5 février les curistes sont revenus...

Forte de plus de 53 800 curistes par an,  la station thermale de Balaruc-les-Bains a rouvert ses portes en ce mois de févier 2018.

Les thermes de Balaruc-les-Bains ferment de mi-décembre à début février. Aujourd'hui, lundi 5 février, l'Etablissement Thermal ouvre ses portes avec déjà 950 curistes inscrits ; ils vont profiter de l'eau thermale dont les bienfaits sont scientifiquement prouvés.

En 2017, 53 835 curistes ont fréquenté cet Etablissement, dont 19 479 en phlébologie et les autres en rhumatologie. Les réservations pour 2018 sont déjà les mêmes et devraient donc encore progresser durant l'année. 95 % des curistes apprécient les soins diffusés.

Dès l'ouverture, toute l'économie locale redémarre après la trève hivernale et la Ville de Balaruc-les-Bains est devenue, au fil des ans, la première station thermale de France et devance aujourd'hui Dax. Cette municipalité, qui compte seulement 6 900 habitants à l'année permet, grâce à cette activité, d'offrir 400 emplois dans ses thermes et 1 500 emplois induits. 

Soucieuse de sa ressource naturelle, la mairie de Balaruc-les-Bains vient d'effectuer un nouveau forage tout près du Casino de la Ville. Non pas parce que l'eau salvatrice se tarit, mais pour assurer l'avenir à long terme. Le maire, Gérard Canovas, se pose en garant d'un patrimoine qui ne date pas  d'hier et dont l'efficacité est aujourd'hui prouvée.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon