Médical : Intrasense et la CGTR nouent un partenariat

 Intrasense, spécialiste des solutions d’imagerie médicale et CGTR, acteur de référence de la téléradiologie, annoncent la signature d’un partenariat, à l’occasion des Journées Francophones de Radiologie , congrès international d’imagerie médicale.

 

Intrasense

Créée en 2004 à Montpellier, Intrasense développe et commercialise un dispositif médical unique, Myrian ® , plateforme logicielle facilitant et sécurisant le diagnostic, la prise de décision et le suivi thérapeutique. 
Grâce à Myrian ®, plus de 800 établissements de santé répartis dans 40 pays bénéficient d’une plateforme unique et intégrée pour lire tout type d’images (IRM, scanner...). 
Enrichie d’applications cliniques expertes pour des pathologies spécifiques, Myrian® offre une solution de traitement d’image universelle, intégrable dans tous les systèmes d’information de santé. 
Intrasense compte 45 salariés, dont 20 dédiés à la Recherche et Développement. 
Labellisée « entreprise innovante » par la BPI, elle a investi plus de 9 millions d’euros en Recherche et Développement depuis sa création. Pour plus d’informations, visitez www.intrasense.fr .

Compagnie Générale de Télé Radiologie

La Compagnie Générale de Télé Radiologie, société spécialisée dans la télémédecine depuis 10 ans, basée à Montpellier, innove pour faciliter l’accès des patients à une prise en charge médicale de qualité.
La CGTR est dirigée par des médecins dont l’ambition est d’accompagner les évolutions numériques et de favoriser une télémédecine clinique "à la française" : basée sur la proximité, l’expertise médicale et médico-organisationnelle. 
Convaincue que l’exercice de la télémédecine ne modifie en rien ce point éthique fondamental, sa vocation est de proposer des services en toute sécurité, pour les patients et les professionnels de santé, et d’établir un climat de confiance entre les différents acteurs pour assurer une prise en charge des patients. 
Plus de 280 médecins composent aujourd’hui ce réseau de professionnels , engagés dans une démarche innovante et éthique. 
Pour plus d’informations, visitez http://www.cgtr.fr

   

img_header1

CGTR, pionnier et  leader de la téléradiologie

Créée en 2008, la Compagnie Générale de Télé Radiologie (CGTR) développe aujourd’hui auprès de 280 médecins un modèle de téléradiologie de proximité. En diffusant Myrian ® et ses applications d’imagerie développées par Intrasense, CGTR fournit aux médecins du réseau des applications d’imagerie expertes, notamment sur la cancérologie et les pathologies vasculaires. Ces solutions sont déjà adoptées par plusieurs groupes hospitaliers de dimension régionale.

La télémédecine pour lutter contre les déserts médicaux

Réponse pragmatique aux forts enjeux du secteur - démographie médicale, déserts médicaux, collaboration d’équipe , formation, nouveaux usages distants - la télémédecine apparaît aujourd’hui comme un levier majeur pour améliorer la prise en charge des patients.

Un partenariat issu de la French Tech montpelliéraine

Historiquement hébergées au BIC (Business Innovation Center) Montpellier Métropole, Intrasense et CGTR scellent aujourd’hui un accord de partenariat de référence, dont Mme Chantal Marion, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole et Déléguée au développement économique, se félicite : "Nous sommes ravis de telles initiatives partenariales, la Métropole montpelliéraine les encourage activement ".
"Nous nous imposons une obligation de moyens, propre au milieu médical, qui passe notamment par l’équipement des téléradiologues du réseau CGTR : les contrôles qualité , les écrans médicaux ou les logiciels d’interprétation doivent être agréés pour cette activité diagnostique. Myrian ® remplit pleinement ces exigences." commente Yann Hetmaniak, cofondateur et Président de la CGTR. "Nous sommes très heureux de la mise en place de ce partenariat avec CGTR afin de partager nos expertises et ainsi permettre un maximum de synergies au service de la télémédecine" conclut Stéphane Chemouny, Président - Directeur Général d’Intrasense.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes