Le Shtandart du 15 au 18 mars, une frégate à La Grande Motte

Jeudi 15 mars à  9h au Quai d'accueil de la capitainerie de la Grande Motte,  accueil en avant 1ère du Shtandart qui va être à quai durant quelques jours avant " Escale à Sète".

Le premier navire de guerre de la flotte Baltique a été construit en 1703 d’après les plans de Pierre 1er le Grand et avec sa participation directe au projet. C’est au nouveau chantier d’Olonets, au bord de la rivière Swir, que dans un délai de cinq mois, les premiers dix navires nécessaires pour la défense de la forteresse Saint-Pétersbourg, érigée à l’embouchure de la Neva, ont été construits. Le plus grand navire, la frégate « Shtandart » portant 28 canons, devenait le vaisseau amiral de la nouvelle flotte Baltique.

Tout savoir sur : https://www.shtandart.ru/fr/

Le nouveau «Shtandart» est une réplique exacte de l’ancien à l’exception de l’intérieur. Là, où à l’époque de Pierre 1er se trouvait la cale, où on gardait des tonneaux d’eau, des câbles de mouillage, des provisions, des boulets et de la poudre, se trouve maintenant l’équipement moderne nécessaire : deux moteurs diesel, une génératrice, des pompes de cale, des citernes ainsi que le carré, la cambuse et les postes d’équipage.Cette magnifique réplique reprend toutes les caractéristiques du bateau original : 3 mâts, 30m de hauteur, 35m de long, 28 canons et un tonnage de plus de 200 tonnes ! L’un des plus beaux trois mâts du monde !

INFOS PRATIQUES :

Jeudi 15 mars :

  • 10h00 – parade d’arrivée du bateau (canons et salut)

Vendredi 16 mars :

  • Visites du bateau de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h (sur réservation)

Samedi 17 mars :

  • Visites du bateau de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h (sur réservation)

Dimanche 18 mars :

  • 10h – 12h30 et 14h30 – 18h : Visites du bateau (sur réservation)
  • 19h00 – parade de départ du bateau (canons et salut)

Lors de l’affrètement un membre d’équipage sera présent en uniforme traditionnel pour accueillir le public à bord

Visites sur réservation uniquement du vendredi 16 mars au dimanche 18 mars (lors de l’affrètement un membre d’équipage sera présent en uniforme traditionnel pour accueillir le public à bord)

Billet non échangeable, non remboursable
Lieu : quai d’accueil devant la Capitainerie
Tarif adulte : 6 € – Tarif enfant (de 4 à 12 ans) : 3 €
Gratuit pour les enfants de moins de 4 ans (sans édition de billet)

Pour les visites suivre la signalisation « Capitainerie », pour observer le bateau suivre « Parking Ouest »

Réservations en ligne

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes