Port de Sète/Usine Saipol : des avancées votées au Sénat

Ce mercredi 8 novembre 2017 , le Sénat a poursuivi l'examen du projet de loi mettant fin à la recherche ainsi qu'à l'exploitation des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels et portant diverses mesures relatives à l'énergie et à l'environnement.

Un texte qui concerne particulièrement le Port de Sète et le site Saipol.

En lien avec la Région et la Communauté d’Agglomération Sète Agglopole, Marie-Thérèse Bruguière, sénatrice de l’Hérault, s’est mobilisée et a fait voter, à l'unanimité, par la Haute-Assemblée une mesure importante pour l’activité locale.

Capture

Le 13 octobre 2017, par le groupe alimentaire Avril, des mesures de chômage partiel pour 2018 dans les usines de sa filiale Saipol, en raison de la « menace » que fait peser la réouverture du marché européen au biodiesel argentin.

Ce dispositif, qui court sur six mois renouvelables à compter de février 2018, concerne environ 250 des 600 salariés de Saipol, répartis dans l'ensemble des cinq usines d'estérification de la filiale en France, dont l'une est située à Sète.

Photo de Mme Marie-Thérèse Bruguière, sénateur de l'Hérault (Occitanie)

"Étant donné que les biocarburants non durables et subventionnés sont majoritairement produits dans des installations mises en service après le 1er janvier 2008," Marie-Thérèse Bruguière a donc déposé un amendement, en coordination avec le Conseil Régional et la Communauté d'Agglomération, visant à la mise en place des mesures provisoires, qui relèvent le niveau d’exigence en termes de durabilité (émission de CO2), le temps que la Commission prenne les mesures appropriées. L’amendement a été adopté, de quoi donner de nouvelles perspectives au site sétois.

Le but : Cet amendement doit permettre de suspendre la décision de la Commission européenne, le temps que le recours contentieux aboutisse contre ce qui peut être considéré comme une concurrence abusive. Il vise à renforcer les conditions de durabilité des importations et protéger la filière des biocarburants européens. Le caractère provisoire de cette mesure garantit un juste équilibre entre la nécessité, d’une part, de lutter la concurrence des biocarburants importés lorsqu’elle est déloyale et, d’autre part, de se conformer pleinement au droit de l’Union européenne et de l’OMC.

« Je suis satisfaite d’avoir pu convaincre les sénateurs de mon groupe, mais aussi l'ensemble de la majorité sénatoriale avec les centristes, les indépendants qui ont également soutenu la démarche et ont permis son adoption, et au delà des clivages politiques, mes collègues socialistes et républicains, notamment mon collègue Henri Cabanel, qui ont également voté l'amendement » commente Marie-Thérèse Bruguiere qui poursuit : « Une plainte anti-subvention va prochainement être déposée à la Commission européenne pour dénoncer certaines de ces pratiques. Toutefois, le temps que cette plainte aboutisse à des mesures concrètes, l’afflux des biocarburants importés non durables et subventionnés aurait considérablement affaibli les filières françaises et européennes des biocarburants sans mesure suspensives comme le soumet l’amendement. »

En procédure accélérée, le texte va maintenant faire l’objet d’une commission mixte paritaire Assemblée/Sénat.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon