Le carnaval des Paillasses à Cournonterral

 Du 7 au 14 février 2018

Son origine remonte au Moyen-âge, une tradition qui se perpétue à Cournonterral au Sud de Montpellier. Dans l'imaginaire collectif, le carnaval consiste à entacher les intrus, "l'étranger représenté en blanc", de burin et de lie de vin afin que les habitants du village voisin soient effrayés. Les Paillasses ou Pailhasses en occitan qui représentent les Cournonterralais rembourrés de paille ont la mission de les poursuivre. Un rituel qui remonte à 1346 pour une sombre histoire de larcin de fagots sur les terres cournonterralaises avec leurs voisins d'Aumelas lesquels les avaient reçus avec force flèches et frondes.

Le carnaval de Cournonterral perpétue une coutume séculaire et, fidèle à la tradition, il débutera le dimanche de l’Épiphanie avec la pendaison des pépettes et s'achève le soir du Mercredi des Cendres avec leur crémation.

les façades sont bâchées par les habitants pour se prémunir des traces des batailles

Le rituel est immuable, au cœur de l’hiver, dès le dimanche de l’Epiphanie, les deux « pépettes », effigies du blanc et du pailhasse, sont exposées au balcon de l’Hôtel de Ville.

Auparavant le comité les a affublées chacun d’un nom. Le choix de ce nom est en rapport avec certains évènements ayant marqué l’actualité du village et ces évènements ne seront dévoilés que lors du jugement des pailhasses, avant leur crémation et à l’issue des festivités du Mercredi des Cendres.

L'an passé, les pépettes ont été baptisées « vilatje » et « abordit ». Le mystère demeure quant à la raison de ces dénominations qui en français désigne un « village » et le qualifie de « corrompu », ce qui n’est, somme toute pas banal, même si certains peuvent juger que la corruption occupe une bonne place dans notre société. Et les interprétations allant bon train, il nous faudra patienter jusqu’au 1er mars, Mercredi des Cendres pour en savoir un peu plus sur les raisons de ce choix.

Tout le programme : 

rembourrage des Pailhasses avant la chasse aux intrus

Dimanche 7 janvier : Pendaison des pépettes, Place Viala

Samedi 10 février : Marché du Pailhasse
8h : Fougasset du village, départ Place Viala
de 9h à 13h : Marché, Place Viala
10h : Concours Cartagène & Escalettes (06 99 09 51 88)
12h : Danse du Chevalet
12h30 : Repas dans les Halles (sur réservation)

Samedi 10 février - 22h : Bal des Pailhasses, Salle Victor Hugo, entrée gratuite

Dimanche 11 février : Corso à 15h, départ Salle V. Hugo - arrivée Place Viala, et à 17h30 Apéritif, Place Viala 

Mardi 13 février : Bal de l’Échelle à 22h, Salle Victor Hugo, déguisement exigé, entrée gratuite

Mercredi 14 février : Les Pailhasses
13h : Habillage des Pailhasses, à l'Ancienne Distillerie
14h30 : Défilé des Pailhasses, Plan de la Croix
de 15h à 18h : Pailhasses, Pas de Spectateur
21h : Jugement du Pailhasse et crémation des pépettes, Place Viala

Les animaux totémiques ici et là

1er forum de la Fédération des Totems Occitans et Catalans

Il y a un peu plus de 6 mois, le 2 juillet 2017, à Pézenas, naissait la Fédération TOTEMIC à l'occasion de la Ronde européenne des Géants et Totems. Avec actuellement près de 60 adhérents, les 22 membres du conseil d'administration présidés par Jérôme Fuentes (les Amis du Poulain de Pézenas) se sont mis au travail d'arrache-pied. Si se fédérer représente une reconnaissance "politique", c'est aussi et surtout le besoin de se regrouper pour "avancer tous ensemble".

À l'heure actuelle, il existerait ainsi une soixantaine d’animaux totémiques (essentiellement dans l'Hérault) en Occitanie Pyrénées-Méditerranée, peuplant des rassemblements qui fleurissent au printemps et se développent de manière croissante d’années en années, témoignant d’un dynamisme remarquable…

Si on parle ainsi "d’animaux totémiques" pour désigner ces effigies ayant trait à l’origine légendaire, à l’histoire ou à la vie de la cité un phénomène apparaît : la naissance de nouveaux totems. Si les processions d'animaux gigantesques remontent au XVème siècle et ont perdu leur caractère religieux, elles continuent de représenter la mémoire collective, l’identité locale ainsi que l’invention constante des communautés. Elles sont les symboles de la création collective qui prend racine dans l’histoire, les mythes, contes et légendes des contrées, mais s’adaptent aussi aux changements qui interviennent… "On tient compte de l'air du temps…"

Afin de mieux se connaître, il était impératif de se revoir dans un premier forum représentatif. La Ville de Mèze, représentée par Ève Silva, secrétaire adjointe de cette nouvelle fédération, a été candidate quant à l'organisation de cette rencontre. Afin d'illustrer au mieux une après-midi studieuse et instructive, le Bœuf de la Cité, Lo Petet et le Chevalet se sont produits au foyer municipal où l'on notait la présence d'élus locaux.

Les TOTEMS représentés : Le Fouffre (Montagnac), Le Biou (Portiragnes), Le Bœuf, Lo Petet et Le Chevalet (Mèze), Le Poulain (Pézenas et Alignan), Le Pois Chiche (Montaren 30), Lou Veydrac (Villeveyrac), Le Bouc (Paulhan), Le Cochon (Poussan), Le Rat(Gabian), La Baragogne (St Christol 34), Tribus Lupis (Cournonterral), La Chèvre (Montagnac).

 Bien connaître cette nouvelle fédération en cliquant sur le bandeau ci-dessous. 

Cournonterral le livre du GRAC

Samedi 9 septembre a eu lieu le lancement en fanfare de l’ouvrage conçu et édité par l’association Groupe de Recherche dans les Archives de Cournonterral, musique en tête fidèlement à la réputation de «festejaïres» des habitants de Cournonterral, car «indéniablement toutes les occasions leur sont bonnes pour faire la fête» comme il est précisé dans le livre. Ainsi les membres du GRAC nous présentent une somme de quatre cents pages, à l’iconographie riche et variée sur l’histoire du village depuis sa naissance jusqu’à nos jours. Plusieurs réponses ou tentatives de réponses sont apportées à de nombreuses questions relatives à cette histoire. Sur l’origine du nom d’abord, il pourrait être attribué à la famille des Cornon, seigneurs du lieu pendant quatre siècles, «Terral» désignant une terre battue par le vent du nord-ouest. A travers un examen méticuleux de tout ce qui a fait la vie de la commune pendant des siècles, les lieux, l’environnement, les métiers, l’architecture, la viticulture, l’eau, l’éducation, les transports, la culture etc... nous avons dans ce livre un témoignage précieux sur l’histoire locale. On ne respecte bien que ce que l’on connaît, ainsi cet ouvrage pourrait faire oeuvre pédagogique et inciter au respect, à l’intelligence et au bon sens en cette période délétère qui conforte le pouvoir du béton et du bitume.

M. P.

Le livre est en vente au prix de 25 euros, à commander sur le site du GRAC

 

Présentation du livre «Cournonterral»

PRESENTATION DU LIVRE "COURNONTERRAL " PAR LE GRAC

Samedi 9 septembre de 10h à 12h à l'Hôtel de Ville

Le GRAC, Groupe de Recherche des Archives de Cournonterral,  étudie le passé historique, culturel et économique de COURNONTERRAL, ses traditions et ses coutumes à partir de ses archives.
Il porte ses travaux à la connaissance du plus grand nombre par le biais de son site Internet, d'articles, de livres ou autres moyens de diffusion.
Aboutissement de plus de 10 ans de recherche dans les archives communales et départementales, d’enquêtes, de témoignages recueillis auprès de la population, de collecte de documents et de photographies, les membres ont écrit et édité  «Cournonterral». Un ouvrage de 400 pages au format 25x18,5 qui retrace 5000 ans de l’histoire de la commune. Du Néolithique au Xe siècle plusieurs civilisations y ont laissé leur empreinte. Du temps des seigneurs au temps des Lumières et de la Révolution Industrielle Cournonterral a connu un essor et un rayonnement remarquable. le village a été le berceau d’hommes et de femmes peu ordinaires, parfois exceptionnels, qui longtemps restés dans l’ombre méritent à présent d’être connus ou reconnus. Le livre aborde également les traditions, les festivités, la gastronomie, les fondements de l’esprit du village.
Le livre sera présenté samdi 9 septembre de 10h à 12h à l’Hôtel de Ville. Les personnes ayant réservé le livre pourront le retirer sur place.

Agropastoralisme à Cournonterral

Le métier de berger est probablement le plus ancien de l’humanité. Longtemps rejeté loin de nos cités, les troupeaux sillonnent plus communément les terres arides des Causses et des Cévennes. Ce territoire doit d’ailleurs essentiellement son inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO à son activité ancestrale de l’agropastoralisme qui a façonné les paysages, permis de conserver une rare biodiversité et développé un bâti à l’architecture étonnante. Les sonnailles avaient pratiquement disparu de nos contrées dont la ruralité disparait sous la pression de l’urbanisation. Mais il semblerait que cette activité revienne progressivement dans nos garrigues et sur les terrains proches des villages. C’est déjà le cas à Montpeyroux et au Mas Dieu. A Cournonterral il n’est pas rare de croiser prés des remparts et des berges du Coulazou Cyril Callebaut surveillant et guidant son troupeau de brebis avec l’aide attentive et prodigieusement efficace de ses deux chiens Léon et Freïne. Les brebis sont voraces et nomades. Elle ne rechignent pas à parcourir les terres pour assouvir leur gourmandise, le pissenlit, le lierre, les ronces et bien d’autres plantes encore constituant leurs mets favoris. De bonne grâce Cyril les mènent vers leur pâturage sept jours sur sept du matin au soir. Passionné par ce métier qui demande des connaissances en bien des domaines, qui exige patience et vigilance, il en assume volontiers les exigences. Les brebis de part leur voracité font un travail remarquable de débroussaillage et de nettoyage. Lâchées dans une vigne avant le  bourgeonnement, elles évitent bien du travail de désherbage comme l’épandage de produits toxiques. S’attaquant aux ronces comme à la végétation printanière de nos garrigues qui sècherait aux premières chaleurs, elles évitent bien de départs d’incendies. Il serait donc bien utile et profitable d’aider Cyril à s’installer plus durablement et confortablement en lui facilitant l’accès à un abri pour son troupeau et à des pâturages plus nombreux.

M. P.

Cournonterral, le livre

Le GRAC, Groupe de Recherche des Archives de Cournonterral,  étudie le passé historique, culturel et économique de COURNONTERRAL, ses traditions et ses coutumes à partir de ses archives.
Il porte ses travaux à la connaissance du plus grand nombre par le biais de son site Internet, d'articles, de livres ou autres moyens de diffusion.
Aboutissement de plus de 10 ans de recherche dans les archives communales et départementales, d’enquêtes, de témoignages recueillis auprès de la population, de collecte de documents et de photographies, les membres du GRAC proposent à la souscription leur livre intitulé simplement «Cournonterral». Un ouvrage de 400 pages au format 25x18,5 qui retrace 5000 ans de l’histoire de la commune. Du Néolithique au Xe siècle plusieurs civilisations y ont laissé leur empreinte. Du temps des seigneurs au temps des Lumières et de la Révolution Industrielle Cournonterral a connu un essor et un rayonnement remarquable. le village a été le berceau d’hommes et de femmes peu ordinaires, parfois exceptionnels, qui longtemps restés dans l’ombre méritent à présent d’être connus ou reconnus. Le livre aborde également les traditions, les festivités, la gastronomie, les fondements de l’esprit du village.
En souscription le livre est à 23 euros au lieu de 25. Renseignements à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Clos d'Elle à la Boutique des Producteurs «Entre terre et mer» à Mèze

J’ai le souvenir d’avoir écouté, sidéré, dans un documentaire, le discours d’un de ces méga-paysans fiers de leur énorme tracteur et de leurs champs à perte de vue, dénué d’arbre, de haie, d’oiseaux et d’âme, énumérer la liste impressionnante des poisons qu’il déversait régulièrement sur ses terres. Sur les précieux conseils de son fournisseur, il prenait soin de bien se protéger lors des épandages. Et précaution ultime, il se gardait bien de faire consommer ses produits à sa famille. Sa production vendue en gros allait empoisonner d’autres consommateurs ignorant les modes de culture.

 Peut-être révoltés par un tel comportement, sans doute pas isolé, certains paysans, fiers de leurs produits, ont eu l’idée de les proposer eux-mêmes à la vente, et de se regrouper pour faire face aux obligations d’organisation, de présence... en établissant des tours de rôle. Ainsi sont nés les magasins de producteurs qui privilégient la qualité et la fraîcheur par le circuit court. La Boutique des Producteurs «Entre terre et mer», Mas de Jaumes, Les 4 chemins à  MEZE est de ceux-là. Une vingtaine de producteurs proposent ainsi à la vente légumes, miel, viande, fromage, farine, vins, coquillages et bien d’autres encore, tous issus de cultures traditionnelles ou bio et à des prix tout à fait raisonnables.

Des vins issus de la propriété de Cournonterral

Claude Bousquet y propose toute une gamme de vins issus de sa propriété à Cournonterral : Le Clos d’Elle. De ce vignoble créé en 1987 avec une cinquantaine d’hectares, qu’il exploite à présent avec ses deux fils, il a sorti sa première vinification en cave particulière en 2009. Des cépages grenache, syrah et chardonnay, toute une gamme de rouges, rosés et blancs aux noms aussi énigmatiques que poétiques : «Indescent», «Entrecoeur», «A huit clos» à laquelle s’ajoutent muscat sec, muscat moelleux et méthode champenoise.

M. P.

Un nouveau CD de Michel Avalon " je suis enchanté "

Un septième ou huitième album de Michel Avalon, quand on aime, on ne compte plus. Après s’être consacré à l’interprétation de Léo Ferré, le musicien parolier né à Sète revient à ses compositions personnelles, signant textes et musiques de ce nouveau CD judicieusement dénommé « je suis enchanté ».

Ravi de nous offrir ces musiques diverses et variées qui endimanchent ses textes empreints d’une poésie libre et décontractée, nous pouvons aussi l’imaginer enchanté de la perspective de se retrouver devant le public avec ce nouveau répertoire.

Car Michel Avalon, si nous l’écoutons avec un plaisir non dissimulé sur cet enregistrement  magnifiquement réalisé, c’est sur scène qu’il donne toute la mesure de sa dimension artistique.

Dans des arrangements tout en finesse et précision, sa voix singulière résonne amplement, harmonieusement soutenue par sa guitare ainsi que celle de Claude Delrieu, l’accordéon fidèle de Dorine Duchez ainsi que la contrebasse de Phyllipa Scammell. Michel Avalon dédie à sa ville natale « cette valse de Sète qui parle fort et qui roumègue », probablement aussi ce très beau texte «décor maritime» et termine avec humour avec un petit clin d’oeil à Renaud.

C’est donc avec plaisir que nous retrouverons le Montpelliérain d'adoption Michel Avalon sur scène à Cournonterral, le 10 octobre, pour la présentation de ce nouvel opus.

MP

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie