Exposition : peintures de Sylvie Dedet

Scène & Galerie

Chapelle des pénitents 22bis rue de la chapelle

34660 Cournonterral

Sylvie Dedet se consacre exclusivement à la peinture depuis trois décennies. Cette exposition est pour elle l’occasion de faire le point sur son itinéraire pictural et sur l’évolution de son univers et de son expression. Ses sujets privilégiés restent la nature, les paysages, les saisons, les natures mortes... la constance de ces choix ne l’a toutefois pas empêchée d’explorer sans cesse de nouveaux horizons . Particulièrement passionnée par les recherches concernant les résonances chromatiques, sa palette n’a cessé de se transformer, d’évoluer en fonction des nécessités intérieures. Son itinéraire peut ainsi rappeler celui  décrit dans l’art des icones, culture de «l’œil intérieur» et de «l’amour de la beauté», de la technique basée sur le savoir et la patience.  La couleur n’est pas seulement l’effet de la lumière sur une surface et une matière, c’est aussi et peut-être surtout, en tout cas pour Sylvie Dedet, l’expression d’un sentiment, d’une vérité intérieure, d’un état physique et psychologique. Ainsi pour Sylvie, le voyage dans l’univers de la couleur s’est-il effectué au tout début sur le continent du vert, couleur par excellence de la plénitude de la nature en été, symbolise l’immobilité, la disponibilité et donc la période de l’apprentissage. Elle s’est ensuite penchée sur l’univers du jaune qui peut porter en lui une exaspération et pourrait dépasser les limites, mais qui chez Sylvie est apaisé par sa tendance à la dorure, symbole de la spiritualité et de la connaissance. Dans son itinéraire, elle a ensuite confié ses émotions au rouge qui concentre en lui énergie et intensité, qui est force et action. Elle a enfin rencontré le bleu qui représente pour elle l’aérien, le léger, le céleste. Toutes ces couleurs sont, dans le travail de Sylvie Dedet savamment agencée et longuement réfléchies en harmonies et contrastes. En compensation à ce travail méticuleux, Sylvie se livre à ce qu’elle appelle des «presque collages», allusion aux «presque poèmes» de Roberto Juarroz, exercice ludique à la pratique aléatoire et spontanée, comme une récréation parallèlement au travail obstiné. L’exposition présentera entre autre, les deux aspects de cette démarche. Sylvie Dedet a élaboré un univers personnel mi-naïf mi-savant dans lequel chacun peut se projeter à sa guise en toute quiétude pour le plaisir des yeux, du cœur et de l’esprit.

M. P.