées sur un hectare.
- A l’EARL Les mille saveurs, à Mauguio, les vergers de pruniers ont été gelés.

gaSDC11269 (1)

(Le Gaec des Serres blanches qui se situe à Villeveyrac)

Garantie au titre des calamités agricoles :

Dès le 1er mars, le préfet a demandé à la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) en lien avec la Chambre d’agriculture d’engager un travail de recensement des exploitations qui ont subi des dégâts non assurables qui pourraient être indemnisés par le dispositif des calamités agricoles à la suite des intempéries.

Les premiers recensements font état de 120 exploitations touchées dans le secteur proche de Montpellier.

Majoritairement, les dégâts ont été causés par le poids de la neige (effondrement de serres, de bâtiments qui abritaient des cultures maraîchères, des fleurs ou des animaux) et le gel sur des variétés de fruitiers à floraison précoce (abricotiers, amandiers, pêchers). Dans le secteur du biterrois, les ruissellements sur des vignes ont également provoqué des dommages.

Rappel

Les exploitants ayant subi des dégâts lors de la tempête de neige sont invités à se faire connaître auprès de la Chambre d’agriculture soit par téléphone au 04 67 20 88 17, soit par le biais d’un formulaire en ligne sur le site de la Chambre d’agriculture :

http://www.herault.chambre-agriculture.fr

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon