Tous les chemins mènent à Compostelle

Jeudi 14 décembre se tenait à Saint-Thibéry une des nombreuses réunions entre le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de l'Hérault, les communes concernées, et diverses associations de préservation du patrimoine. Depuis 2010, une démarche d'homologation et de reconnaissance du chemin GR78, entre Montpellier et Carcassonne, a été entreprise. 

Et les démarches administratives et surtout le balisage, devraient aboutir d'ici la fin de l'année 2018. C'est dire que le travail est long, et qu'il faut être acharné pour tenir le coup.

Voici l'itinéraire précis et validé de ce chemin:

Montpellier - St Jean de Védas - Lavérune-Fabrègues - Massif la Gardiole - St Félix de Monceau - Gigean-Balaruc le vieux-Bouzigues -  Loupian - Ancienne voie romaine - nord de Pinet-Nord de Florensac - St Thibéry - Saint Bauzille - Traversée de Béziers  - Ecluses de Fonsérannes - Canal midi nord-colombiers - Malpas - longer étang de Montady pour rallier Poilhes - Capestang -  Quarante-Cruzy-Montouliers - Bize-Minervois (Aude) - (variante Pouzols Minervois) - Mailhac - Beaufort  Olonzac - Homps - Azille direction Carcassonne.

Depuis tout ce temps, le CRDP34 de la Fédération Française de Randonnée de l’Hérault et son président Luc Trauchessec, Serge Malbec, passionné administrateur de Web Compostella, Thomas Azéma, agent de développement de la FFR Hérault, et toutes les associations jointes, dont celle de Saint-Thibéry, le Baroulet de Saint-Thibéry, ont œuvré afin de faire reconnaître et homologuer cette route pour les pèlerins et les randonneurs. Et les enjeux sont de taille, puisque ce chemin peut ou pas, sur les cartes IGN, passer par des villages et leur permettre de faire découvrir leur patrimoine. Car ce chemin fait naviguer aussi bien des pèlerins que des randonneurs. Les discussions vont donc bon train, les disputes aussi, d’ordre politique, mais l’homologation passe également par des négociations avec les propriétaires de terrains privés par lesquels ce chemin doit passer. D’où une certaine tension, tangible lors des réunions techniques.

En 2018, l'Unesco fêtera les 20 ans de l'inscription des chemins de Compostelle au patrimoine mondial de l'Unesco. L’enjeu est de taille: Si les communes traversées par ce chemin jouent le jeu et mettent en place gîtes, et lieux d’accueil pour les pèlerins. Ce qui est déjà fait pour Saint-Thibéry, Gigean et Béziers.

Pour rappel, une présentation de ce chemin est à votre disposition samedi 16 décembre entre 9h et 16, à l’espace Emile Massal de Saint-Thibéry, avec des représentants de la FFR entres autres.

Florence de Martino

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes