Bilan après la neige

Montpellier a fait face à un épisode neigeux exceptionnel - Bilan des dernières 48 heures

Entrée Sud de Montpellier, l'avenue Clémenceau, d'ordinaire saturée    de voitures, est désertée le 1er mars 2018

Depuis mercredi 28 février, la Ville et la Métropole de Montpellier ont fait face à un épisode climatique exceptionnel pendant près de 48 heures. Ce sont près de 40 cm de neige qui ont recouvert Montpellier et ses communes en un temps record. Dès mardi 27 février, soit un jour avant le déclenchement de l'alerte rouge par les services de l'Etat, la Ville et la Métropole de Montpellier ont anticipé ce phénomène climatique en mettant tout en œuvre afin d'assurer la sécurité de l'ensemble des citoyens.

Philippe SAUREL, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole souligne " Nous avons fait face à un épisode neigeux exceptionnel sur l'ensemble du territoire montpelliérain. Ma priorité et celles des équipes, en permanence sur le terrain ces dernières 48h, était d'assurer la sécurité des citoyens. Chose faite. Dès les premières prévisions météorologiques, nous avons anticipé le salage des principaux axes routiers. Le déneigement et le salage des voiries ont ensuite été assurés en permanence et nos équipes ont œuvré 24h/24h sur le terrain. Je les en remercie."

Compte tenu de la situation, le poste Communal de Commandement a ouvert dès mercredi à 10h et l'ensemble du personnel municipal et métropolitain, pôles territoriaux voiries, police municipale, entreprises (voiries et espaces verts) et partenaires (TAM, Croix rouge et protection civile...) étaient dès lors mobilisés 24h/24h, représentant ainsi plus de 1000 personnes.

Les premiers salages ont commencé mercredi 28 février à 4h du matin en effectuant des passages récurrents pendant ces dernières 48h. Au total, ce sont plus de 1200km de voiries dont les principaux axes routiers et vitaux de Montpellier (accès CHU, cliniques, axes majeurs...) qui ont été salés et déneigés en continu, soit plus de 120 tonnes de sel déversés. L'hyper-centre de Montpellier a particulièrement été déneigé et salé, nécessitant à lui seul plus de 7 tonnes de sel par passage.

Points d'accueil

Dès mercredi 28 février, la Ville et la Métropole de Montpellier ont mis 4 équipements (gymnases J.Bouin et E.Gambardella, Zenith, et salle des rencontres de l'Hôtel de Ville) à disposition des naufragés de l'A9 et A750 ainsi que des plus démunis. Ce sont plus de 500 personnes qui ont été accueillies sur ces lieux. Des repas et une assistance leur ont été apportés jusqu'à ce vendredi 2 mars où l'ensemble des personnes ont pu regagner leur véhicule ou leur domicile. Ces sites sont désormais fermés.

Durant ces dernières 48h, la police municipale a effectué des rondes successives afin de récupérer les naufragés des 2 autoroutes et de les transférer sur les lieux d’accueil.

En Métropole

Un service a été assuré également dans l'ensemble des EPHAD de Montpellier où le personnel a assuré la continuité du service public afin de rester auprès des résidents. Les soins à domicile pour les personnes les plus fragiles ont été également assurés par le personnel.

L'écolothèque, située à Saint Jean de Védas, a notamment pris en charge près de 130 enfants entre mercredi et vendredi car les parents étaient dans l’impossibilité de venir les récupérer suite au problème d'accès du secteur sud-ouest.

L'ensemble des axes routiers de Montpellier était praticable dès ce vendredi 2 mars au matin. Les lignes de tramway ont souffert de nombreux dégâts suite à d'importantes chutes d'arbres et de branches sur les lignes aériennes. Les équipes de TAM étaient à pied d’œuvre afin de remettre le réseau de transport au plus vite en service dès ce vendredi 2 mars au matin.

L'ensemble du réseau de transport (bus et tramway) a repris progressivement jusqu'à une mise en service complète du réseau dès 14h ce vendredi 2 mars.

Les équipements de la ville

L'ensemble des équipes techniques de la Ville et de la Métropole étaient mobilisées pour remettre la ville en état (dégagement des rues, gestion des chutes d'arbres et branches, enlèvement des véhicules bloquants, nettoyage...).

Tous les espaces verts de la Ville de Montpellier seront ouverts au public dès demain matin. Seul le Zoo de Lunaret se voit contraint de rester fermé le temps des travaux de remise en sécurité du site et de ses cheminements, et ce, jusqu'au 9 mars minimum. La serre amazonienne pourra quant à elle rouvrir ses portes avant, dès que les conditions d’accès extérieur et d’accueil seront rétablies.

Les interventions sont en cours sur le patrimoine arboré et perdureront la semaine prochaine. La Ville de Montpellier invite néanmoins la population à être vigilante sous les arbres.

Suite à la levée de l'interdiction de circulation des camions, les collectes des déchets reprennent et doubleront leur journée de travail.

Les agents territoriaux poursuivront ce week-end les interventions sur les espaces publics dans les communes de la Métropole et à Montpellier.

Aucun dégât n'est à déplorer dans les crèches et haltes-garderie, centres de loisirs, écoles maternelles et élémentaires. La rentrée des classes pourra avoir lieu dès ce lundi 5 mars.

Avec le retour à la normale des conditions météorologiques, le poste Communal de Commandement a fermé ce vendredi 2 mars à 17h. La cellule d'astreinte de la Ville et de la Métropole de Montpellier reste en veille ce week-end.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes